/news/society
Navigation

Décès d’Élisabeth II: une reine près de ses sujets

En 70 ans, elle a visité officiellement le Canada 22 fois, soit plus que tout autre pays du Commonwealth

rapatriement de la constitution
Photo d'archives Près de 32 000 personnes étaient réunies à Ottawa lorsque la reine Élisabeth II a signé la proclamation royale de la Constitution, en avril 1982, aux côtés du premier ministre Pierre Elliot Trudeau.

Coup d'oeil sur cet article

Même si elle n’a pas mis le pied en sol canadien depuis 2010 en raison de problèmes de santé, la reine Élisabeth II accordait une grande importance au pays de la feuille d’érable, comme en témoignent ses nombreuses visites au fil des ans. 

En 70 ans de règne, Sa Majesté la reine a fait le voyage depuis le Royaume-Uni pas moins de 22 fois pour rencontrer ses sujets du Canada, soit plus que dans tous les autres pays du Commonwealth. 

« Elle a toujours eu une affection particulière pour le Canada, et c’était réciproque. Il y avait vraiment un lien intangible entre les deux », explique Karim Al-Dahdah, porte-parole de la Ligue monarchique du Canada. 

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

Sa dernière visite, en juin 2010, lui a notamment permis de participer aux célébrations de la fête du Canada à Ottawa, et d’en faire l’éloge devant 100 000 personnes rassemblées sur la colline du Parlement.  

« Ma mère a dit un jour que ce pays était comme un chez-soi pour la reine du Canada. Je suis ravie d’annoncer que c’est toujours le cas [...] C’est bon d’être à la maison ! », avait-elle déclaré à son arrivée au pays. 

Lors de cette visite, le couple royal s’est notamment rendu à Québec, à Cap-Tourmente, à Rivière-du-Loup et à La Pocatière. La photo a été prise lors d’un souper d’État offert par le gouvernement canadien au Château Frontenac.
Photo d'archives
Lors de cette visite, le couple royal s’est notamment rendu à Québec, à Cap-Tourmente, à Rivière-du-Loup et à La Pocatière. La photo a été prise lors d’un souper d’État offert par le gouvernement canadien au Château Frontenac.

Rapatriement de la Constitution 

C’est sur cette même colline que le rapatriement de la Constitution avait été entériné 28 ans plus tôt, en avril 1982.  

La reine Élisabeth II, alors âgée de 56 ans, avait fait le voyage depuis le palais de Buckingham pour apposer sa signature sur la proclamation royale de la Constitution, aux côtés du premier ministre, Pierre Elliot Trudeau. 

Cette conclusion à des tentatives qui avaient toutes échoué depuis plus de 50 ans a attiré quelques dizaines de milliers de personnes, malgré le mauvais temps.  

Il s’agissait d’une victoire historique pour le Canada anglais, alors que le premier ministre du Québec, René Lévesque, floué quelques mois plus tôt par Trudeau, protestait à Montréal. 

Lors d’une visite au Canada en 1977 à l’occasion de son jubilé d’argent (25e anniversaire de son accession au trône), la reine avait rencontré à Québec les premiers ministres des provinces, dont René Lévesque (deuxième à gauche), chef du Parti Québécois.
Photo d'archives
Lors d’une visite au Canada en 1977 à l’occasion de son jubilé d’argent (25e anniversaire de son accession au trône), la reine avait rencontré à Québec les premiers ministres des provinces, dont René Lévesque (deuxième à gauche), chef du Parti Québécois.

Un Québec plus hostile 

Les relations de la reine avec le Québec ont d’ailleurs toujours été plutôt tendues. Ses rares visites dans la province se sont presque toutes terminées dans la controverse. 

Quand elle a débarqué dans la Vieille Capitale en 1964, des manifestations de souverainistes ont été sévèrement rabrouées par les policiers lors de ce qu’on appellera plus tard le samedi de la matraque. 

À l’occasion de sa dernière visite officielle­­­ au Québec, en 1987, la reine et le prince Philip ont été accueillis « de façon polie » à l’aéroport de Québec.
Photo d'archives
À l’occasion de sa dernière visite officielle­­­ au Québec, en 1987, la reine et le prince Philip ont été accueillis « de façon polie » à l’aéroport de Québec.

Outre quelques apparitions, notamment lors de l’Expo 67 et des Jeux olympiques de Montréal en 1976, il faudra attendre 1987 pour que Sa Majesté décide de faire une nouvelle — et dernière — visite officielle de la province.

Notons qu’en 2002, elle avait fait un bref passage au Musée canadien de l’histoire, à Gatineau, à l’occasion de son jubilé d’or. 

Une centaine de souverainistes hostiles s’étaient alors rassemblés pour dénoncer le contrôle de la monarchie.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.