/misc
Navigation

Hunter Biden: le film

Hunter Biden
Photo d'archives, AFP Hunter Biden

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’une amie m’a informé du projet de film portant sur le fils Biden, j’ai d’abord cru à un canular.

J’aurais dû me douter que la récupération de thèses complotistes était trop alléchante et qu’il y a tout un public de partisans du 45e président qui ne sont jamais rassasiés. Pourquoi ne pas soutirer quelques dollars de plus à ceux et celles pour qui la seule évocation du prénom Hunter peut faire contrepoids à toutes les entourloupes bien réelles de leur idole?

Hunter Biden, la mine d’or

Depuis mercredi dernier, le grand public peut accéder à cette production modeste qui connaît un certain succès sur les plateformes de téléchargement. Si vous êtes de ceux qui croient qu'Hollywood est le paradis des progressistes, vous trouverez peut-être un certain «réconfort» dans le fait qu’il s’agit d’une production de Breitbart.

L’organisation conservatrice qui ne recule pas devant la xénophobie, le racisme, la misogynie et l’extrême droite tente une percée dans le monde du cinéma. Au-delà de la quête d’un nouvel espace pour véhiculer leur propagande, les dirigeants de Breitbart tentent de compenser d’importantes pertes de lectorat et de revenus publicitaires.

Il faut dire que l’histoire du fils Biden est devenue une véritable mine d’or. Pour peu que vous cherchiez, vous trouverez sans mal des t-shirts, des tasses, des poupées et des autocollants à l'effigie de Hunter Biden, ou même des photos présumément tirées du tristement célèbre ordinateur portable qu’il aurait oublié chez un réparateur.

Non seulement le film colle aux bobards de Breitbart, mais la composition de l’équipe de tournage et le choix des principaux acteurs témoignent du caractère bien particulier de cette œuvre. Presque tous les artisans sont des partisans de Trump ou, minimalement, des complotistes.

L’objectif de toute l’opération ne saurait être plus net: associer Joe Biden à son fils et ébranler sa présidence. Qu’on prenne des libertés avec les faits ne saurait entraver la réalisation du projet.

Breitbart pris à son propre jeu?

Vous trouverez des critiques du film dans un grand nombre de publications comme The Guardian, mais c'est cependant celle du site POLITICO qui a retenu mon attention.

Dans son reportage sur la production de Breitbart, le journaliste mentionne que trois producteurs d’Hollywood, dont un avocat proche de Hunter Biden, ont eu accès au plateau de tournage de My Son Hunter en se présentant comme des documentaristes.

Les comparses ont côtoyé les membres de la production, dont l’interprète de Hunter Biden, l’acteur Laurence Fox. Ils sont ainsi revenus de la Serbie, lieu du tournage, avec des images de la production et des confidences.

Il semble donc que nous aurons droit à un second film et que Joe Biden ne parviendra pas à se débarrasser de ce caillou dans sa chaussure. Si rien n’indique qu’il ait profité des tractations douteuses de son fils, ce dernier fait vendre et ils sont nombreux à profiter des retombées.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.