/sports/hockey
Navigation

Lise Lafleur à coeur ouvert

La veuve du Démon blond souhaite se créer un nouveau nid

Guy Lafleur maison
Photo Chantal Poirier C’est avec beaucoup d’émotions que Lise Lafleur a partagé lundi ses souvenirs avec son Guy dans leur maison de l’île Bizard.

Coup d'oeil sur cet article

Précisément quatre mois après le décès de Guy, sa femme, Lise Lafleur s’endurcit un jour à la fois. Dans cette superbe maison bien emménagée sur l’île Bizard, la belle dame toute délicate traverse un deuil difficile. 

• À lire aussi: [PHOTOS] La résidence de Guy Lafleur mise en vente pour 2,5 M$

La demeure de l’île Bizard, à Montréal, sera bientôt mise en vente au coût de 2,5 M$
Photo Chantal Poirier
La demeure de l’île Bizard, à Montréal, sera bientôt mise en vente au coût de 2,5 M$

«Je le vois partout, dans toutes les pièces, dans toutes les phases de notre vie», a-t-elle raconté lundi.

Ils avaient fait bâtir ce bercail à leur retour de Québec sur un site magnifique, il y a 26 ans. 

«Le 22 avril dernier a été la fin soudaine et déchirante de notre connivence exceptionnelle, et depuis, mon existence n’est plus et ne sera plus jamais la même. Je dois m’y faire et c’est très difficile, pénible.» 

Peu de fois dans sa vie, Lise a été aussi ouverte à se confier. 

Elle nous l’avoue, tout en étant gentiment collaboratrice avec la photographe Chantal Poirier et le journaliste Jonathan Tremblay. 

Elle désire que les gens voient ce qu’elle décrit comme le havre de paix de Guy Lafleur, qui adorait marcher au bord de l’eau et qui se faisait une fierté d’avoir un site d’atterrissage pour hélicoptère en bordure du lac des Deux Montagnes. 

La résidence de Guy Lafleur n’aurait pas été complète sans une hélisurface.
Photo Chantal Poirier
La résidence de Guy Lafleur n’aurait pas été complète sans une hélisurface.

Elle souhaite aussi accélérer la vente d’un paradis peut-être trop lourd à transporter toute seule. 

La propriété possède une piscine creusée avec vue sur le lac des Deux Montagnes.
Photo Chantal Poirier
La propriété possède une piscine creusée avec vue sur le lac des Deux Montagnes.

«Ce ne sera pas facile d’entrer le contenu de cette extraordinaire maison dans un quatre et demi», dit-elle avec un sourire timide. 

«Je vais me rapprocher de mes enfants et petits-enfants. Ma solitude nouvelle est ardue et j’ai besoin de recréer notre cellule familiale.» 

L’INTIMITÉ LAFLEUR

Près de Lise, il y a Martin que l’on finit par percevoir comme un protecteur. L’aîné est très près de sa mère et il la sait encore fragile. 

L’un des fils de Guy Lafleur, Martin, pose dans le bureau de son père.
Photo Chantal Poirier
L’un des fils de Guy Lafleur, Martin, pose dans le bureau de son père.

La grande table de la salle à manger nous permet d’imaginer les beaux moments en famille ou avec des amis. 

Une statuette du Démon blond est bien visible dans la grande salle à manger.
Photo Chantal Poirier
Une statuette du Démon blond est bien visible dans la grande salle à manger.

Guy Lafleur maison
Photo Chantal Poirier

Le salon et son grand foyer nous suggèrent de chaudes et réconfortantes soirées d’hiver. Et quand on met les pieds dans le bureau de Guy, sa pièce préférée, c’est sobre. Au mur, une toile peinte à partir d’une photo historique réunissant Guy, Maurice Richard et Jean Béliveau en uniforme tricolore dit tout. 

Le bureau était la pièce préférée de l’ancienne vedette du Canadien, où des souvenirs liés au hockey y sont affichés, dont une toile peinte à partir d’une photo historique réunissant Guy Lafleur, Maurice Richard et Jean Béliveau.
Photo Chantal Poirier
Le bureau était la pièce préférée de l’ancienne vedette du Canadien, où des souvenirs liés au hockey y sont affichés, dont une toile peinte à partir d’une photo historique réunissant Guy Lafleur, Maurice Richard et Jean Béliveau.

Aussi, deux armoires vitrées dans lesquelles on découvre des répliques d’hélicoptères. 

Saisissant, l’agenda de Guy est encore sur le bureau. 

IL A CHANGÉ D’IDÉE

Lise raconte que Guy a déjà voulu vendre cette maison pensant même aller s’installer dans les Laurentides, mais après avoir fait planter l’affiche en avant, il a changé d’idée.

Quelques heures avant de mourir aux soins palliatifs, il a demandé à son médecin s’il pouvait retourner terminer sa vie à la maison. 

On le lui a refusé. Il a levé la main comme s’il voulait dire: «Allez donc...» 

Il a fermé les yeux presque pour la dernière fois. 

Si j’avais 2 millions et demi de dollars qui traînaient dans mon compte, cette maison serait déjà vendue. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.