/news/society
Navigation

Des chercheurs découvrent une rare «planète océan»

Un Montréalais est à la tête de l’équipe à l’origine de la trouvaille

Planète-océan
Illustration courtoisie Université de Montréal, Benoit Gougeon Vision artistique de la « planète océan » découverte par une équipe internationale dirigée par l’astrophysicien montréalais Charles Cadieux.

Coup d'oeil sur cet article

Une équipe de recherche dirigée par un Montréalais vient de découvrir une planète qui pourrait abriter la vie et qui a la très rare particularité d’être entièrement recouverte d’un océan.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Le télescope James Webb révèle des images inédites de Jupiter

Nommée TOI-1452b, cette planète est 70 % plus grande que la Terre et est située à 100 années-lumière. Elle est assez proche de son étoile pour qu’on y trouve de l’eau liquide.

« Il y a tellement d’eau qu’aucun continent n’en émerge, ce serait un immense océan », explique Charles Cadieux.

L’étudiant au doctorat au Département de physique de l’Université de Montréal fait partie d’une équipe internationale de chercheurs basée à Montréal qui étudient les planètes hors de notre système solaire capables d’héberger de la vie.

Il est le premier auteur d’un article qui révèle la découverte dans la dernière édition de la revue scientifique Astronomical Journal.

De la vie ?

Pourrait-il y avoir de la vie sur cette planète ? « C’est trop tôt pour répondre à cette question, mais on sait que l’eau liquide est essentielle au développement de la vie », s’enthousiasme René Doyon, directeur de l’Institut de recherche sur les exoplanètes de l’Université de Montréal et directeur de thèse de Charles Cadieux. Il est parmi les 57 signataires de l’article.

Il ajoute que les premières formes de la vie sur Terre, des bactéries, sont apparues dans les océans où des nappes d’eau très chaude s’échappaient des profondeurs.

« On présente parfois la Terre comme une planète remplie d’eau. En réalité, l’eau n’y occupe qu’une mince couche de la surface. Là-bas, on parle d’un océan d’une très grande profondeur », reprend M. Cadieux.

Depuis deux ans, le doctorant cible cette planète qu’un satellite de la NASA avait identifiée dans la constellation du Dragon en février 2020. 

Il a d’abord pu documenter l’objet grâce à deux nuits sans nuages à l’Observatoire du Mont-Mégantic, puis à l’occasion d’une cinquantaine d’heures d’observation au Télescope Canada-France-Hawaii à Mona Kea, Hawaii.

Bientôt James-Webb

La présence d’eau liquide ailleurs que sur Terre n’est pas une première. On sait que des lunes de Jupiter et de Saturne en possèdent.  

Mais à l’extérieur du système solaire, « les planètes de ce type, on n’en compte que sur les doigts d’une seule main », précise René Doyon. 

Il se dit impatient d’en savoir plus grâce au télescope spatial James-Webb dont le prochain calendrier d’observation sera fixé en janvier prochain. 

Une découverte inhabituelle 

  • La planète a été nommée « TOI-1452 b » parce qu’elle orbite autour de la seconde étoile double nommée TOI-1452.
  • Elle est située plus près de son étoile que la Terre du Soleil, environ à la distance de Vénus. C’est pourquoi elle est beaucoup plus chaude que la Terre.
  • L’eau compte pour moins de 1 % de la masse de la Terre. Elle compterait pour 30 % de celle de TOI-1452 b.
  • Le Québec, qui compte huit chercheurs dans l’équipe internationale, a joué un rôle important dans la découverte puisque c’est à l’Observatoire du Mont-Mégantic que la première observation a été réalisée.
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.