/misc
Navigation

Joe Biden: histoire trouble et incomplète

Joe Biden: histoire trouble et incomplète
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pour expliquer qu’un homme aussi grossier et malhonnête que Donald Trump puisse maintenir sa cote de popularité, les politiciens américains n’ont pas à chercher bien loin. Ils n’ont qu’à se regarder dans le miroir.

Si aucun autre président ne surpasse le 45e sur le plan des roublardises, ils sont nombreux à avoir menti sur leurs origines ou leur ascension. Il y a bien les Truman, Eisenhower, Carter ou Obama pour redorer le blason, mais bien d’autres se sont construit une légende qu’on a substituée aux faits.

Manque de transparence

Au nombre de ceux qui n’ont pas péché par excès de transparence, il faut compter Joe Biden. Qu’il s’agisse des démêlés de son fils avec la justice ou de l’acquisition en 2006 de la firme Paradigm Global Advisors par son frère et ses fils, alors qu’il siège au comité des relations internationales, on en sait trop peu sur les activités des membres de la famille.

J’y reviens aujourd’hui parce que la semaine dernière, le New Yorker publiait le résultat d’une longue enquête d’Adam Entous sur les origines de Joe Biden.

Le récit d’Entous n’ébranlera pas la présidence de Biden, mais il réduit en miettes l’image véhiculée par le président depuis longtemps, soit celle d’un homme de la classe moyenne. Si le clan Biden a essuyé sa part de revers et d’épreuves, il a aussi été associé aux riches et aux puissants.

Le journaliste retrace l’évolution de la famille du président depuis le début du 20e siècle, et le fruit du travail monastique de l’auteur fourmille d’anecdotes et de références aux archives.

Loin de la classe moyenne

Le père de Joe Biden fut lié de très près à un oncle et à un cousin qui sont devenus immensément riches en profitant de contrats gouvernementaux accordés pendant la Deuxième Guerre mondiale. Peu scrupuleux et acoquinés à un mafieux, ils se considéraient comme des aristocrates.

Bien que la fortune de Biden Sr. ne soit pas équivalente à celle de son cousin, ses goûts et ses passe-temps n’étaient assurément pas ceux de la classe moyenne. En témoignent les Cadillac, les chevaux, les domaines, la pratique du polo ou la chasse au renard.

Ce train de vie fastueux ne dura pas éternellement, et il est vrai que Joe Biden Sr. a connu ensuite une période plus difficile, comme se plaît à le rappeler le président.

Que la famille Biden ait pu disposer d’importantes ressources financières n’est en rien répréhensible, et «l’oncle Joe» n’est pas le premier président dont l’histoire familiale comporte des parts d’ombre importantes.

Ce que je désirais soulever, c’est plutôt le voile qui couvre la véritable histoire et l’hypocrisie ou les demi-vérités de bien des politiciens de Washington.

Rien dans ce que j’écris ne permet de prouver que Joe Biden est un tricheur ou qu’il est coupable d’un crime, mais à force de triturer les faits, on contribue à banaliser des gestes et des actions encore plus dommageables.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.