/misc
Navigation

QS, l'adversaire dont rêve Legault

Coup d'oeil sur cet article

C’est juste après le débat de TVA que le moment le plus révélateur de la campagne s’est déroulé.

Dix minutes après le Face-à-Face, François Legault se présentait devant les journalistes.

Selon la tradition, le chef caquiste avait à résumer son débat. 

Je paraphrase ses premiers mots, prononcés tout sourire : « J’ai voulu démontrer que le plan de QS en environnement est impossible à exécuter. »

Il n’a ni parlé de sa performance, ni mentionné Anglade, PSPP ou Duhaime, ni même fait allusion au débat en tant que tel, il a simplement pointé QS. 

Même si le plan climat de QS ressemble comme deux gouttes d’eau à celui du PQ.

Qu’importe, François Legault voulait désigner son adversaire. 

Et c’est Québec solidaire. Celui qui taxe plus vite que son ombre, celui de la taxe orange de la Toyota Camry, pour reprendre les attaques les mieux ficelées du PM Legault lors du débat.

Le PM Legault a convié QS en duel, à leur grand bonheur.

Manger du libéral

Dominique Anglade mérite un meilleur sort que ce que l’élection lui réserve, même si sa campagne fait désordre. 

Les raisons de sa campagne difficile la dépassent. Elle n’est pas l’unique responsable de la désorganisation libérale.

Ses adversaires veulent manger du libéral. 

QS souhaite d’abord les remplacer comme opposition officielle. 

Logiquement, il doit montrer une inutilité libérale face à un deuxième mandat du gouvernement caquiste. Voilà pourquoi GND a répété que les partis d’opposition, et particulièrement Anglade, avaient été faibles face au gouvernement Legault. Même s’il existe une convergence entre le PLQ et QS sur certains enjeux. 

Le gouvernement Legault, lui, en est bien heureux.

La CAQ souhaite encore faire face à un PLQ dans un chantier de construction.

Pensez-y : si vous étiez caquiste, préféreriez-vous une opposition solidaire ou une opposition libérale revigorée ? Ou même, encore mieux, une opposition divisée en quatre forces, aucune n’ayant une présence parlementaire à la largeur du Québec ? 

Même que le PM Legault s’est métamorphosé quelques fois en Jean Charest pendant le débat.

En l’entendant opposer la santé à la souveraineté, on avait l’impression de réentendre la démagogie détestable du chef libéral de l’époque.

Je me demande d’ailleurs comment se sentaient les souverainistes caquistes lorsque leur chef a affirmé que le PLQ n’a plus le monopole d’être contre les souverainistes... 

Pragmatisme

Devant la montée du PCQ et de QS, la CAQ pourra se positionner là où elle adore être : à l’extrême centre raisonnable, comme l’a écrit le collègue Antoine Robitaille hier, pragmatique entre un parti clairement à gauche et un autre clairement à droite. 

François Legault et Gabriel Nadeau-Dubois ont des objectifs communs : ceux de voir les libéraux toujours en questionnement sur leur raison d’être et de voir les péquistes marginalisés.

Les Québécois cherchent depuis quelques mois l’alternative à la CAQ. 

Bizarrement, ils n’ont jamais fait de choix. Ils ont plutôt laissé François Legault le faire.

QS demeure néanmoins dans les mêmes eaux qu’à l’élection de 2018. Pas de descente, pas de montée véritable. Les électeurs les craignent encore massivement. 

Mais le dernier sondage Léger indique que le PLQ et QS se trouvent à un point d’écart. Jamais ils n’ont été aussi proches.

S’il fallait que QS dépasse le PLQ dans un prochain sondage, ce serait peut-être la confirmation que nous sommes entrés dans une nouvelle ère politique.

À ce moment, QS pourra dire un gros, très gros merci à François Legault. 

L’évolution des intentions de vote pour le PLQ et pour QS depuis l’élection de 2018

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.