/sports/hockey
Navigation

[PHOTOS] La résidence de Guy Lafleur mise en vente pour 2,5 M$

La résidence de la légende du Tricolore sur l’île Bizard sera disponible la semaine prochaine

Coup d'oeil sur cet article

La sobre, mais spacieuse maison que Guy Lafleur et son épouse ont habitée durant les deux dernières décennies, au nord-ouest de Montréal, sera disponible dès la semaine prochaine, pour 2,5 millions $.

• À lire aussi: Lise Lafleur à coeur ouvert

• À lire aussi: CH et Serge Savard: c’est quoi le problème?

• À lire aussi: Guy Lafleur toujours dans les pensées et les cœurs de tous

C’est plus de 26 ans de souvenirs que Lise Lafleur se résigne à quitter en annonçant la mise en vente de sa résidence familiale, située place du Moulin, sur l’île Bizard.

La résidence de Guy Lafleur, qui sera en vente bientôt, possède une hélisurface dans la cour arrière. L’ancienne vedette du Canadien était un passionné pilote d’hélicoptère.
Photo Chantal Poirier
La résidence de Guy Lafleur, qui sera en vente bientôt, possède une hélisurface dans la cour arrière. L’ancienne vedette du Canadien était un passionné pilote d’hélicoptère.

«J’espère que ça va se vendre vite. Je trouve ça très, très difficile. Je vois Guy partout», souffle avec peine Mme Lafleur.

Photo Chantal Poirier

Cette dernière dit se sentir isolée de ses proches, seule dans la grande demeure blanche, de style «Plantation». Son époux et elle s’étaient d’ailleurs inspirés d’une propriété visitée lors d’un voyage sur une plantation de coton au Mississippi, aux États-Unis, pour la construction de leur foyer.

Quatre mois déjà

Hier, lorsque Mme Lafleur, accompagnée de son fils Martin, a ouvert les portes de la résidence aux représentants du Journal, cela faisait quatre mois jour pour jour que la légende du Canadien avait rendu l’âme, à 70 ans, des suites d’un cancer des poumons.

Photo Chantal Poirier

«J’y vais un jour à la fois. Je suis en sevrage de Guy et de ma vie d’avant. C’est une nouvelle vie, mais je n’ai pas de repères. Je patauge présentement, image-t-elle. J’ai besoin de changer de patelin. Tout me rappelle mon ancienne vie.»

Lieu de sérénité

La dame de 72 ans est catégorique : le décès de Guy est la seule et unique raison pour laquelle elle désire se départir de son «chalet maison» en bordure du lac des Deux Montagnes. 

Photo Chantal Poirier

La résidence sera disponible sous peu pour une somme de 2 499 000 $.

Selon les dires de son épouse, l’ancien numéro 10 du CH adorait cette demeure construite en 1996, sobre et modeste comme l’idole du peuple qu’il était.

Photo Chantal Poirier

Une hélisurface

Celle-ci est agrémentée d’une piscine creusée, et même d’une hélisurface, au bout du terrain. Un incontournable, pour «Flower» le pilote d’hélicoptère.

Photo Chantal Poirier

«Quand on a fait construire, c’était bien important qu’il ait son helipad pour atterrir, insiste Mme Lafleur. C’était sa vraie passion, autant que le hockey. Et Guy aimait vraiment ça, ici. Il avait besoin de moments de tranquillité dans sa vie occupée.»

Photo Chantal Poirier

C’est donc sans surprise que les nombreuses années passées à l’intérieur de ces murs ont été remplies de souvenirs.

«Quand tu es 26 ans au même endroit, tu crées beaucoup d’habitudes. J’en ai tellement de beaux souvenirs. Ici, c’était son havre de paix. C’était le calme, les amis qui venaient, la vie en dehors du hockey...», se remémore Mme Lafleur.

Son bureau

«Sa pièce préférée, c’était son bureau. C’était la moitié de sa vie», ajoute-t-elle, en la présentant. 

Décorée des cadres souvenirs préférés du Démon blond, cette pièce lui permettait de mener de front ses multiples projets, dont ceux de boissons alcoolisées.

Souvenirs de la maladie

Les dernières années de Guy Lafleur ont été marquées par la maladie, de tristes souvenirs pour son épouse.

«Je le vois encore, à table, avec toutes ses choses pour les traitements, laisse-t-elle tomber, en observant la grande table de la salle à manger de couleur ivoire, comme si son “Guy” y était toujours assis. Ç’a été rock’n’roll, ces deux années-là.»

«Il n’a pas eu une belle qualité de vie avec les traitements», ajoute l’un de leurs fils Martin, posté près de sa mère, qu’il a tenu à soutenir dans cette nouvelle épreuve.

Pour sa part, Martin revoit en ces lieux son père avoir du plaisir avec sa fille de 4 ans.

«Les deux s’aimaient énormément. Au moins, ils ont eu la chance de se connaître», dit l’homme de 47 ans, en se remémorant ces moments plus heureux.

Photo Chantal Poirier

Meubles et pièces de collection

Par ailleurs, la propriété aura l’option d’être achetée meublée. Les nombreux cadres, trophées et statues de la légende ne seront toutefois pas inclus. Mais...

«S’il y a une demande spéciale d’un acheteur pour un ou deux souvenirs, on pourra s’arranger», affirme Martin Lafleur.

Photo Chantal Poirier

Une cour qui a reçu un gagnant de deux Oscars

En plus d’accueillir nombre d’anciens des années glorieuses du Canadien, la cour de Guy Lafleur a aussi été la «piste d’atterrissage» de nul autre que l’acteur et producteur américain Michael Douglas.

L’anecdote soutire un sourire à Lise Lafleur, quand elle se met à parler de l’hélisurface qui était tant chérie par «Guy», au bout de la cour, tout près du lac des Deux Montagnes.

Photo Chantal Poirier

Il y a de cela quelques années, la veuve s’affairait à l’aménagement paysager de son terrain, quand un bruit puissant a semblé s’approcher sérieusement de leur propriété.

«Tout à coup, je vois un hélicoptère. C’était un gros modèle. J’ai dit : “Non ! Non ! Il ne va pas atterrir ici.”Quand il a atterri, tous mes pots de plantes ont revolé. J’étais découragée», raconte-t-elle, avec un brin d’exagération.

Puis, le pilote est descendu de l’appareil. Devant le regard stupéfait de la dame, il a lancé : «Guy ne t’a pas appelée?»

Et il ne l’avait pas appelée.

Pour jouer au golf

C’est alors que Mme Lafleur a appris que l’hélicoptère venait récupérer l’acteur et producteur américain Michael Douglas, gagnant entre autres de deux Oscars, dont un comme producteur, et de six Golden Globes.

La vedette de Hollywood, amie, tout comme Guy Lafleur, avec l’entrepreneur Lawrence Stroll, venait de prendre part à une partie de golf à un club situé à proximité.

«Les gardes se sont jetés pour ramasser ses valises. C’était quelque chose», se souvient Lise Lafleur.

«Ça démontrait bien comment Guy était. Il ne disait jamais non à un ami, encore moins si celui-ci avait un hélico», poursuit-elle en riant.


Michael Douglas et son épouse Catherine-Zeta-Jones ont acquis une propriété dans les Laurentides en 2006.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.