/news/society
Navigation

Un bébé de parents témoins de Jéhovah pourra recevoir des transfusions sanguines

La Cour supérieure a tranché en faveur de la santé du poupon très grand prématuré

Sweet baby
mariiya – stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Un bébé très grand prématuré pourra recevoir des transfusions sanguines s’il en a besoin malgré le refus «injustifié» de ses parents, qui sont témoins de Jéhovah, a tranché la Cour supérieure.  

«À plusieurs reprises, la Cour supérieure a statué que le refus des parents de consentir, pour des convictions religieuses, à des transfusions sanguines requises par l’état de santé de leur enfant mineur constituait un refus injustifié. La situation en l’espèce n’est pas différente», a rappelé la semaine dernière le juge Philippe Cantin dans sa décision. 

Le CHU de Québec s’est emparé des tribunaux pour demander l’autorisation de procéder à des transfusions sanguines – en cas de besoin – sur un poupon né prématurément à 26 semaines et 6 jours de grossesse. 

Ses parents, témoins de Jéhovah, refusaient de consentir à cette avenue pour des motifs religieux malgré les risques importants encourus par le bébé «prématuré extrême» au cours de ses premiers mois de vie.

«Il est à risque de développer une anémie sévère qui, en l’absence de transfusion sanguine, peut entraîner des dommages irréversibles et même le décès», détaille notamment la décision. 

Dégradation rapide

Même si le bébé se trouve actuellement dans un état stable, son médecin traitant, la pédiatre-néonatologiste Geneviève Tremblay, a témoigné en cour que les nouveau-nés prématurés sont à «fort risque d’une dégradation rapide de leur état». 

«Des transfusions urgentes peuvent être requises, notamment en cas d’hémorragie active, d’une chirurgie ou d’une dégradation clinique [...]», peut-on lire. 

Cette dernière a estimé d’ailleurs que 90% des grands prématurés doivent recevoir des transfusions sanguines. 

«Connaissant les convictions religieuses des parents, l’équipe traitante a pris tous les moyens à sa disposition pour s’assurer que le taux d’hémoglobine de l’enfant demeure à des niveaux acceptables», précise le magistrat dans le document. 

En faveur

Ainsi, la Cour supérieure a tranché en faveur du CHU de Québec, permettant au personnel soignant d’administrer des transfusions sanguines «à la fréquence et à la quantité qu’ils jugeront médicalement appropriées» pour les quatre prochains mois, soit la durée de l’hospitalisation anticipée. 

Néanmoins, il enjoint au passage à l’équipe médicale de minimiser l’utilisation de produits sanguins et l’oblige à fournir une explication raisonnable aux parents pour chaque transfusion. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.