/finance/business
Navigation

Fiasco chez Arctic Glacier: vers une extrême pénurie de glace?

Le principal producteur et distributeur au Québec connaît toutes sortes de problèmes

Le Journal a constaté, hier, qu’il n’y avait plus du tout de glace dans plusieurs épiceries et dépanneurs de l’île de Montréal. En cause : les ennuis du géant Arctic Glacier.
Photo courtoisie Le Journal a constaté, hier, qu’il n’y avait plus du tout de glace dans plusieurs épiceries et dépanneurs de l’île de Montréal. En cause : les ennuis du géant Arctic Glacier.

Coup d'oeil sur cet article

Si vous avez eu de la difficulté à trouver un sac de glace, vous n’êtes pas seul. Lors des dernières semaines, des clients sont repartis bredouilles de leur épicerie ou dépanneur si bien que plusieurs se demandent si on en manquera d’ici la fin de l’été. 

Le week-end dernier, Le Journal a tenté l’expérience dans plusieurs commerces. Dans la presque totalité des cas, il était impossible de se procurer de la glace. 

Le Journal a constaté, hier, qu’il n’y avait plus du tout de glace dans plusieurs épiceries et dépanneurs de l’île de Montréal. En cause : les ennuis du géant Arctic Glacier.
Photo Olivier Bourque

« On essaie d’en avoir depuis plusieurs semaines, mais c’est très difficile », nous a confié la gérante d’un IGA. 

« Pendant trois semaines, on n’a pas reçu de sacs. Là, on vient d’en recevoir », a renchéri le gérant d’un Metro, situé dans le nord de l’île de Montréal, hier après-midi. 

Le Journal a constaté, hier, qu’il n’y avait plus du tout de glace dans plusieurs épiceries et dépanneurs de l’île de Montréal. En cause : les ennuis du géant Arctic Glacier.
Photo Olivier Bourque

Dans un autre commerce, un Couche-Tard, le congélateur était vide depuis plus d’un mois. 

« Les clients en veulent, mais on n’en reçoit pas », s’est désolé un responsable. 

Le problème vient du principal producteur et fournisseur de glace au Québec, l’entreprise américaine Arctic Glacier qui détient 75 à 80 % du marché québécois. 

Fiasco chez Arctic Glacier

Selon nos informations, le transfert de ses activités entre l’ancienne usine de Pointe-Saint-Charles et ses nouvelles installations de Dorval a été mal planifié.  

« Ç’a vraiment été un fiasco. Ils n’ont pas fait d’entreposage préventif et ils ont démantelé leur vieille usine quand l’autre n’était pas en fonction », nous a confié une source. 

Arctic Glacier n’a pas voulu répondre à nos questions. Mais en anglais, l’entreprise a indiqué par courriel que sa nouvelle usine va augmenter sa production.  

« Grâce à la nouvelle capacité disponible, nos consommateurs montréalais connaîtront moins de ruptures de stock chez leurs détaillants préférés », assure Arctic Glacier qui a aussi connu des problèmes de pénurie de main-d’œuvre. 

Les joueurs québécois en profitent

Le producteur de glace a même dû demander l’aide d’un joueur québécois, Glace Carnaval pour répondre à la demande. 

« On travaille avec eux depuis la fin mai. On a emballé pour eux tout l’été. Notre production fonctionne 24/7 actuellement », a souligné Alexandre Soucy, propriétaire de l’entreprise qui fournit principalement les Hautes-Laurentides, l’Abitibi-Témiscamingue et la région de Chibougamau. 

Un autre producteur et distributeur indépendant, Les Marchands, profite du contexte actuel. En raison des problèmes d’Arctic Glacier, la PME de 10 employés a vu une hausse de 12 à 15 % de ses contrats.

Conrad Pomerleau, copropriétaire du fabricant de glace Les Marchands, lui, ne manque pas de clients.
Photo Olivier Bourque
Conrad Pomerleau, copropriétaire du fabricant de glace Les Marchands, lui, ne manque pas de clients.

« On a plusieurs gens qui nous appellent. Si les indépendants n’avaient pas été là, je crois qu’on aurait carrément manqué de glace cette année », souligne Pierre-Olivier Prince, propriétaire de l’entreprise fondée en 2015. 

Pire cette année

Le jeune dirigeant croit d’ailleurs que tous les plus petits joueurs québécois ont récupéré des clients lors des derniers mois. 

« Même l’an passé, il y avait eu des ruptures de stock, au même moment, en pleine canicule. Mais c’est pire cette année », dit-il. 

Les problèmes devraient toutefois s’atténuer lors des prochaines semaines avec la fin des températures chaudes et la baisse de la demande. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.