/news/currentevents
Navigation

[VIDÉO] Lourdes peines pour avoir déchargé une arme en pleine rue à Montréal

Ils ciblaient un homme qui voulait défendre sa conjointe agressée par l’un d’eux

[VIDÉO] Lourdes peines pour avoir déchargé une arme en pleine rue à Montréal
Photos courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La vidéo et la photo accompagnant cet article pourraient vous choquer. Nous préférons vous en avertir.


Trois dangereux criminels qui ont tiré en pleine rue sur un homme qui tentait de défendre sa conjointe devront purger jusqu’à 12 ans de pénitencier, a tranché une juge en s’alarmant du nombre croissant de fusillades à Montréal.

«La hausse de la fréquence de ces affaires est alarmante. La prolifération des armes à feu dans notre district est un fait bien réel et alarmant auquel le tribunal est malheureusement confronté», peut-on lire dans la décision rendue mardi par la juge Patricia Compagnone.

La magistrate s’est ainsi exprimée en condamnant Anass Ghazouani, Mohamed Kacimi et Soheyb Hammi pour leurs crimes commis en septembre 2018.

À l’époque, les accusés âgés de 30 à 32 ans avaient abordé dans un ascenseur une femme qui rentrait chez elle. Ghazouani a alors frôlé un sein de la victime, avant de la suivre jusqu’à son appartement. 

Voyant un inconnu entrer chez eux, le conjoint de la femme l’a expulsé pour ensuite saisir une machette et partir à ses trousses.

  •  Écoutez l'entrevue avec Alain Vaillancourt à l’émission de Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct 6 h 50 h via QUB radio : 

Tirs en pleine rue

Profitant de l’absence de l’homme, Hammi et Kacimi sont alors entrés chez la femme pour la battre à coups de crosse d’une fausse arme à feu, en plus de saccager les lieux. 

Peu après, ils ont retrouvé le conjoint en bas de l’immeuble. Ses assaillants ont tiré 11 balles dans sa direction, l’atteignant à une reprise à la jambe alors qu’il fuyait à toutes jambes avant de se réfugier dans un immeuble du quartier.

Dans des images déposées à la cour, on peut voir la victime d’une fusillade tenter de se réfugier dans un immeuble après s’être fait tirer dessus en pleine rue.
Photo courtoisie
Dans des images déposées à la cour, on peut voir la victime d’une fusillade tenter de se réfugier dans un immeuble après s’être fait tirer dessus en pleine rue.

«Un des projectiles s’est logé dans un taxi, tout comme un autre s’est logé dans un appartement voisin, a noté la juge. Rappelons qu’une arme à feu est expressément conçue pour tuer.»

Coupables d’une kyrielle d’accusations, les trois accusés espéraient s’en sortir avec au plus 6 ans de pénitencier, malgré le traumatisme des victimes, dont celui de la femme qui estime qu’on lui a «volé sa vie et détruit sa famille».

«Le tribunal a bien saisi ce cri du cœur déchirant de la part [de la femme], a d’ailleurs noté la magistrate. Les gestes criminels posés par les accusés sont gratuits, lâches et violents.»

  • Écoutez le segment judiciaire avec Félix Séguin diffusé chaque jour en direct 8 h 35 via QUB radio :

Lourds casiers

Les accusés, de leur côté, avaient bien peu d’arguments pour soutenir la clémence qu’ils espéraient. C’est que Ghazouani avait déjà 16 condamnations antérieures à son actif, dont une pour proxénétisme. 

Hammi cumule une vingtaine de condamnations, dont certaines pour des crimes violents, tandis que Kacimi a une fiche criminelle garnie de 98 condamnations, dont 44 depuis 2018.

«Il n’existe aucune circonstance atténuante dans cette affaire», a dit la juge.

Pire encore, Ghazouani a depuis fui la justice en allant se terrer au Maroc pour éviter sa condamnation.

Rappelant «le climat social prévalant depuis un certain temps» dans la métropole, la juge a ainsi imposé à Ghazouani, Kacimi et Hammi des peines de respectivement 12 ans, 10 ans, et 6 ans et 9 mois.

Le trio s’est aussi fait interdire de posséder des armes à feu pour au moins 10 ans.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.