/news/elections
Navigation

Deux élus caquistes de l'Estrie menacés

Coup d'oeil sur cet article

Des députés caquistes sortants de l’Estrie et du Centre-du-Québec bénéficient de la protection de la Sûreté du Québec en raison de gestes d’intimidation ou de menaces à leur endroit. 

• À lire aussi: Intimidation envers le caquiste Éric Lefebvre: «totalement inacceptable», déplore François Legault

• À lire aussi: Menaces envers un candidat de la CAQ: «J’ai vraiment l’impression d’avoir été violé», dit Éric Lefebvre

Celui d’Arthabaska, Éric Lefebvre, a reçu la semaine dernière la visite d’opposants aux mesures sanitaires à sa résidence. 

Pour sa part, le député sortant d’Orford, Gilles Bélanger, a récemment été victime de gestes d’intimidation. M. Bélanger avait aussi reçu la visite de participants au «convoi de la liberté» en janvier, avant leur départ pour Ottawa. 

«Ils sont venus chez nous avant de se rendre à Ottawa. Donc, je sympathise avec Éric. C’est inacceptable», a-t-il clamé en entrevue avec TVA Nouvelles. 

Afin de ne pas nuire à l'enquête, Gilles Bélanger n’a donné aucun autre détail sur ces événements. 

«Ma collègue Geneviève Guilbault, qui travaille avec la Sûreté du Québec, est au courant du dossier. Donc, ils ont pris ça en main. Ils travaillent en collaboration avec la police de Memphrémagog. Moi, je suis en sécurité, je suis confiant, ça va bien depuis quelques jours. Là, y’a aucune inquiétude», a-t-il ajouté. 

Ses craintes vont bien au-delà des affiches électorales vandalisées, sur lesquelles on retrouve des dessins dégradants ou des moustaches afin de rappeler le règne d'Hitler. 

Des pancartes de la candidate caquiste dans Sherbrooke, Caroline St-Hilaire, ont aussi fait l'objet de méfaits. 

L'affiche géante de la candidate avec François Legault au coin des boulevards de Portland et Jacques-Cartier a été découpée dès les premiers jours de la campagne. 

Les plus petites affiches de la candidate au centre-ville disparaissent en pleine nuit. 

Aux yeux de l'ancienne mairesse de Longueuil, ce sont des gestes d'intimidation inacceptables qu'importe le candidat ou le parti. 

Depuis le début de la campagne électorale, la Sûreté du Québec dit avoir arrêté 15 personnes pour des menaces ou méfaits envers les candidats. 

Pour des raisons de sécurité, la police provinciale ne précise pas combien d'élus sortants font l'objet d'une protection policière.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux