/news/currentevents
Navigation

COVID-19: Trois experts douteux défendent un prof critiqué

Christian Linard
Photo courtoisie Christian Linard, professeur à l'UQTR.

Coup d'oeil sur cet article

Un professeur d’université critiqué pour ses propos sur la vaccination a fait défiler trois experts tout aussi controversés lors de son audience au Conseil de discipline de l’Ordre des chimistes vendredi.  

Christian Linard, ex-biochimiste et professeur titulaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), fait l’objet d’une plainte déposée devant le Conseil de discipline de l’Ordre des chimistes. 

Le syndic lui reproche d’avoir posé un « acte dérogatoire à l’honneur et à la dignité de la profession. »

En juillet dernier, Le Journal publiait un article sur les professeurs d’université soupçonnés d’alimenter la désinformation, dont faisait partie M. Linard. 

Il avait par exemple relayé le lien d’une étude associant vaccination et autisme, un lien maintes fois démenti par la communauté scientifique.

Censure

Celui-ci n’est plus membre de l’Ordre des chimistes du Québec depuis janvier 2022, ce qui ne l’empêche pas de continuer à enseigner, a-t-il expliqué. Le syndic enquêtait déjà sur les propos de M. Linard avant sa démission de l’ordre.

La séance de vendredi visait à présenter une « demande en rejet » et non d’examiner le fond du dossier. Ses avocats ont fait témoigner deux professeurs et un médecin dans le but de faire la démonstration d’une « censure généralisée » au Québec. 

Les professeurs Patrick Provost et Nicolas Derome ont notamment témoigné sur la suspension sans salaire de huit semaines dont ils ont fait l’objet cet été de la part de l’Université Laval après avoir exprimé leurs réticences en lien avec la vaccination.

« Virus de la folie »

Dès 2019, le syndic s’est intéressé aux contenus partagés par Christian Linard sur la page Facebook qu’il avait créée pour interagir avec ses étudiants, ainsi que certains courriels. 

Dans un courriel intitulé « Le virus chinois de la folie » envoyé à ses étudiants en juin 2020, il énumère une série d’énoncés alléguant l’inefficacité d’une panoplie de mesures sanitaires. 

M. Linard était dans le viseur du syndic depuis 2014. Il était alors directeur d’un laboratoire qui analysait des tests visant à détecter des allergies et intolérances alimentaires qui faisaient l’objet de mises en garde médicales. 

Il a affirmé avoir transmis des centaines de rapports et de documents de son laboratoire au syndic sans que cela débouche sur une plainte au Conseil de discipline. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.