/weekend
Navigation

Activités culturelles: quoi faire ce week-end

Film Persona
Photo courtoisie Persona

Coup d'oeil sur cet article

Voici quelques suggestions d’activités culturelles à faire ce week-end.

Bergman inédits

Depuis la semaine dernière, la Cinémathèque québécoise nous propose de revisiter l’œuvre du mythique cinéaste suédois Ingmar Bergman en présentant une sélection de ses films qui n’ont que très rarement (voire jamais) été projetés au Québec. Cette fin de semaine, les cinéphiles pourront notamment voir sur grand écran Persona, son drame psychologique de 1966, réunissant à l’écran deux de ses actrices fétiches, Liv Ullmann et Bibi Andersson. Également au programme : Face to Face, sa série télé en quatre parties mettant également en vedette Liv Ullmann. 

Où : Cinémathèque québécoise

— Maxime Demers

Venez donc chez moi

Les émissions Cré Basile, Madame est servie ou encore Chabada vous tenaient jadis scotchés à votre écran cathodique ? Alors, sachez que leur réalisateur, Guy-V. Robillard, ouvre aujourd’hui sa boîte à souvenirs pour retracer la petite histoire de la télévision au Québec. Écrit en collaboration avec l’auteure Céline Constantin, Venez donc chez moi retrace ainsi le chemin de ce monstre sacré de notre petit écran, des plateaux de Radio-Canada à ceux de TVA, en passant par ses rencontres avec les stars d’ici (Jean Duceppe, Lise Payette) et d’ailleurs (Charles Aznavour et Mireille Mathieu). Bref, du bonbon pour tout téléphile digne de ce nom. 

Venez donc chez moi aux éditions VDCM

— Bruno Lapointe

Souvenirs du Faubourg à m’lasse

Sac d’école au dos, le petit Francis, qui n’a pas encore dix ans, décide de fuguer pour se sauver de ce Faubourg à m’lasse – l’ancien quartier Centre-Sud de Montréal – qui le fait grandir trop vite. Il replonge alors dans les souvenirs de sa petite enfance pas ordinaire l’ayant rendu témoin de presque tout ce qu’un enfant ne devrait jamais voir. Écrit au je, ce premier roman de Francis Ouellette nous transporte dans une enfance difficile (violences, alcool, prostitution, drogues...) vécue dans un quartier aux nuages noirs que parviennent parfois à transpercer quelques pointes de lumière. Un roman souvent difficile, mais bouleversant de vérité et une écriture parlée bien crue de l’ancien Faubourg à m’lasse.

Mélasse de fantaisie aux éditions La Mèche 

— Sarah-Émilie Nault

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.