/misc
Navigation

Zuckerberg, Biden et le FBI

Mark Zuckerberg
Photo d'archives, AFP Mark Zuckerberg

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu’il participait au balado du célèbre Joe Rogan jeudi dernier, Mark Zuckerberg y est allé de quelques révélations qui ont retenu l’attention. Le patron de Facebook est revenu sur le déroulement de la campagne 2020 en insistant sur des avertissements servis par le FBI.

L’agence fédérale se serait intéressée à deux dossiers: l’ingérence de la Russie, puis le contenu du fameux portable oublié chez un réparateur par le fils du président.

Les propos de Zuckerberg

Prenons donc le temps de revenir sur les propos du premier dirigeant de Facebook. Tout d’abord, il y a bel et bien eu de l’ingérence de la part de la Russie en 2016. Cette ingérence a particulièrement affecté les réseaux sociaux, dont Facebook. Faut-il vraiment s’étonner que l’agence exige une plus grande vigilance?

S’il va de soi qu’on tente de protéger le processus électoral et qu’on limite la propagation de désinformation, seule la question du fils du président mérite notre attention. Encore une fois, l’ombre de Hunter Biden plane sur la présidence de son père. J’ai déjà écrit à plusieurs reprises sur ce dernier ici, ici et ici

Hunter Biden
Photo d'archives, AFP
Hunter Biden

Encore une fois, malgré ce qu’en disent les partisans de Trump ou une publication comme le New York Post, il demeure difficile d’affirmer que les deux Biden ou le FBI ont tenté d’enterrer l’histoire et que l’administration actuelle puisse être dans l’illégalité.

Tout d’abord, Zuckerberg ne s’est exprimé sur le fameux portable qu’après avoir été relancé sur le sujet. Avant cela, il n’avait confirmé que le rôle du FBI en lien avec la propagande et la désinformation. Même lorsqu’il répond à la question sur le portable, il demeure vague.

Zuckerberg a-t-il freiné la circulation d’un article du Post contenant des informations pertinentes sur des activités illégales de Hunter Biden? Oui et non. Les mises en garde du FBI ne concernaient pas spécifiquement le fils du président, mais son histoire cadrait avec la nature des mises en garde.

Que répondent les dirigeants du FBI lorsqu’on les questionne sur les propos de Zuckerberg? Que leur rôle auprès d’une entité privée se limite à des mises en garde. Facebook n’est assurément pas la seule compagnie à en recevoir et Zuckerberg confirme que s’il a réduit la visibilité de l’article du Post, celui-ci a continué à circuler.

  • Écoutez l'édito de Luc Laliberté à l'émission de Mario Dumont diffusée chaque jour en direct 15 h 30 via QUB radio :

Une entrevue qui change la donne?

Si les échanges entre Rogan et Zuckerberg ont fait jaser, rien de majeur ne s’en dégage. On continuera de comparer les méfaits réels et documentés de plusieurs membres de l’administration Trump avec les fautes personnelles du fils de l’actuel président.

Au moment d’écrire ces lignes, Hunter Biden, toujours aussi nuisible à son père, fait l'objet d'une enquête et rien ne permet d’appuyer de nouveaux méfaits ou une éventuelle activité criminelle de Joe Biden. Bien sûr, c’est ce qu’on affirme si on a encore confiance dans les institutions et, surtout, dans les faits.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.