/news/society
Navigation

Des croupiers incités à ne pas tout déclarer par leur syndicat

Coup d'oeil sur cet article

Le président du syndicat des croupiers du casino de Montréal a conseillé à ses membres, la semaine dernière, de ne pas nécessairement déclarer tous les pourboires qu’ils reçoivent.

Le 16 août, lors d’assemblées syndicales où il y avait plusieurs employés, Denis Galy a tenu des propos qui ont fait sursauter certains de ses membres.

Ses propos ont été enregistrés. Les gens qui ont remis l’enregistrement à TVA Nouvelles n’ont pas voulu être identifiés.

«Qu’est-ce que ça veut dire, vous allez déclarer ce que vous voulez, nous n’avons pas inventé les boutons à quatre trous, la restauration fait ça depuis des lunes, les bars font ça depuis des lunes, les valets font ça depuis des lunes, le poker fait ça depuis le début, c’est votre responsabilité de déclarer ce que vous voulez; si vous pensez que le 2 % d’augmentation n’est pas assez élevé, c’est à vous de le doubler», a déclaré Denis Galy en parlant des pourboires.

Dans l’extrait audio, les voix s’élèvent. Les croupiers manifestent leur désaccord face aux propos de leur président.

«C’est notre intégrité qui est en jeu, c’est comme si on nous demandait de frauder l’État», ont confié à TVA Nouvelles des croupiers joints par téléphone.

«On dit des choses en assemblée générale qu’on n’aurait peut-être pas dû dire. Mais, non, on n’a aucun contrôle sur ça. On leur dit de déclarer les pourboires comme la loi le dit parce qu’ils vont perdre 23 % de leurs avantages sociaux et le régime de retraite. Ça aussi ça a été dit dans l’assemblée générale», s’est défendu Jean-Pierre Proulx, conseiller syndical du Syndicat canadien de la fonction publique.

Les propos de Denis Galy ne passent pas, autant au ministère des Finances que chez Loto-Québec.

«Au Québec, les pourboires doivent être déclarés. Les pourboires sont un revenu imposable. La législation fiscale québécoise doit être appliquée avec équité à l’égard de tous les contribuables et ce, peu importe son secteur d’activité. On ne peut tolérer que quelqu’un fasse la promotion de l’évitement fiscal», a souligné Catherine Robitaille, attachée de presse du ministre des Finances, Eric Girard.

Loto-Québec se dissocie des propos rapportés dans l’extrait qui est parvenu à TVA Nouvelles.

«La Société exige de ses employés à pourboire de déclarer l’ensemble de leurs revenus, comme l’exige la loi de l’impôt sur le revenu. Périodiquement, des rappels sont effectués afin de les sensibiliser en ce sens puisque la déclaration des pourboires relève de la responsabilité de l’employé», a expliqué Renaud Dugas, porte-parole de Loto-Québec.

«Lors de la récente négociation avec les croupiers du Casino de Montréal, le syndicat a demandé de gérer la distribution des pourboires de ses membres, ce que l’employeur est tenu d’accepter en vertu de la Loi sur les normes du travail. C’est leur prérogative, car, toujours selon la Loi, les pourboires appartiennent à ceux qui ont donné le service. La majorité des employés des casinos du Québec utilisent d’ailleurs cette façon de procéder depuis plusieurs années. Les pourboires des croupiers du Casino de Montréal étaient distribués par l’employeur depuis 1999. Par ailleurs, nous sommes à finaliser les derniers détails de l’entente avec les croupiers du Casino de Montréal, dont les horaires de travail», a poursuivi M. Dugas.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.