/opinion/columnists
Navigation

La monumentale imposture de Québec solidaire

GEN
Photo Patrick Bellerose Dans le programme de QS mené par Gabriel Nadeau-Dubois, la souveraineté vient… au 9e rang de ses valeurs fondamentales. Dans sa plateforme électorale, la souveraineté vient au… 19e rang de ses priorités.

Coup d'oeil sur cet article

Le débat télévisé de ce soir risque fort, malheureusement, d’escamoter une question cruciale.

On peut être fédéraliste ou souverainiste. Les deux options sont parfaitement légitimes si on agit à visière levée. 

Mais comment qualifier quelqu’un qui se dit souverainiste, mais qui fait exactement ce qu’il faut pour être sûr que la souveraineté ne se réalise jamais? Tartuffe? Hypocrite? Mystificateur? Imposteur?

Risible

QS se dit souverainiste. Très bien, lisons son programme et sa plateforme.

À aucun endroit il n’est écrit qu’un gouvernement «qsiste» tiendrait un référendum sur la souveraineté ou déclarerait la souveraineté s’il détient une majorité de sièges. 

QS dit plutôt que, s’il forme le gouvernement, il organisera un nouveau scrutin au suffrage universel.

On élirait alors un second parlement, parallèle à l’actuel, composé de simples citoyens qui ne seraient pas téléguidés par les partis actuels.

QS appelle cela une assemblée constituante. 

Il faudrait que ce nouveau parlement citoyen soit, dans sa composition, représentatif de la société québécoise et des diverses opinions qu’on y trouve.

Comment établirait-on cette représentativité? Par des quotas? Mystère et boule de gomme.

Mais attendez, le «fun» ne fait que commencer.

Cette assemblée citoyenne aurait pour mandat de consulter le peuple et, sur la base de ce qu’il aurait entendu, de rédiger une constitution du pays du Québec.

C’est cette constitution qui serait ensuite soumise au peuple lors d’un référendum. 

Comprenons-nous : si le Québec devenait un pays, il lui faudrait évidemment une constitution.

Mais QS veut la rédiger AVANT le référendum pour décider si nous devenons ou pas un pays.

Pensez-y deux secondes.

Si on élit une assemblée citoyenne «représentative» du Québec actuel pour rédiger une constitution, elle comprendra forcément beaucoup de fédéralistes.

Pourquoi ceux-ci participeraient à un exercice visant à leur enlever leur pays?

Imaginez des véganes invités à un congrès sur les stratégies de commercialisation de la viande. 

C’est tellement idiot qu’une fois fini de rire, je partagerais l’indignation d’un fédéraliste invité à participer à un tel piège à cons.

Des pays sont nés de toutes sortes de manières : par référendum, par déclaration unilatérale, par les armes, par implosion d’un empire, etc.

Trouvez-en un seul né de la manière dont QS propose d’y parvenir. 

Mais faut-il s’étonner de ces niaiseries «qsistes»? Pas vraiment.

Dans le programme de QS, la souveraineté vient... au 9e rang de ses valeurs fondamentales.

Dans sa plateforme électorale, la souveraineté vient au... 19e rang de ses priorités.

Vous ne me croyez pas? Allez lire.

  • Écoutez la rencontre Nantel-Durocher diffusée chaque jour en direct 15 h via QUB radio :

Torpillage

Pas fous, les dirigeants de QS savent que la majorité de leurs sympathisants est fédéraliste (54 % selon un sondage Mainstreet de juin 2022).

D’où l’imposture : dire une chose au grand public, mais faire comprendre à vos partisans que vous ne le pensez pas vraiment.

L’unique but de QS avec cette manœuvre est de torpiller le PQ.

Le programme de QS est rempli d’absurdités. Les médias ne font pas leur boulot. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.