/finance/news
Publicité

Qui profitera des réductions d’impôt?

Cut tax line icon. Reduction tax rate sign. Inflation symbol. Quality design element. Linear style cut tax icon. Editable stroke. Vector
Illustration Adobe Stock


Au jour 2 de la campagne, libéraux et caquistes abattent déjà la carte des baisses d’impôt.

Le Parti libéral promet une réduction de 1,5 % sur les deux premiers paliers d’imposition.

La CAQ propose une diminution de 1 % sur les deux mêmes paliers. 

Qu’est-ce que ça veut dire au juste ? Qui en profitera ? 

Un système à étages

Le système par « paliers » sème parfois la confusion. Non, notre salaire n’est pas imposé à un taux uniforme qui augmenterait chaque fois qu’on franchit certains seuils (brackets) de revenu. 

On doit plutôt envisager ça comme des étages, et chacun est soumis à un taux d’imposition distinct et indépendant.

Au Québec, on compte quatre étages. En 2022, le premier palier comprend les revenus allant jusque’à 46 294 $ où le taux d’imposition s’élève à 15 %. Le second s’étend de 46 295 $ à 92 579 $, portion imposée au taux de 20 % par Québec.

Voici les paliers supérieurs d’imposition : 

  • 92 580 $ à 112 654 $ : 24 %.
  • 112 655 et plus : 25,75 %.

Tout le monde en profite

Évidemment, si on veut soulager la classe moyenne, les baisses d’impôt doivent se concentrer sur les paliers du bas. 

Cependant, ces annonces laissent à penser qu’on vise particulièrement les petites familles qui en arrachent financièrement. Détrompez-vous, les médecins, les avocats, les ingénieurs et les vice-présidents en tout genre vont également en bénéficier, et plus que les contribuables au bas de l’échelle. 

La différence entre les hauts salariés et la famille moyenne, c’est la partie supérieure de leur rémunération, soumise à des taux plus élevés. La portion des revenus comprise entre 0 $ et 92 579 $ est imposée au même taux pour tout le monde, là où s’appliqueront les diminutions promises. 

Certains gagnent plus que d’autres

Pour un contribuable gagnant 80 000 $, la proposition de la CAQ augmenterait son revenu disponible de 620 $, et celle des libéraux, de 930 $. Avec des revenus de 100 000 $, l’économie serait respectivement de 760 $ et 1150 $. 

Ces promesses ne changeront pas la vie des gagne-petit. Une personne dont le salaire atteint à peine 30 000 $ serait plus « riche » de 110 $ avec François Legault et de 160 $ avec Dominique Anglade.

Pour profiter au maximum des baisses d’impôt, les revenus doivent couvrir la totalité des paliers visés par les réductions. C’est le cas des hauts salariés.

Un nouveau palier pour les riches

Les libéraux comptent ajouter un « étage » supplémentaire. Les revenus de 300 000 $ et plus seraient imposés à 27,75 %. Peu de gens sont concernés, et pour le gouvernement, les entrées fiscales générées par ce nouveau palier seront loin de compenser les réductions accordées sur les deux du bas.

Pour laisser plus d’argent dans les poches de la classe moyenne sans faire de cadeaux aux plus nantis, on doit plutôt étendre et bonifier le crédit d’impôt pour solidarité, ce qui figure dans les cartons libéraux.

Un mot sur la voie envisagée par les conservateurs, qui se démarquent. Le parti d’Éric Duhaime propose d’augmenter le crédit d’impôt personnel de base. Actuellement, celui-ci fait en sorte que la première tranche de 16 000 $ de revenu n’est pas du tout imposée. Le Parti conservateur porterait ce montant de base à 20 000 $. 

Cette avenue, plus coûteuse, profiterait à tous les contribuables, mais son impact au bas de l’échelle serait plus important. Le salarié à 30 000 $ se retrouverait avec près de 1000 $ dans ses poches par année. 


L’impact des promesses sur votre portefeuille

Vous vous demandez quels effets auront les promesses des partis politiques sur votre portefeuille ainsi que sur les finances du gouvernement? 

La Chaire en fiscalité et finances publiques (CFFP) de l’université de Sherbrooke offre sur son site un simulateur fiscal qui permet d’évaluer les conséquences des changements proposés. Tous les chiffres cités plus haut sont tirés de cet outil, un incontournable durant cette campagne électorale. 







Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.