/news/elections
Navigation

Legault mélange immigration, extrémisme et violence... puis se rétracte

«Il y a une façon de vivre chez nous et on veut la garder», a déclaré le chef de la CAQ

Coup d'oeil sur cet article

L’ÉTAPE | François Legault s’est rétracté mercredi soir après avoir plaidé que c’est pour protéger les valeurs des Québécois, qui «n’aiment pas les extrémistes», ni «la violence» qu’il importe de maintenir les seuils d’immigration au niveau actuel, des propos aussitôt dénoncés par ses adversaires.

• À lire aussi: Immigration: Legault préfère que le Québec conserve la taille d’un «petit pays»

• À lire aussi: L’heure juste: aucun gouvernement n’a projeté un seuil de 70 000 immigrants comme le proposent les libéraux

• À lire aussi: Duhaime invite les anglophones à voter conservateur pour faire respecter leurs droits historiques

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

«L’immigration est une richesse pour le Québec. L’intégration sera toujours un défi pour une nation francophone en Amérique du Nord. Je n’ai pas voulu associer l’immigration à la violence. Je suis désolé si mes propos ont porté à confusion. Ma volonté, c'est de rassembler», a déclaré le chef de la CAQ sur Twitter, en début de soirée. 

Plus tôt en après-midi, alors qu’il venait de visiter une école de Victoriaville, François Legault a soutenu une fois de plus que les niveaux d’intégration que souhaite imposer Justin Trudeau dans les différentes provinces canadiennes posent un «grand défi d’intégration».  

- Écoutez la rencontre Yasmine Abdelfadel et Marc-André Leclerc diffusée chaque jour en direct 6 h via QUB radio : 

«Et évidemment, il est beaucoup plus grand au Québec à cause de la langue», a souligné M. Legault, qui tient à conserver le nombre maximal de nouveaux arrivants à 50 000 par année au cours d’un prochain mandat, s’il forme le prochain gouvernement.

Photo Marc-André Gagnon

«Une façon de vivre»

Mais c’est en ajoutant l’argument des valeurs québécoises que le chef de la Coalition Avenir Québec s’est attiré les foudres de ses adversaires. 

«On a parlé beaucoup de laïcité dans les dernières années. C’en est une des valeurs aussi. Le respect. [...] Il y a une façon de vivre chez nous et on veut la garder», a-t-il insisté, en réutilisant une formule souvent empruntée pendant débat sur la laïcité: «parce que c’est comme ça qu'on vit au Québec». 

«Les Québécois sont pacifiques, a exposé M. Legault. Ils n’aiment pas la chicane, ils n’aiment pas les extrémistes, ils n’aiment pas la violence. Donc il faut s’assurer qu’on garde ça comme c’est là actuellement.» 

Somme toute, cet enjeu «n’est pas unique au Québec», considère le chef de la CAQ. «Je regarde ce qui est arrivé en Allemagne, ce qui est arrivé dans beaucoup d’autres pays. Ça reste toujours un défi, l’intégration des nouveaux arrivants.»

Un amalgame dangereux, dit le PLQ

Rapidement, la cheffe libérale Dominique Anglade a reproché à François Legault de faire «un dangereux amalgame» entre la violence et l’immigration. 

Elle en a même rajouté, dans une vidéo, en qualifiant ses propos «d’indignes», tout en l’accusant de continuellement chercher à diviser. 

«Ce n’est pas la première fois que M. Legault utilise des termes qui divisent beaucoup les Québécois entre eux», a réagi à son tour le chef conservateur Éric Duhaime. 

«J’espère qu’il s’est simplement mal exprimé. Tous les Québécois souhaitent effectivement qu’on intègre mieux nos immigrants», a dit M. Duhaime, jugeant les propos du premier ministre sortant «malheureux».

Dangereux dérapage

Chez Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois n’a pas hésité à parler d’un «dérapage» de la part du premier ministre sortant, qui a livré le fond de sa pensée, selon lui. 

De façon générale, François Legault «dit ce qu’il pense», a rappelé le porte-parole solidaire, en dénonçant ce type de discours «dangereux», qui «détériore le climat social». 

Préférant continuer à mener une campagne «constructive et responsable», le chef du Parti Québécois Paul St-Pierre Plamondon a préféré s’abstenir de qualifier les propos «flous» du chef caquiste. 

- Avec la collaboration de Nicolas Lachance, Gabriel Côté, Annabelle Blais et Patrick Bellerose

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux