/misc
Navigation

L’avortement comme question de l’urne

L’avortement comme question de l’urne
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Il y a peu, l’horizon semblait bien sombre pour les démocrates. Non seulement la cote d’amour du président était au plus mal, mais on s’attendait à perdre le contrôle des deux Chambres en novembre. C’était avant la décision de la Cour suprême sur l’avortement.

Mardi, le Pew Research Center dévoilait les résultats d’un coup de sonde que les stratèges des deux grandes formations politiques ne manqueront pas d’intégrer à leurs analyses. Si on ne parle pas d’envisager un rebrassage complet des cartes, les données permettent d’expliquer partiellement pourquoi on envisage de moins en moins une vague rouge.

Vous avez peut-être relevé les déclarations du meneur républicain au Sénat vendredi dernier. Mitch McConnell semblait avoir bon espoir de reprendre le contrôle de la Chambre, mais il semblait plus pessimiste pour le Sénat. 

Fluctuation des enjeux

Alors que McConnell pointait en direction de candidatures républicaines faibles (toutes trumpistes), les données recueillies par le Pew permettent de faire ressortir d’autres facteurs. La question de l’avortement grimpe parmi les enjeux importants pour les électeurs. Dans certaines régions ou circonscriptions, on pourrait pénaliser des républicains pour leurs politiques les plus extrêmes.

Le site The Hill rapportait récemment que même le populaire gouverneur de la Floride Ron De Santis n’était plus assuré d’une victoire écrasante. Ce dernier n’est pas encore sérieusement ébranlé, mais le candidat démocrate Charlie Christ peut se permettre de rêver à l’exploit.

Autre donnée intéressante pour les démocrates: même si la cote de popularité de Joe Biden stagne, les électeurs se soucient moins du travail de leur président. Les stratèges peuvent ainsi se concentrer sur les enjeux pour lesquels les électeurs sont prêts à se mobiliser.

Les républicains toujours dans le siège du conducteur

Même si les républicains ont noté des fluctuations dans les sondages récemment, celui du Pew devrait malgré tout leur permettre de garder le moral. Tout en haut de la liste des enjeux principaux, on retrouve des thèmes sur lesquels ils se démarquent.

La question de l’avortement est ainsi précédée de la criminalité violente, du contrôle des armes et, sans surprise, de l’économie. Les démocrates pourraient être hantés par le slogan «Defund the police», cher à la faction la plus progressiste, et on ne manquera pas de rappeler le spectre de l’inflation en jaugeant la performance économique de l’administration Biden.

  • Écoutez la chronique de politique américaine de Luc Laliberté

Deux autres informations ont retenu mon attention. Tout d’abord, presque la moitié des électeurs républicains craignent une élection frauduleuse. La désinformation sévit encore et le grand mensonge du vol de l’élection 2020 est toujours efficace.

Dernier élément, la place de Donald Trump dans le cœur de très nombreux républicains. Son nom n’est sur aucun bulletin de vote, mais son influence est certaine. Le sondage du Pew a été mené avant la saisie du FBI au domicile du 45e président, mais il est permis de douter que cet événement sans précédent puisse affecter la ferveur de ses partisans.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.