/misc
Navigation

Neuf provinces unilingues, une province bilingue

Coup d'oeil sur cet article

Le recul du français est encore plus prononcé que les démographes l’avaient prédit.

Le dernier recensement nous apprend que notre situation linguistique, c’est davantage ce qu’on prédisait pour 2040. 

Le français, donc, régresse partout : au Canada, en Ontario, au Nouveau-Brunswick, au Québec, à Montréal, à Laval... 

Canada

Le poids des francophones diminue à vue d’œil au Canada, maintenant sous la barre symbolique des 20 %. 

C’est un fait démographique : les francophones comptent de moins en moins dans ce pays.

En mai dernier, François Legault avait dit craindre la lousianisation du Québec. Presque tout le monde, moi compris, l’avait critiqué. 

Or, il aurait eu peut-être raison d’invoquer la lousianisation du français en dehors du Québec. 

On le devinait, maintenant on l’officialise.

Le Canada bilingue, qui est le fondement même du pays, n’existe plus. 

C’est assez absurde : le seul endroit où l’idéal canadien, celui où le bilinguisme des langues officielles reste en vie, c’est au Québec, où le nombre de personnes bilingues continue d’augmenter. Ailleurs, il fond comme neige dans le désert.

Fédéral

Que dire du gouvernement fédéral, qui feint aujourd’hui d’être « préoccupé » ?

Hors de ses bons sentiments, il profite de notre chétif rapport de force.

D’une gouverneure générale qui ne parle pas français à une lieutenante-gouverneure unilingue anglaise au Nouveau-Brunswick, le fédéral envoie comme symbole que, parmi les deux langues officielles, l’une est plus officielle que l’autre.

Loin des symboles, Ottawa continue de disqualifier les étudiants étrangers francophones de nos universités.

Exemple, à l’UQTR, 79 % des demandes d’étudiants internationaux sont refusées, tandis qu’à McGill, c’est seulement 9 %. Une discrimination systémique que personne ne s’explique.

Et puis, Ottawa continue de favoriser une immigration temporaire soumise à aucune de nos politiques linguistiques, où Québec n’a pas son mot à dire. 

Ce pays se mute, en toute conscience, en un pays de neuf provinces unilingues anglophones et une province bilingue. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.