/news/elections
Navigation

Racisme systémique: la famille de Joyce Echaquan indignée

Messe pape Sainte-Anne-de-Beaupré
Photo d'archives, Pierre-Paul Biron Carol Dubé, le mari de Joyce Echaquan, lors au passage du pape François à Sainte-Anne-de-Bellevue, cet été.

Coup d'oeil sur cet article

La famille de Joyce Echaquan, décédée il y a deux ans à l’hôpital de Joliette, a réagi « avec stupéfaction » aux propos de François Legault pendant le débat des chefs de jeudi soir, selon lesquels la situation dans l’établissement de santé était « réglée ».

• À lire aussi: Élections provinciales: les priorités des Premières Nations touchent l'économie

Les problèmes de racisme systémique rencontrés à Joliette, qui sont survenus à la mort de Mme Echaquan, sont, au contraire, loin d’être résolus, a souligné la famille dans un communiqué, vendredi, et « ne sont pas de nature à être “‘réglés” par des changements d’ordre essentiellement esthétique ».

La famille s’insurge également contre le fait que le chef caquiste soutienne qu’il a rencontré le mari de Mme Echaquan, Carol Dubé, pour l’assurer que la question était réglée.

Il s’agissait, en réalité, note la famille, d’une discussion « tout à fait fortuite » qui a eu lieu lors du passage en juillet dernier du pape François à Sainte-Anne-de-Beaupré.

« Lors de ce très bref échange, après les politesses d’usage, M. Legault a demandé à M. Dubé si, à son avis, la nomination d’un autochtone dans un poste de direction du CISSS de Lanaudière [...] avait mené à des “améliorations”, ce à quoi M. Dubé a acquiescé », affirme-t-on dans le communiqué rédigé par l’avocat de la famille, Patrick Martin-Menard.

« Il n’y eut aucun autre échange [entre eux] par la suite », ajoute-t-on.

Question esquivée

Pendant le débat de jeudi soir, M. Legault a été appelé à se prononcer sur l’existence de racisme systémique envers les autochtones, ce qu’il a toujours refusé d’admettre. Il a alors esquivé la question en se bornant à dire que la situation à l’hôpital de Joliette était maintenant réglée.

Mme Echaquan, une mère de famille atikamekw de sept enfants, est morte en septembre 2020, après s’être filmée alors qu’elle se faisait insulter par le personnel hospitalier, ce qui avait indigné tout le Québec.

Pour la famille de la femme autochtone, M. Legault agit en homme du passé. 

« Sa façon d’aborder le problème, explique-t-on, et de s’en laver les mains par pensée magique reflète une vieille mentalité et reproduit la dynamique à l’origine des problèmes ayant mené au décès de Mme Echaquan en premier lieu. »

« Sourde oreille »

Appelé à réagir, le chef de la communauté atikamekw de Manawan, Sipi Flamand, où habitait Mme Echaquan, s’est dit également choqué par les propos de M. Legault durant le débat.

« Il faut reconnaître ce qui s’est passé. Il y a des faits à propos du racisme systémique. Le gouvernement du Québec a nié cet enjeu-là », a-t-il expliqué en entrevue.

« On a proposé des mesures, a-t-il ajouté, comme le Principe de Joyce, et le gouvernement a fait la sourde oreille. »

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux