/misc
Navigation

Face-à-Face: les jeunes se distinguent

Face-à-Face: les jeunes se distinguent
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Les deux jeunes sans expérience de débats, GND et PSPP, se sont distingués dans le Face-à-Face de TVA hier soir, alors que François Legault a réussi tant bien que mal à résister, mais en se posant en patriarche austère. 

Gabriel Nadeau-Dubois a remporté plusieurs échanges et peut-être même le Face-à-face, même s'il a été inutilement «baveux» à quelques occasions, notamment lorsqu'il a lancé un «Ça devient gênant» à François Legault.

Ses attaques ont souvent fait mouche, notamment cet uppercut à Dominique Anglade où il lui a reproché d'«instrumentaliser la question de l'indépendance» lors d'un échange sur la santé mentale. Son «vous me appelez Jean Charest» a fait mal.

Paul Saint-Pierre-Plamondon devait rapatrier les électeurs souverainistes qui ont opté pour la CAQ. Il a su marteler les thèmes de la langue et de l'autonomie du Québec à chaque fois que l'occasion de présentait.

  • Écoutez en balado le Face-à-Face des chefs 2022 qui était diffusé en direct à la radio via QUB radio : 

Convergence

Il y avait de la «convergence» QS-PQ dans l'air, hier. On l'a constaté lorsque PSPP a carrément offert ses félicitations au co-porte-parole de QS pour son Plan climat, insistant sur les similitudes entre les deux. Sur l'attitude à avoir à l'endroit de l'immigration —et non sur les seuils—, PSPP a aussi dit que GND et lui étaient sur la même longueur d'ondes: ne jamais stigmatiser les individus.

Quel contraste avec le Face-à-Face de 2018, où l'ancien chef Jean-François Lisée avait coulé sa propre campagne avec des attaques étranges à Manon Massé autour du thème «qui est le vrai chef?».

PSPP a été plus habile, en réussissant à mettre un mot interdit, le «mot en N», dans la bouche de GND.

  • Pour une analyse accrue de chaque journée de campagne électorale, on vous conseille Antoine Robitaille, tous les jours 17h 30, en direct ou en balado sur QUB radio : 

Schtroumpf à lunettes

Visiblement très nerveux, François Legault a, tout au long du débat, opté pour un air sévère, voire renfrogné. Affublé de lunettes (on le voit très rarement en porter), il a multiplié les «c'est ça que vous ne comprenez pas». Il fut un peu le «schtroumpf à lunettes» de la soirée qui serrait les lèvres de peur de gaffer. Mais face aux autres chefs, il lui fut facile, sur presque tous les sujets, de se placer à "l'extrême centre raisonnable".

Pour Éric Duhaime, participer au Face-à-Face hier soir était déjà une victoire. Son parti n'existait pratiquement pas auparavant. Comme on s'y attendait, il a travaillé à se distinguer, a surpris.

Il a semblé déstabilisé en abordant la question de l'immigration, plus précisément cette idée, présente dans son programme, de choisir les nouveaux arrivants en compatibilité civilisationnelle. Mais c'est peut-être l'animateur Pierre Bruneau qui lui a lancé la flèche la plus acérée; lorsqu'il lui a demandé s'il allait «gérer les finances du Québec» comme il organise ses «finances personnelles».

La perdante

Même si elle a déployé une grande énergie, la grande perdante me semble être la chef libérale Dominique Anglade. Il lui fallait sauver les meubles pourtant. Elle s'est révélée extrêmement formatée, répétant ses cassettes. Elle n'a même pas sur trouver les mots pour répliquer à Éric Duhaime qui l'accusait, —entre autres en anglais!— d'avoir trahi les anglophones.

Notes

  • Gabriel-Nadeau Dubois: 9/10
  • Paul Saint-Pierre Plamondon: 8/10
  • François Legault: 7/10
  • Éric Duhaime: 7/10
  • Dominique Anglade: 6/10

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.