/finance/news
Navigation

Pénurie de main-d’œuvre: près de 11 G$ de pertes pour les PME québécoises

Pénurie de main-d’œuvre: près de 11 G$ de pertes pour les PME québécoises
PHOTO D’ARCHIVES

Coup d'oeil sur cet article

Les PME québécoises continuent de subir les répercussions de la pénurie de main-d’œuvre, une situation qui leur a fait perdre 10,7 milliards $ en un an, selon une étude de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). 

• À lire aussi: Québec 2022: comment relancer le réseau de la santé?

• À lire aussi: Québec 2022: l’inflation sera au cœur des débats

• À lire aussi: Québec 2022: la pénurie de main-d’œuvre frappe plusieurs secteurs de l'économie

«Nous savions que la pénurie de main-d’œuvre avait des incidences très négatives sur les dirigeants de PME. Ces derniers doivent travailler plus d’heures, comme leurs employés, et sont contraints de refuser des contrats et des opportunités d’affaires», a indiqué lundi par communiqué François Vincent, vice-président pour le Québec de la FCEI.

Ces résultats ont été calculés à partir du revenu total moyen d’une PME québécoise publié par Statistique Canada pour l’année 2020. Cette étude ne se penche toutefois que sur les entreprises dont les revenus se situent entre 30 000$ et 5 M$.

«Bien que les pertes de ventes et de contrats soient considérables pour les propriétaires de PME, il est important de noter qu’elles ne correspondent pas nécessairement à des pertes nettes pour l’économie de la province. Ces montants non investis ont peut-être été injectés dans des projets différents ou ont constitué d’autres dépenses pour les PME, et les clients perdus ont pu dépenser leur argent d’une autre façon au Québec», a précisé Laure-Anna Bomal, analyste de la recherche pour la FCEI et auteure du rapport à ce sujet.

La pénurie de main-d’œuvre touche cependant tous les secteurs et engendre une explosion de postes vacants, mettant encore plus de pression sur les PME.

Les secteurs de la construction et des services professionnels et administratifs ont ainsi affiché des pertes supérieures à 2 milliards $. Les services d’hébergement, les services de restauration et le commerce de détail ont perçu des pertes de près de 1 milliard $, alors que les pertes du commerce de gros et des transports se sont chiffrées à 1,2 milliard $.

La FCEI a réclamé à Québec une diminution des taxes et des impôts, mais a aussi demandé de bonifier les crédits d’impôt et d’aider les PME à trouver des candidats dans leur région pour soulager les propriétaires de PME. L’accès aux travailleurs immigrants a aussi été soulevé.

  • Écoutez l’entrevue de Yasmine Abdelfadel avec François Vincent, vice-président pour le Québec à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante sur QUB radio :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.