/sports/football
Navigation

Christopher Fortin: un premier Condor dans la NCAA

Le Québécois Christopher Fortin savoure son expérience à l’Université du Connecticut, aux États-Unis

Christopher Fortin s’est fait valoir à la fois comme bloqueur et comme garde, avec l’Université du Connecticut.
Photo courtoisie Christopher Fortin s’est fait valoir à la fois comme bloqueur et comme garde, avec l’Université du Connecticut.

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe de football des Condors du Cégep Beauce-Appalaches a été fondée en 1972. Il aura fallu près de 50 ans, mais le joueur de ligne offensive Christopher Fortin est le premier produit du programme à avoir fait sa place dans la NCAA, avec les Huskies de l’Université du Connecticut. 

• À lire aussi: Les Alouettes ramènent Jamal Davis II dans le nid

• À lire aussi: NFL: le sauveur se fait attendre à Jacksonville

• À lire aussi: Carabins: un adversaire «affamé»

« C’est un grand honneur parce que je veux aider à paver le chemin pour les prochains Condors qui vont vouloir aller jouer aux États-Unis. Je savais que Jean-François Bossé [entraîneur de la ligne offensive] était capable d’amener à chaque année des gars dans des universités canadiennes. 

« Je savais que je pouvais devenir meilleur à chaque jour avec son coaching, tout comme avec Marc Loranger [entraîneur-chef], qui m’a aidé beaucoup à percer aux États-Unis », a mentionné le gaillard de Saint-René.

Le couteau canadien

Fortin s’est joint à « UConn » en 2020, mais sa première saison a été annulée en raison de la COVID-19. Depuis la saison dernière, il a bien repris le temps perdu en voyant beaucoup de terrain, autant comme bloqueur que comme garde.

« La saison passée, j’ai été partant par moments. Cette saison, il y a une bonne rotation de joueurs sur la ligne offensive. Je joue à toutes les positions et je blague en disant que je ne suis pas le couteau suisse, mais le couteau canadien. À mon premier match contre Utah State, j’ai joué quatre positions. C’est très valorisant de voir qu’ils me font confiance à ce point », s’est-il exprimé.

Fortin se réjouit par ailleurs que son équipe soit dirigée par Jim Mora, qui a auparavant été entraîneur-chef dans la NFL avec les Falcons et les Seahawks.

« Il traite l’équipe comme un club de la NFL. Il nous amène un environnement professionnel, tout en tenant compte que nous sommes des étudiants-athlètes », a-t-il noté. 

Autres opportunités

Fortin aurait pu poursuivre sa carrière universitaire au Québec, mais l’attrait d’une équipe de division 1 au sud de la frontière s’est avéré trop fort.

« J’avais des opportunités au Canada, mais j’ai voulu aller faire des camps aux États-Unis pour montrer mon talent. Ça s’est assez bien passé pour que les coachs parlent de moi et m’invitent à des visites. Je savais à ce moment que je vivrais le rêve de la division 1 en NCAA, même si je n’aurais jamais craché sur U Sports.

« Buffalo m’avait aussi offert une bourse, mais dès que je suis arrivé à UConn et que j’ai vu le campus et le stade, en plus de parler aux entraîneurs, je me sentais déjà chez nous. Pourquoi aller voir ailleurs quand on se sent bien ? » a-t-il confié.

Gros match au Michigan

Demain, à midi, les amateurs québécois de football auront l’opportunité d’épier Christopher Fortin dans le cadre d’un duel face à un rival de grande envergure. L’étudiant-athlète vivra une expérience unique dans le renommé Big House des Wolverines du Michigan, stade qui peut accueillir plus de 100 000 personnes. 

« Je suis excité au plus haut point. Le Big House, c’est un des plus gros stades au monde. L’ambiance va être particulière. C’est sûr qu’en arrivant au stade, je vais devoir me pincer », a-t-il rigolé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.