/news/politics
Navigation

Charest retourne dans le secteur privé

Il félicite son adversaire Pierre Poilievre à reculons

chefferie conservateurs
Photo Agence QMI, Marc DesRosiers Jean Charest réagissant samedi à l’annonce des résultats à la course à la direction du Parti conservateur du Canada dans laquelle il a été éclipsé par Pierre Poilievre.

Coup d'oeil sur cet article

Visiblement affligé après sa défaite cinglante dans la course à la direction du Parti conservateur, Jean Charest a annoncé qu’il quittait la vie politique pour retourner dans le secteur privé.

• À lire aussi: Pierre Poilievre élu chef du Parti conservateur du Canada

• À lire aussi: Jean Charest s’est fait lessiver par la vague, même au Québec

Dans une vidéo de six minutes diffusée sur les réseaux sociaux, hier matin, M. Charest a d’abord adressé des félicitations du bout des lèvres au nouveau chef du parti, dont il n’a prononcé le nom qu’une seule fois.

« Je veux féliciter M. [Pierre] Poilievre pour sa campagne dynamique », a-t-il dit en employant une formule passe-partout.

Il a ensuite indiqué qu’il souhaitait continuer à militer au sein du Parti conservateur, mais que c’en était fini pour le moment de son implication comme politicien.

  •  Écoutez la rencontre Yasmine Abdelfadel et Marc-André Leclerc diffusée chaque jour en direct 6 h via QUB radio : 

« Je vais demeurer un militant actif, a-t-il expliqué, et je vais continuer de défendre les idées que je vous ai proposées pendant cette course au leadership. Je vais retourner dans le secteur privé, au grand bonheur de ma famille. »

Revers cinglant

L’ancien premier ministre du Québec a été battu à plate couture par M. Poilievre, samedi soir, en ne récoltant que 16 % des votes à l’issue de la course à la direction du parti, tandis que son adversaire en obtenait 68 %.

chefferie conservateurs
Photo Agence QMI, Marc DesRosiers

M. Charest en a aussi profité pour lancer un avertissement à M. Poilievre en le prévenant de ne pas utiliser le Parti conservateur pour servir ses seules idées et celles de son entourage.

Une clique

« Un parti politique, ce n’est pas une franchise. Il n’appartient pas à une clique ou à l’establishment. Il est donc important que ce parti puisse être approprié [sic] par la population canadienne », a affirmé M. Charest.

Rappelons que M. Poilievre a défendu, dans le passé, des positions qui ont suscité la controverse, notamment en appuyant le « Convoi pour la liberté » qui a envahi les rues d’Ottawa plus tôt cette année.

Néanmoins, Jean Charest a insisté sur l’importance pour les Canadiens de se tourner vers les conservateurs pour former le prochain gouvernement.

« Il est urgent pour nous, comme pays, de se donner un gouvernement capable de nous unir, a-t-il souligné, et de mettre à la même table des hommes et des femmes qui viennent de la Saskatchewan, de l’Alberta, des Maritimes, de l’Atlantique et du Québec. »

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.