/news/elections
Navigation

Nouveau chef du PCC: François Legault prudent avec Pierre Poilievre

Les autres chefs québécois, eux, ne se gênent pas pour dire ce qu’ils pensent du nouveau leader conservateur

Canada-POLITICS-CONSERVATIVE
Photo AFP Pierre Poilievre réagissant à sa victoire à la chefferie conservatrice, samedi, à Ottawa.

Coup d'oeil sur cet article

À l’opposé des autres chefs québécois, François Legault a réagi timidement à la victoire pourtant fracassante de Pierre Poilievre comme nouveau chef du Parti conservateur du Canada (PCC). 

• À lire aussi: Comme Poilievre, Duhaime veut libérer le Québec des wokes

• À lire aussi: La victoire de Pierre Poilievre pourrait raviver la flamme indépendantiste, selon PSPP

• À lire aussi: Charest retourne dans le secteur privé

«Je n’ai jamais rencontré M. Poilievre», a-t-il lancé pour montrer qu’il gardait ses distances avec lui.

M. Legault n’a pas voulu s’avancer pour dire s’il appuierait de nouveau le PCC comme il l’a fait aux dernières élections fédérales, une décision qui avait fait beaucoup de bruit.

«Si je suis élu le 3 octobre, a-t-il dit, peu importe qui seront les chefs des partis fédéraux, bien je vais continuer à défendre les intérêts du Québec et des Québécois.»

M. Poilievre a été élu samedi soir par une écrasante majorité des membres du Parti conservateur avec 68 % des votes, balayant au passage son plus proche adversaire, l’ancien premier ministre québécois Jean Charest, qui a récolté à peine 16 % du suffrage. Après cette défaite humiliante, M. Charest a annoncé qu’il mettait sa carrière en politique sur la glace. 

La réaction tiède de M. Legault contraste avec celle des autres chefs québécois qui ne se sont pas gênés pour dire ce qu’ils pensaient de M. Poilievre.

  •  Écoutez la rencontre Dutrizac – Dumont diffusée chaque jour en direct 7 h via QUB radio : 

Le trumpisme

«Les membres du Parti conservateur ont choisi le candidat du trumpisme et je trouve ça inquiétant», a ainsi souligné Gabriel Nadeau-Dubois, alors qu’il faisait campagne à Chicoutimi.

À l’opposé, Éric Duhaime estime que le nouveau dirigeant pourrait, s’il devient premier ministre, «libérer le Québec des wokes».

M. Duhaime faisait écho au discours de victoire de M. Poilievre de samedi soir, dans lequel il s’est engagé à libérer le pays d’un «gouvernement centralisateur et woke à Ottawa».

Le chef conservateur s’est en outre réjoui que M. Poilievre puisse aider éventuellement le Québec à rapatrier des pleins pouvoirs en immigration.

Dominque Anglade n’a pas apprécié que M. Poilievre utilise l’expression woke dans son discours. La cheffe libérale estime que cette étiquette divise les Québécois.

Le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, lui, croit que la victoire de Pierre Poilievre va «exacerber» une réflexion chez les Québécois par rapport à leur appartenance au Canada, à cause des valeurs qu’il représente.

«Ça peut amener des Québécois et des Québécoises à se demander : qu’est-ce qui nous rattache au reste du Canada dans cette équation Trudeau-Poilievre?»

Lors de son discours de samedi soir, M. Poilievre a néanmoins vanté, en français, la nation québécoise. Il a affirmé vouloir donner de l’espoir aux Québécois afin qu’ils reprennent le contrôle sur leurs décisions.

  • Écoutez l'entrevue avec Tasha Kheiriddin, chroniqueuse au National Post et directrice pour la firme Navigator à l’émission de Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h 20 via QUB radio : 

En français

Il a ajouté que le français occupait une place toute spéciale dans son cœur.

«Mon père, qui a des origines canadiennes-françaises [...], m’a transmis l’importance de préserver le français», a-t-il déclaré, avant d’ajouter que les conservateurs au pays ont beaucoup à apprendre des Québécois.

Politicien populiste, Pierre Poilievre a provoqué la controverse à plusieurs occasions. Il en a étonné plusieurs lorsqu’il a donné son appui plus tôt cette année au «Convoi de la liberté» qui a envahi les rues d’Ottawa. On lui doit aussi l’idée décriée d’investir dans les bitcoins pour se prémunir contre l’inflation.

D’abord la reine

Au Canada anglais, son élection à la tête des conservateurs, qui était amplement prévue, suscite pour le moment peu de réactions. L’actualité dans les médias anglophones hier était dominée par le premier déplacement du cercueil de la reine Elizabeth II en Écosse.

Une chroniqueuse du journal The Globe and Mail, Jen Gerson, s’est inquiétée de l’élection de M. Poilievre. «Le conservatisme modéré est mort et la droite dure est encore plus en colère», écrit-elle. 

—Avec Marc-André Gagnon, Annabelle Blais, Nicholas Lachance, Patrick Bellerose et Gabriel Côté 

LES CHEFS RÉAGISSENT 

«Félicitations à Pierre Poilievre [...] Nous, parlementaires, devons travailler tous ensemble afin d’obtenir des résultats pour les gens de tout le pays. Les Canadiens n’attendent – et ne méritent – rien de moins.» 

– Justin Trudeau, premier ministre 

«Tout nous sépare – pétrole, déni climatique, passéisme social, populisme... – mais Pierre Poilievre est, je crois, sincère. Lorsque nous serons d’accord, il y aura matière à réflexion. Et dans tous les cas, je félicite Pierre pour sa nomination.»

– Yves-François Blanchet, Bloc Québécois 

«Je sais que nous serons en désaccord sur beaucoup de choses, mais il est temps que les Canadiens aient des chefs qui disent la vérité et refusent la politique destructrice de la division.»

– Jagmeet Singh, NPD

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux