/misc
Navigation

La responsabilité d’Éric Duhaime

Coup d'oeil sur cet article

Éric Duhaime ne peut être tenu responsable des violences que subissent les élus.

Ce serait injuste de lui attribuer le fardeau de la responsabilité.

Mais cela ne dédouane pas entièrement le chef conservateur: Éric Duhaime a un devoir moral qu’il n’a pas toujours rempli depuis son entrée en politique. 

Violence

Aujourd’hui, la violence politique s’incarne principalement par la contestation des restrictions sanitaires.

Elle n’y est pas exclusive, mais c’est là où la violence de la vie numérique se déplace davantage vers la vie réelle.

Cette frustration est éclatée. Certaines revendications peuvent être légitimes, mais la majorité sont farfelues et toxiques. 

Partout, des politiciens veulent fédérer cette grogne.

Ce fut le cas d’Éric Duhaime et son parti. Leur alibi politique est la pandémie. Pas beaucoup de candidats se sont lancés par ravissement de la plateforme conservatrice.

Duhaime ne s’en cache pas: il souhaite canaliser la grogne en carburant politique.

Néanmoins, il existe une différence entre celui qui souhaite la représenter et celui qui l’alimente. Parfois, il l’alimente. Sans scrupules.

Quand il affirme que le gouvernement Legault est «le gouvernement le plus liberticide de notre histoire» ou que les «125 députés pensent pareil», il joue avec des allumettes.

Quand il dit qu’il faut «régler le cas à Legault» et reprend la rhétorique violente que bien de ses électeurs adoptent, il donne à manger aux excités.

Ça demeure payant politiquement. Le problème pour lui et pour son parti tient à leur dépendance à la pandémie. Sans elle, tout s’écroule. 

Imputabilité

Quiconque souhaite incarner cette colère est imputable aux débordements. 

Que Duhaime arrête de jouer à la victime et assume complètement qu’il est l’égérie de cette contestation. Pas juste quand ça lui plaît. Ce qui implique de calmer ses électeurs excités, à tout moment.  

Ce qui m’inquiète, c’est qu’à l’instar de Trump, Duhaime pense à la fin en se foutant des moyens, au détriment du reste.

Et le reste, ce sont ses adversaires qui en subissent parfois les conséquences.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.