/sports/hockey
Navigation

Série du siècle: la série qui a tout changé

BBS_Archives3007.jpg
Photo d'archives, Getty Images Serge Savard (photo) et Yvan Cournoyer conservent de précieux souvenirs de la Série du siècle de 1972 .

Coup d'oeil sur cet article

Cinquante ans plus tard, la Série du siècle de 1972 entre les Soviétiques et Équipe Canada continue de faire jaser. Pourtant, à l’origine, ce rendez-vous devait être dominé par les Canadiens, qui allaient affirmer leur écrasante suprématie aux yeux du monde sur la scène du hockey. Sur fond de tension politique, la tâche s’est avérée bien plus ardue que prévu. Retour sur cette lutte acharnée de huit matchs qui a transcendé le sport.

• À lire aussi: Série du siècle: un discours mémorable

• À lire aussi: Série du siècle: le héros inattendu

• À lire aussi: Série du siècle: venus pour apprendre!

• À lire aussi: Série du siècle: souvenirs de notre envoyé spécial

• À lire aussi: Série du siècle: nous sommes liés par quelque chose de profond

Quand les meilleurs joueurs russes et les meilleurs Canadiens évoluant dans la LNH se sont donné un premier rendez-vous, rien ne laissait croire que la série deviendrait aussi serrée que mémorable.

Alan Eagleson, directeur de Hockey Canada et président de l’Association des joueurs de la LNH à l’époque, avait bien résumé le courant de pensée ambiant quant aux huit duels qui allaient s’étaler du 2 au 28 septembre. «Tout ce qui ne serait pas un blanchissage sans équivoque des Russes sèmerait la honte dans la tête des joueurs et salirait notre fierté nationale», avait-il déclaré en grande pompe.

Des joueurs trop confiants

Cet élan d’enthousiasme était le même partout dans le monde du hockey. Dans un sondage mené par Hockey News, pas un seul des experts consultés pour leurs prédictions n’accordait aux Russes une seule victoire.

«Avant la première partie à Montréal, j’ai dit à Frank Mahovlich : “Mon Frank, j’ai peur, on ne sait pas contre qui on joue !” Je me disais qu’ils jouaient toujours ensemble et qu’ils performaient dans les compétitions internationales. Ils s’entraînaient tout le temps ensemble et avaient de vrais bons joueurs, mais nos éclaireurs ne nous présentaient pas le même portrait», a confié au Journal l’ex-attaquant Yvan Cournoyer dans les dernières semaines.

Yvan Cournoyer
Photo d'archives, Getty Images
Yvan Cournoyer

«On n’a pas respecté les Russes, a-t-il renchéri. On ne s’est pas entraîné comme on aurait dû et on n’a pas pris ça au sérieux. Le jeu était complètement différent.»

Une première gifle

Gorgés de confiance, les Canadiens ont attaqué la série au Forum avec deux buts dans les sept premières minutes. Les Russes ont à ce moment pris le contrôle de cette rencontre initiale en l’emportant 7 à 3, semant soudainement le doute à travers le pays.

Les Canadiens se sont ressaisis deux jours plus tard à Toronto (4 à 1), mais un verdict nul à Winnipeg (4 à 4) et une autre amère défaite à Vancouver (5 à 3) les plongeaient dans l’embarras. L’atmosphère bon enfant a fait place à une réelle hostilité entre les deux clans et entre deux systèmes politiques aux antipodes, le communisme et le capitalisme.

BBS_Archives3007.jpg
Photo d'archives

«On n’a pas été jouer cette série pour des raisons politiques, mais on arrivait face à un pays qui voulait prouver au monde entier que son système politique était meilleur que le nôtre et qu’il produisait des athlètes supérieurs. On s’est fait embarquer malgré nous dans cette ambiance-là. Les Russes se disaient supérieurs et notre seule réplique, c’était de leur rappeler que c’est nous autres qui avions inventé cette game-là», se souvient Serge Savard.

Passage salutaire en Russie

En retard par 2-1-1 dans la série, Équipe Canada a croulé davantage quand l’événement s’est transporté à Moscou, avec une autre défaite (5 à 4), le 22 septembre. À partir de ce moment, un revers ou un verdict nul, et c’en était fait.

Le dos au mur, l’équipe s’est regroupée et a été à son meilleur avec trois victoires de suite, par 3 à 2, 4 à 3 et 6 à 5. Dans le huitième et dernier match, les Canadiens tiraient même de l’arrière par 5 à 3 en troisième période.

«Après notre défaite au premier match à Moscou, ce sont eux qui nous ont manqué de respect. Ils ne pensaient pas qu’on allait gagner trois parties de suite contre eux en Russie. Comme je dis souvent, avoir perdu, je pense qu’on ne serait pas revenus au Canada. Ça aurait été très embarrassant», rigole Cournoyer, qui avait inscrit le but égalisateur au match ultime, semant ainsi la pagaille dans les gradins à Moscou.

BBS_Archives3007.jpg
Photo d'archives, Getty Images

De grandes émotions

Pour sa part, Savard est d’avis que c’est sur le plan émotif que les Canadiens ont fait la différence dans une série marquée par quelques controverses et coups bas.

«Ce qui a joué pour nous, c’est que les Russes, dans leur système, n’avaient pas l’habileté de s’élever aussi haut sur le plan émotif que nous autres. Émotionnellement, c’était impossible de s’élever aussi haut. C’est difficile de comparer et il ne faut pas minimiser une conquête de la coupe Stanley, mais le plus beau moment de ma carrière sportive reste la victoire à Moscou en 1972», insiste-t-il.

En 1972, le Canada comptait 22 millions d’habitants. Pas moins de 16 millions d’entre eux auraient suivi en direct le dernier match de la série jusqu’au but victorieux.

Sur ce but, Cournoyer se trouvait aux premières loges. Il devait quitter la glace, exténué, mais il avait rebroussé chemin pour couper une tentative de dégagement des Russes.

Quelques instants plus tard, le Canada sauvait la face grâce au mémorable but vainqueur de Paul Henderson, avec 34 secondes à écouler au troisième tiers.

«Quand il a marqué, j’étais juste à côté de lui. J’ai serré bien des gars dans mes bras au fil de ma carrière avec le Canadien, mais jamais autant que lui. Je lui ai dit : “We did it, we did it !”», raconte Cournoyer, encore ému par le moment d’une immense magnitude.

Un sport transformé

Au-delà de la victoire du Canada et de l’honneur sauvé, la Série du siècle a profondément transformé le hockey.

BBS_Archives3007.jpg
Photo d'archives, Getty Images

«Le résultat final, ça a été le réveil du hockey nord-américain. Quand nous sommes revenus, tout le monde s’est remis en question. Tout a changé à partir de la Série du siècle, dont les méthodes d’entraînement en Amérique du Nord. Le sport est devenu mondial plutôt que régional», estime Serge Savard.

Malgré ses succès répétés avec le Canadien autant comme joueur que comme directeur général par la suite, Serge Savard affirme qu’encore aujourd’hui, la Série du siècle fascine les gens plus que tout.

«C’est un événement qui a marqué le monde. Chaque fois que je donne une conférence et que j’aborde le sujet de 1972, ça devient silence complet dans la salle. Je sens tout de suite que j’ai vraiment l’attention de tout le monde.» 

ILS ONT GARDÉ LE MEILLEUR POUR LA FIN 

MATCH 1

Forum de Montréal
18 818 spectateurs

2 septembre 1972
CAN : 3 URSS : 7

1re période

1-0 CAN Phil Esposito (F. Mahovlich, Bergman) à 0 min 30 s

2-0 CAN Paul Henderson (Clarke) à 6 min 32 s

2-1 URSS Yevgeni Zimin (Yakushev, Shadrin) à 11 min 40 s

2-2 URSS Vladimir Petrov (Mikhaïlov) à 17 min 28 s *DN

2e période

3-2 URSS Valeri Kharlamov (Maltsev) à 2 min 40 s

4-2 URSS Valeri Kharlamov (Maltsev) à 10 min 18 s

3e période

4-3 CAN Bobby Clarke (Ellis, Henderson) à 8 min 22 s

5-3 URSS Boris Mikhaïlov (Blinov) à 13 min 32 s

6-3 URSS Yevgeni Zimin à 14 min 29 s

7-3 URSS Aleksandr Yakushev (Shadrin)

Gardiens

Canada Ken Dryden
(23 arrêts sur 30 lancers)

URSS Vladislav Tretiak
(29 arrêts sur 32 lancers)


MATCH 2

Maple Leafs Garden de Toronto
16 485 spectateurs

4 septembre 1972
CAN : 4 URSS : 1

1re période

Aucun but

2e période

1-0 CAN Phil Esposito (Park, Cashman) à 7 min 14 s

3e période

2-0 CAN Yvan Cournoyer (Park) à 1 min 19 s *AN

2-1 URSS Aleksandr Yakushev (Lyapkin, Zimin) à 5 min 53 s *AN

3-1 CAN Pete Mahovlich (Esposito) à 6 min 47 s *DN

4-1 CAN Frank Mahovlich (Mikita, Cournoyer) à 8 min 59 s)

Gardiens

Canada Tony Esposito
(20 arrêts sur 21 lancers)

URSS Vladislav Tretiak
(32 arrêts sur 36 lancers)


MATCH 3

Winnipeg Arena
9800 spectateurs

6 septembre 1972
CAN : 4 URSS : 4

1re période

1-0 CAN Jean-Paul Parisé (White, Esposito) à 1 min 54 s

1-1 URSS Vladimir Petrov à 3 min 16 s *DN

2-1 CAN Jean Ratelle (Cournoyer, Bergman) à 18 min 25 s

2e période

3-1 CAN Phil Esposito (Cashman, Parisé) à 4 min 19 s

3-2 URSS Valeri Kharlamov (Tsygankov) à 12 min 56 s *DN

4-2 CAN Paul Henderson (Clarke, Ellis) à 13 min 47 s

4-3 URSS Yuri Lebedev (Anisin, Vasiliev) à 14 min 59 s

4-4 URSS Aleksandr Bodounov

3e période

Aucun but

Gardiens

Canada Tony Esposito
(21 arrêts sur 25 lancers)

URSS Vladislav Tretiak
(34 arrêts sur 38 lancers)


MATCH 4

Pacific Coliseum de Vancouver
15 570 spectateurs

8 septembre 1972
CAN : 3 URSS : 5

1re période

1-0 URSS Boris Mikhaïlov (Lutchenko, Petrov) à 2 min 01 s *AN

2-0 URSS Boris Mikhaïlov (Lutchenko, Petrov) à 7 min 29 s *AN

2e période

2-1 CAN Gilbert Perreault à 5 min 37 s

3-1 URSS Yuri Blinov (Petrov, Mikhaïlov) à 6 min 34 s

4-1 URSS Vladimir Vikulov (Kharlamov, Maltsev) à 13 min 52 s *DN

3e période

4-2 CAN Bill Goldsworthy (Esposito, Bergman) à 6 min 54 s

5-2 URSS Vladimir Shadrin (Yakushev, Vasiliev) à 11 min 05 s

5-3 CAN Dennis Hull (Esposito)

Gardiens

Canada Ken Dryden
(26 arrêts sur 31 lancers)

URSS Vladislav Tretiak
(38 arrêts sur 41 lancers)


MATCH 5

Palais des sports Loujniki de Moscou
15 000 spectateurs

22 septembre 1972
CAN : 4 URSS : 5

1re période

1-0 CAN Jean-Paul Parisé (White, Esposito) à 15 min 30 s

2e période

2-0 CAN Bobby Clarke (Henderson) à 3 min 34 s

3-0 CAN Paul Henderson (Lapointe, Clarke) à 11 min 58 s

3e période

3-1 URSS Yuri Blinov (Petrov, Kuzkin) à 3 min 34 s

4-1 CAN Paul Henderson (Clarke) à 4 min 56 s

4-2 URSS Viacheslav Anisin (Lyapkin, Yakushev) à 9 min 05 s

4-3 URSS Vladimir Shadrin (Anisin) à 9 min 13 s

4-4 URSS Alexander Gusev (Ragulin, Kharlamov) à 11 min 41 s

5-4 URSS Vladimir Vikulov (Kharlamov) à 14 min 46 s

Gardiens

Canada Tony Esposito
(28 arrêts sur 33 lancers)

URSS Vladislav Tretiak
(33 arrêts sur 37 lancers)


MATCH 6

Palais des sports Loujniki de Moscou
15 000 spectateurs

24 septembre 1972
CAN : 3 URSS : 2

1re période

Aucun but

2e période

1-0 URSS Yuri Lyapkin (Yakushev, Shadrin) à 1 min 12 s

1-1 CAN Dennis Hull (Gilbert) à 5 min 13 s

2-1 CAN Yvan Cournoyer (Berenson) à 6 min 21 s

3-1 CAN Paul Henderson à 6 min 36 s

3-2 URSS Aleksandr Yakushev (Shadrin, Lyapkin) à 17 min 11 s *AN

3e période

Aucun but

Gardiens

Canada Ken Dryden
(29 arrêts sur 31 lancers)

URSS Vladislav Tretiak
(22 arrêts sur 25 lancers)


MATCH 7

Palais des sports Loujniki de Moscou
15 000 spectateurs

26 septembre 1972
CAN : 4 URSS : 3

1re période

1-0 CAN Phil Esposito (Ellis, Park) à 04 min 09 s

1-1 URSS Aleksander Yakushev (Shadrin, Lyapkin) à 10 min 17 s

2-1 URSS Vladimir Petrov (Vikulov, Tsygankov) à 16 min 27 s *AN

2-2 CAN Phil Esposito (Parisé, Savard) à 17 min 34 s

2e période

Aucun but

3e période

3-2 CAN Rod Gilbert (Ratelle, Hull) à 2 min 13 s

3-3 URSS Aleksandr Yakushev (Maltsev, Lutchenko) à 5 min 15 s *AN

4-3 CAN Paul Henderson (Savard) à 17 min 54 s

Gardiens

Canada Tony Esposito
(28 arrêts sur 31 lancers)

URSS Vladislav Tretiak
(21 arrêts sur 25 lancers)


MATCH 8

Palais des sports Loujniki de Moscou

15 000 spectateurs

28 septembre 1972
CAN : 6 URSS : 5

1re période

1-0 URSS Alexander Yakushev (Lyapkin, Maltsev) à 3 min 34 s *AN

1-1 CAN Phil Esposito (Park) à 6 min 45 s *AN

2-1 URSS Vladimir Lutchenko (Kharlamov) à 13 min 10 s *AN

2-2 CAN Brad Park (Ratelle, Hull) à 16 min 59 s

2e période

3-2 URSS Vladimir Shadrin à 0 min 21 s

3-3 CAN Bill White (Gilbert, Ratelle) à 10 min 32 s

4-3 URSS Alexander Yakushev à 11 min 43 s

5-3 URSS Valeri Vasiliev à 16 min 44 s * AN

3e période

5-4 CAN Phil Esposito (P. Mahovlich) à 2 min 27 s

5-5 CAN Yvan Cournoyer (Esposito,Park) à 12 min 56 s *AN

6-5 CAN Paul Henderson (Esposito) à 19 min 26 s

Gardiens

Canada Ken Dryden
(22 arrêts sur 27 lancers)

URSS Vladislav Tretiak
(30 arrêts sur 36 lancers) 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.