/news/society
Navigation

Un rassemblement émotif pour l’Ukraine

Des centaines de personnes ont dénoncé les six mois de guerre, mercredi

Coup d'oeil sur cet article

Des centaines de personnes se sont réunies dans le Vieux-Montréal pour célébrer l’indépendance de l’Ukraine et dénoncer les frappes meurtrières de la Russie qui se poursuivent dans ce pays depuis six mois. 

« Chaque jour, j’appelle ma mère pour être certaine qu’elle est encore vivante. Je veux montrer à ma famille là-bas que je pense à eux durant cette fête, même s’ils sont à des milliers de kilomètres de moi », confie Diria Kandrytavn, 22 ans. 

Cette jeune réfugiée, arrivée au Québec il y a seulement trois mois, tenait à être entourée de sa communauté pour le 31e anniversaire de l’indépendance de l’Ukraine. Environ 300 personnes se sont donné rendez-vous pour faire briller les couleurs bleu et jaune à la place Saint-Jacques. 

Le Journal a constaté sur les lieux que la plupart des participants étaient d’origine ukrainienne ou avaient des proches restés dans leur pays pour défendre les citoyens contre l’armée russe.

« Ça fait deux semaines que ma famille, qui habite à Marhanets se fait bombarder. La moitié de notre petite ville est déjà détruite. Je suis là avec les autres pour soutenir mon pays et pour leur donner espoir », explique les larmes aux yeux Ustmenko Yulia. 

Une fête amère

Cette dernière, vêtue d’un habit traditionnel et d’une couronne de fleurs aux couleurs de son pays, insiste pour dire que le rassemblement est avant tout pour demander la fin de la guerre en Ukraine. 

« On est à cette célébration avec amertume parce qu’on fête l’indépendance de l’Ukraine pendant qu’un pays agresseur est en train d’envahir notre pays. C’est important d’être ici et de dire à tout le monde : malgré la guerre, on croit encore à notre indépendance », mentionne Halyna Lykhoshva. 

Encore une frappe 

Six mois après l’invasion, un tir de roquette russe a eu lieu mercredi durant cette fête en Ukraine. Au moins 22 personnes sont mortes et des dizaines de personnes ont été blessées dans une gare ferroviaire. 

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, au moins cinq des victimes de l’attaque dans la ville de Tchaplyne, dans l’est du pays, sont mortes brûlées dans un véhicule. Un garçon de 11 ans a également été tué durant cette frappe. 

« Quand on voit ce qui se passe encore aujourd’hui en Ukraine, on veut juste que ça arrête et que la paix revienne », conclut John Chepurnaty, brandissant un drapeau avec la mention « F*ck Poutine ». 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.