/news/currentevents
Navigation

Mort oublié dans une voiture: un décès qui aurait pu être évité

La technologie aurait pu sauver la vie d’un enfant de 2 ans oublié durant une journée dans un véhicule

FD-JEUNE GARCON RETROUVE SANS VIE DANS UN VEHICULE-VAUDREUIL-DORION
Photo Agence QMI, Thierry Laforce Un garçon de 2 ans a été découvert inanimé dans ce véhicule stationné à Vaudreuil-Dorion, en Montérégie, vendredi.

Coup d'oeil sur cet article

Les décès d’enfants oubliés dans des voitures comme celui survenu vendredi en Montérégie seraient facilement évitables si des recommandations formulées par une coroner il y a quatre ans étaient appliquées.

• À lire aussi: Vaudreuil-Dorion: un enfant de deux ans meurt après avoir été oublié dans cette voiture

Vendredi après-midi, un enfant de deux ans a été retrouvé mort après que sa mère l’ait oublié sur le siège arrière de son véhicule dans le stationnement de son lieu de travail, à Vaudreuil-Dorion, en Montérégie.

Ce genre de décès peut survenir très rapidement lorsque le mercure grimpe à l’intérieur des voitures, même si une fenêtre est ouverte, rappelle médecin urgentologue de l’Hôpital de Montréal pour enfants, Dre Suzanne Vaillancourt. 

  • Écoutez l'entrevue de Marc-André Leclerc avec Nancy Doyon au micro de QUB radio :

« Ces coups de chaleurs extrêmes rendent les enfants malades très rapidement et peuvent être malheureusement fatals », soutient celle qui est aussi directrice adjointe de l’Urgence pédiatrique.

Hier, le Service des enquêtes sur les crimes majeurs tentait encore de comprendre les circonstances qui ont pu mener au drame.

Pour Anaïs Perlot, dont le fils de 6 mois, Cassius, est décédé après avoir été laissé à l’arrière de la voiture de son père en juin 2018 en allant travailler, cet évènement aurait pu être évité si les recommandations de la coroner Me Julie A. Blondin avaient été suivies.

Anaïs Perlot, dont le fils est décédé dans un véhicule en 2018
Capture d’écran, TVA Nouvelles.
Anaïs Perlot, dont le fils est décédé dans un véhicule en 2018

Dans son rapport, celle-ci préconisait notamment que « Transports Canada étudie la possibilité d’élaborer une nouvelle norme de sécurité afin de doter les sièges d’auto pour enfants d’un dispositif d’alerte de sécurité pour détecter les enfants laissés sans surveillance dans un véhicule ».

« Scandaleux »

Denis Gingras, professeur à l’Université de Sherbrooke et directeur du Laboratoire sur l’Intelligence véhiculaire, abonde dans le même sens.

« C’est quand même scandaleux qu’aujourd’hui, on n’ait pas encore de système intégré dans les voitures ou les sièges pour enfants pour éviter que ce genre de tragédie ne se reproduise », soutient-il, en ajoutant que les parents ont quand même une très grande part de responsabilité quant à la surveillance de leur enfant.

Car aujourd’hui, de nombreux systèmes notamment de détection de mouvement, de vibration, sonore ou de rappels existent.

Technologies

Des compagnies automobiles, surtout américaines, ont déjà intégré ces systèmes, rappelle Antoine Joubert, journaliste et chroniqueur pour le Guide de l’auto.

« Plusieurs constructeurs, comme GM, Ford ou Stellantis, dotent déjà leurs nouveaux appareils d’avertisseurs de présence avec un signal sonore et visuel », explique-t-il.

Certaines autos sont déjà munies de systèmes d’alerte.
Photo Clara Loiseau
Certaines autos sont déjà munies de systèmes d’alerte.

L’avenir sera peut-être maintenant de mettre un système de visionnement de l’ensemble de l’habitacle sur les écrans des voitures, pense-t-il.

De son côté, Jocelyn Faubert, spécialiste de la neuroscience en rapport avec la conduite, pense aussi qu’il est très facile d’implanter ce genre de technologie.

« On a, par exemple, développé un système de caméra infrarouge qui permet de détecter des mouvements minimes pour prévenir la chute des personnes âgées et qui peut être très facilement adaptées pour voir ceux des bambins », estime M. Faubert.

Faire pression

Mais pour Denis Gingras, même si les systèmes peu onéreux pourraient être facilement mis en place, mais c’est aux autorités de faire pression sur les géants de l’automobile.

« Le gouvernement doit faire sa part en mettant la pression sur les constructeurs et les constructeurs de sièges d’enfants, et ils devraient proactivement définir des objectifs et de spécifications pour ces systèmes », soutient-il.

Pour Mme Perlot, cela pourrait clairement éviter des tragédies.

« Dans un pays comme le Canada où l’auto est le mode de transport principal, où les étés atteignent des températures très chaudes, acter pour prévenir ce genre de drame serait bénéfique et, je l’espère, permettrait de sauver des vies », conclut-elle.


►Chaque année, un enfant meurt après avoir été oublié dans une voiture au Canada, selon l’Hôpital pour enfants malades de Toronto.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.