/qubradio
Navigation

Élections: les partis dont vous n’entendez pas parler

GEN-VOTE-MUNICIPAL-MONTREAL
Photo d'archives, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Libéral, caquiste, conservateur, solidaire, péquiste, voilà des allégeances qu’on connaît. Mais qu’en est-il des «autres partis»? Ils sont petits, on parle peu d’eux pendant cette campagne, mais ils tenteront tout de même de gagner votre vote. En cette semaine du Face-à-Face, QUB radio leur a donné le micro pour qu’ils fassent connaître leurs propositions. 

• À lire aussi: «Pacte vert» de 10 G$ des municipalités: Legault rouvre la porte

• À lire aussi: Le Face-à-Face 2022 en quelques échanges musclés

Cette série de rencontres a commencé avec le Bloc Pot, qui, malgré la légalisation du cannabis, défend toujours sa pertinence.

Bloc Pot

Le chef: Daniel Blackburn

Année de création: 1998

Le parti a été fondé dans un seul objectif: la légalisation du cannabis. Alors que ses membres pensaient crier victoire en 2018 lors de la légalisation, ils ont vite déchanté.

«On dit que c’est la prohibition 2.0 et non la légalisation», a affirmé M. Blackburn.

Le chef considère que le parti est plus pertinent que jamais.

«Nous avons été très déçus de la manière dont ç’a été fait. Ce n’est pas le type de légalisation que nous avions espéré», a-t-il continué.

Daniel Blackburn considère qu’il faut réviser ce que la Coalition Avenir Québec (CAQ) a mis en place lors de son arrivée au pouvoir.

«Elle a augmenté l’âge de consommation à 21 ans, ce qui est complètement absurde! Même la Santé publique était contre», a-t-il pesté.

Il déplore également qu’il soit toujours interdit au Québec de consommer du cannabis à l’extérieur dans un lieu public.

Selon lui, «on n’a aucun endroit pour consommer un produit légal».

Le Bloc Pot espère faire entendre ses revendications dans cette élection, qui pourrait amener la CAQ à entamer un second mandat.

Parti culinaire du Québec

Le chef: Jean-Louis Thémis

Année de création: 2018

Avez-vous déjà entendu parler de la «gastronocratie»? Il s’agit de la vision d’un Québec culinaire inventée par le chef Jean-Louis Thémis, qui enseigne à l’Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec.

«C’est un parti qui croit que la gastronomie peut être une solution humble pour tous les problèmes contemporains que nous avons.»

Le chef a expliqué au micro de Philippe-Vincent Foisy que la gastronomie au sens large est une «réelle solution pour la santé, l’environnement, l’éducation, [la] lutte contre la pauvreté, pour le français et pour le bonheur».

Bien qu’il n’ait que deux candidats, le parti espère tout de même semer une graine dans l’estomac des Québécois.

«Si on mange sain, on est en santé, on est moins malade, on va moins aux urgences. On règle le problème d’embouteillage dans les urgences parce que le peuple est en santé, il est heureux et il mange bien», a affirmé M. Thémis.

Le chef, qui se présente dans Gouin, la même circonscription que Gabriel Nadeau-Dubois, a bien hâte de faire sa connaissance.

«J’ai hâte de le rencontrer pour voir s’il connaît la recette de la sauce béarnaise», a-t-il lancé.

Il rêve d’une société où la gastronomie dicte tout et où la santé n’est pas mise en péril au profit de l’économie.

Parti marxiste-léniniste du Québec

Le chef: Pierre Chénier

Année de création: 1970

Le plus vieux des partis marginaux souhaiterait que le Québec permette à ses citoyens d’avoir un mot à dire sur chaque décision qui les concerne.

«Les problèmes auxquels la société est confrontée requièrent des solutions qui sont centrées sur l’humain», selon M. Chénier.

Le chef estime que les citoyens devraient bâtir eux-mêmes leur pouvoir décisionnel.

«Le pouvoir de décider sur toutes les questions qui les concernent et affectent leur vie», croit-il.

Pierre Chénier critique la gestion de la pandémie et le manque d’écoute de la part du gouvernement envers les solutions que les travailleurs de la santé ont proposées à de multiples reprises.

«Ils ne parlent pas des solutions que les travailleurs de la santé mettent de l’avant? Pourquoi ce n’est pas plus discuté?» a-t-il questionné.

Et pourquoi ne pas se fusionner à un autre parti plus à gauche?

«On ne voit pas de nécessité d’unité organisationnelle», a expliqué le chef.

Il souhaite bâtir avec la population un espace où tous pourront parler en leur propre nom.

Parti 51

Le chef: Hans Mercier

Année de création: 1989

Vive le Québec libre! Voilà un slogan qui est peut-être scandé par plus de personnes que vous ne le pensez. Le Parti 51 désire faire du Québec le 51e État des États-Unis.

«Un Québec dans les États-Unis peut sembler surprenant, mais c’est une idée qui n’est pas nouvelle», a expliqué le chef, Hans Mercier.

En effet, le Québec n’est jamais devenu un État américain, mais il s’en est fallu de peu à cinq reprises, entre 1775 et 1849.

Ce n’est pas si compliqué de devenir un État américain, dévoile M. Mercier.

«Les États-Unis, ce n’est pas un pays, c’est 50 pays.» Il ajoute «qu’il y a deux critères pour le devenir: avoir un gouvernement de type républicain, donc une démocratie représentative, et obtenir un simple vote du Congrès».

Pour Hans Mercier, l’annexion avec nos voisins du Sud représente le meilleur des deux mondes.

«On va chercher à la fois les souverainistes francophones et les fédéralistes anglophones, ce qui est assez unique.»

Le Parti 51 croit également qu’être le 51e État permettrait au Québec d’avoir une plus grande richesse en adoptant le dollar américain.

«Avec le dollar américain, tu n’as aucun problème de taux de change, dit-il. Tu tombes avec le dollar étalon et tu fais exploser ton économie.»

Hans Mercier est convaincu que ce changement de paradigme offrirait au Québec les moyens de ses ambitions.

Parti nul

Le chef: Renaud Blais

Année de création: 2008

Comme son nom l’indique, le Parti nul n’avait pas de disponibilités à offrir à QUB pour faire valoir sa plateforme électorale. Son chef, Renaud Blais, nous a clairement indiqué qu’il était en vacances. Quant à son bras droit, elle considérait que l’entrevue était beaucoup trop tôt.

Le Parti humain du Québec et le parti L’union fait la force ont ignoré notre demande. Nous n’avons pas communiqué avec Climat Québec.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.