/news/elections
Navigation

Autoroute: limite de vitesse de 120 km/h, promet Duhaime

Coup d'oeil sur cet article

Lévis | Un gouvernement conservateur ferait passer la vitesse maximale sur les autoroutes québécoises à 120 km/h au lieu de la limite actuelle de 100 km/h. 

• À lire aussi: Rassemblement au Centre Vidéotron: une démonstration de force du PCQ à Québec

• À lire aussi: Québec-Rail: Québec solidaire ferait d’abord des études, assure Nadeau-Dubois

• À lire aussi: Projet ÉCO: Anglade incapable de chiffrer le nombre d’éoliennes requises

C’est ce qu’Éric Duhaime a annoncé samedi matin lors d’un point de presse tenu dans une halte routière, à Lévis. 

«On croit qu’il est temps de faire confiance aux automobilistes québécois en vue d’augmenter cette limite de vitesse là», a affirmé le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ) en rappelant qu’il s’agit-il d’un engament pris par sa formation politique depuis fort longtemps.   

D’après lui, «les technologies et la sécurité des automobiles ont beaucoup évolué au cours des dernières années. La limite de vitesse sur les autoroutes du Québec devrait refléter cette nouvelle réalité-là».  

Le chef conservateur Éric Duhaime était accompagné de plusieurs de ses candidats lorsqu’il a procédé à son annonce samedi matin à Lévis.
Photo Taïeb Moalla
Le chef conservateur Éric Duhaime était accompagné de plusieurs de ses candidats lorsqu’il a procédé à son annonce samedi matin à Lévis.

Dans une première réaction, le chef caquiste François Legault a rejeté la proposition conservatrice. «On n’envisage pas ça, je ne suis pas expert, mais j’ai l’impression que le ministère des Transports et les gens qui connaissent ça vont voir un risque d’augmenter les accidents», a-t-il soutenu. 

Geneviève Guilbault, ministre sortante de la Sécurité publique, a paru plus nuancée. «Je pense que c'est des choses qu’il faut réfléchir peut-être de manière un peu plus poussée avant de faire ça. Parce que comme vous le dites, il existe une espèce de zone de tolérance officieuse. Donc si on met à 120, est-ce qu'après ça, ça va être rendu 140?, a-t-elle laissé tomber. C'est quelque chose qu’il faut réfléchir plus avant, avant de lancer ça sur un coin de table.»  

Pour appuyer ses propos, M. Duhaime avait cité plusieurs exemples, au Canada et à travers le monde, où les limites de vitesse sont supérieures à 100 km/h sans que cela ne cause davantage d’accidents, selon ses dires. Un des exemples les plus connus est celui de l’Allemagne, où il n’y a carrément pas de limite de vitesse sur certaines autoroutes. «On remarque qu’ils subissent souvent même moins d’accidents de la route que des pays voisins qui ont des limites de vitesse bien inférieures», a assuré le chef du PCQ.  

Consommation d’essence 

Selon les données de CAA-Québec, le fait de rouler à 100 km/h au lieu de 120 km/h permet de consommer 20% moins d’essence. Dans le contexte actuel de hausses du prix de l’essence, n’est-il pas paradoxal de pousser les automobilistes à rouler plus vite?  

«Le temps, c’est de l’argent aussi, a répliqué Éric Duhaime. Il y a des gens qui sont conscients que si tu peux faire 10 ou 15 km de plus à l’heure, ton 5 à 10 minutes – ou 20 minutes quand tu vas à Montréal – que tu vas récupérer, il y a des gens qui vont apprécier ça aussi. Oui, il y a l’aspect de la consommation d’essence. Mais il y a aussi l’aspect du temps qu’il faut mettre dans la balance au niveau économique pour savoir lequel des deux est le plus rentable.»  

De façon plus générale, M. Duhaime a dit vouloir mettre «une barrière un peu plus claire pour tous», à 120 km/h, pour mettre fin au «non-dit» actuel. Présentement, il est rarissime qu’un automobiliste reçoive une contravention en roulant entre 100 km/h et 120 km/h sur les autoroutes, a-t-il rappelé.  

QS préoccupé

« Moi je pense que l’engagement de M. Duhaime pose des questions de sécurité et ça me préoccupe », a commenté le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, en marge d'une annonce en transport. 

Son parti n’entend pas emprunter pas la même voie que M. Duhaime. « Il y a quelques années, la Colombie-Britannique avait essayé quelque chose qui ressemble à ça. Ce qu’on a constaté là-bas, c’est une augmentation des accidents sur plusieurs routes, tellement que la Colombie-Britannique a dû reculer à plusieurs endroits », a observé M. Nadeau-Dubois. 

- Avec la collaboration de Geneviève Lajoie et Marc-André Gagnon

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux