/news/elections
Navigation

Bourde de Legault: Dominique Anglade devient «cette madame» pendant le discours du chef caquiste

Bourde de Legault: Dominique Anglade devient «cette madame» pendant le discours du chef caquiste

Coup d'oeil sur cet article

François Legault a raté l’occasion, dimanche, d’effectuer un lancement de campagne électorale sans accroc en employant l’expression «cette madame» pour désigner la cheffe libérale, Dominique Anglade.

• À lire aussi: «Cette madame»: Anglade réclame du respect à Legault

Ses adversaires et des analystes lui ont reproché d’être condescendant, de ne pas être suffisamment respectueux et même d’être paternaliste avec cette formule.

Pendant son discours de lancement, alors qu’il cherchait à tout prix à éviter de nommer ses adversaires politiques, M. Legault a rétorqué de cette façon à des critiques de Mme Anglade plus tôt dans la journée: «Comment cette madame peut-elle dire que l’économie du Québec ne va pas bien?» a demandé M. Legault.

La cheffe libérale a aussitôt réagi sur Twitter. «Mon nom est Dominique», a-t-elle lancé.

«Lorsque tu veux élever le débat, tu veux respecter tes vis-à-vis. Et, respecter tes vis-à-vis, ça veut dire que tu appelles la personne par son nom», a-t-elle renchéri plus tard, à Montréal. Pour elle, de tels propos «n’ont pas leur place».

C’était jour de lancement, dimanche, de la campagne électorale québécoise. Les électeurs auront 36 jours pour fixer définitivement leur choix d’ici à la tenue des élections du 3 octobre prochain. Dimanche, les chefs des quatre autres partis qui affronteront M. Legault ne se sont pas gênés pour multiplier les attaques à son endroit.

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 9 h 05 via QUB radio :

Éviter de personnaliser

Après son discours, M. Legault a tenté de se justifier. «J’essaie de ne pas personnaliser», a dit le chef caquiste à un journaliste qui lui a demandé pourquoi il refusait de nommer ses adversaires.

Ces explications n’ont pas convaincu la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.

«Il y a une condescendance ici qui n’est pas agréable. [Pour] nous autres, c’est Dominique Anglade. C’est la cheffe du Parti libéral», a-t-elle souligné en marge du lancement de la campagne de sa formation.

Appelée à réagir, Mireille Lalancette, professeure en communication politique à l’UQTR, estime que M. Legault aurait pu s’y prendre autrement.

«Il aurait pu l’appeler "la cheffe du parti libéral"», a-t-elle indiqué.

«C’était maladroit, poursuit-elle. Il aurait pu aussi dire "Mme Anglade" et ça aurait pu être plus respectueux.»

De son côté, Elsie Lefebvre, analyste politique et ancienne députée péquiste, croit que M. Legault a commis une erreur dont il aurait pu se passer.

«En voulant être trop prudent pour ne pas nommer les autres chefs, il a échappé une phrase malheureuse qui s’est avérée condescendante», a-t-elle affirmé en entrevue.

Mme Lefebvre rappelle que M. Legault n’en est pas à ses premières gaffes du genre. «Ce n’est pas la première fois que ça se produit, mais c’est sûr que ça fait paternaliste.»

L’analyste rappelle que chaque mot compte en politique. «Il ne faut pas faire une tempête dans un verre d’eau, mais ça montre à quel point en campagne électorale le message peut dévier facilement.»

– Avec la collaboration de Marc-André Gagnon, de Patrick Bellerose et de Nicolas Lachance

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux