/misc
Navigation

Choc de visions à Ottawa

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau n’a pas attendu longtemps avant de tenter de démoniser son nouvel adversaire conservateur.

Cryptomonnaies, congédiement du gouverneur de la Banque du Canada, appui aux antivaccins, le premier ministre avait le beau jeu de dépeindre Pierre Poilievre comme un leader irresponsable, voire dangereux pour notre démocratie.

Rien de surprenant là-dedans. C’est de bonne guerre.

Cependant, après sept ans au pouvoir, la question pour les libéraux est de savoir si ce sera suffisant. Permettez-moi d’en douter.

À bout de souffle

Il fallait manquer d’imagination pour que Justin Trudeau sorte des boules à mites son slogan de 2015 sur l’espoir et le travail acharné. Quel signe d’un gouvernement usé que de se rabattre sur ses vieilles recettes d’une autre époque !

Il était ironique de l’entendre s’indigner sur le fait que son adversaire se réfugie derrière des slogans et des phrases creuses, alors qu’il en a fait sa marque de commerce.

D’ailleurs, tout comme Pierre Poilievre, Justin Trudeau s’est dit désolé pour les parents incapables de payer l’épicerie, les infirmières épuisées, les jeunes adultes qui campent dans le sous-sol de leurs parents.

Le problème c’est que depuis sa réélection, il n’a toujours pas offert de réponses concrètes et tangibles à ces problèmes structurels de notre époque. C’est sans compter les négociations sur la santé paralysées, les passeports et les délais en immigration toujours enlisés.

Pierre Poilievre a maintenant le beau jeu d’offrir une alternative à coup de slogans simplistes, petite famille et épouse charmante au bras.

On se croirait en 2015, sauf que les rôles ont été inversés. Justin Trudeau est maintenant le premier ministre à bout de souffle face à un adversaire qui joue l’idéalisme conservateur décomplexé.

Surtout, le climat politique s’est polarisé.

Entre Justin Trudeau et Pierre Poilievre, le Canada s’embarque dans un affrontement idéologique comme on n’en a pas vu depuis l’époque des grands déchirements sur l’unité nationale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.