/entertainment
Navigation

Fred Pellerin à Saint-Élie-de-Caxton: plus discret, mais toujours présent

Fred Pellerin à Saint-Élie-de-Caxton: plus discret, mais toujours présent
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le conteur Fred Pellerin persiste et signe: il ne reviendra pas sur sa décision de ne plus collaborer directement avec la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton, mais assure qu’il continue de s’impliquer dans son village natal. 

• À lire aussi: SuperFrancoFête: un excitant tour de la francophonie en 40 chansons

«Pour moi, c’est réglé. Je ne retournerai pas collaborer directement avec le village, a-t-il mentionné lors d’un récent entretien téléphonique. Je me suis trempé le doigt une fois dans l’eau chaude et j’ai compris comment ça marchait.»

C’est une controverse autour de la Féerie de Noël il y a quelques années qui a sonné le glas de la collaboration entre Fred Pellerin et l’administration municipale de Saint-Élie-de-Caxton. Dans le cadre de cette célébration, chaque année durant le temps des Fêtes, c’est la voix de l’artiste qu’on entendait lors des balades en carriole dans le village. Or, pour l’édition 2018-2019, la municipalité a apporté des changements à l’enregistrement, notamment en prenant la voix d’une autre personne, sans s’entendre au préalable avec le conteur. Déçu, Fred Pellerin a décidé de se dissocier du projet entourant la Féerie de Noël.

«Il n’y a aucune amertume et je suis en bons termes avec tout le monde en ce moment, a-t-il assuré. En ne retournant pas directement dans le bain municipal, je me garde dans une zone heureuse.»

L’artiste, toujours très associé à ce village de la Mauricie qu’il a en quelque sorte mis sur la mappe, a ajouté du même souffle que les élus en place respectent sa décision.

Bien qu’il côtoie sur une base régulière la mairesse Gina Lemire, Fred Pellerin soutient qu’il refuserait toute demande de sa part.

«Pendant 20 ans, j’ai mis mon cœur, et la façon dont cela s’est terminé m’a fait beaucoup trop mal. Je m’implique d’une façon différente pour que j’aie davantage la mainmise, que les ententes soient plus claires et que nous ne soyons pas à la merci de la chose politique.»

En cours d’entrevue, il nous a aussi confié que son implication dans la vie communautaire du village n’a jamais ralenti, mais qu’elle est peut-être moins visible sur le terrain.

S’investir autrement

Fred Pellerin possède une maison à Saint-Élie-de-Caxton, qu’il prête à des artistes. L’illustratrice Annie Boulanger s’y est installée pendant six semaines au printemps dernier pour créer La course de petits bateaux avec les enfants de l’école locale. L’exposition a été présentée tout l'été à l'église.

«J’ai fait les liens entre Annie Boulanger, l’organisme [à but non] lucratif Développement Saint-Élie ainsi que l’école du village», a-t-il précisé, ajoutant qu’il a aussi utilisé ses contacts afin que Développement Saint-Élie obtienne les droits de diffusion du film L’arracheuse de dents, qui a été présenté au Garage de la culture, un pôle d’attraction du village.

Fred Pellerin lancera un nouveau spectacle de contes basés sur un personnage de Saint-Élie-de-Caxton en septembre. De plus, il s’affaire à terminer le tournage d’une série documentaire sur la forêt. Également, il a reçu une commande pour un prochain scénario de film.

«Mon automne sera beaucoup axé sur la tournée et l’écriture du prochain film. Pour moi, prendre la route avec un spectacle neuf, c’est comme jouer avec mon nouveau petit tracteur. J’ai vraiment du plaisir», a mentionné celui qui aimerait aussi écrire pour le théâtre un jour.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.