/sports/football
Navigation

NFL: la revanche de Tua

FBN-SPO-MIAMI-DOLPHINS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP Tua Tagovailoa a connu le meilleur match de sa carrière avec six passes de touché.

Coup d'oeil sur cet article

Cible de nombreuses critiques depuis son arrivée dans la NFL, le quart-arrière Tua Tagovailoa a connu le match de sa vie face aux Ravens. Une victoire ne fait pas une carrière et ça ne suffira probablement pas pour faire taire ses détracteurs, mais sa performance a au moins donné aux fervents des Dolphins ce qu’ils n’avaient plus depuis des années : de l’espoir.

• À lire aussi: Tom Brady bat finalement les Saints

• À lire aussi: NFL: dix nouveaux shérifs

Les Dolphins tiraient de l’arrière 35 à 14 au quatrième quart, pour revenir furieusement dans le coup afin de l’emporter 42 à 38.

Tagovailoa a terminé la rencontre avec 469 verges de gains, six passes de touché et deux interceptions. Il a lancé quatre de ses six passes de touché dans les 13 dernières minutes, dont celle qui a cloué le bec des Ravens avec 14 secondes à jouer.

Avec ses six passes de touché en un match, il a égalé la marque de franchise établie par Dan Marino en 1986 et Bob Griese en 1977. Pas si mal, pour un quart-arrière que bien des partisans des Dolphins envoyaient aux ordures après trois quarts.

Inutile de s’emporter trop vite et de canoniser Tua après cette performance hallucinante. Les deux prochains matchs seront disputés face aux Bills et aux Bengals, et il pourrait vite redescendre sur terre. Par contre, face aux Ravens, le jeune quart a au moins démontré qu’avec lui, l’équipe peut toujours s’accrocher, même après une première demie très ordinaire.

Au quatrième quart, il aurait été facile de s’effondrer. Tagovailoa a plutôt répondu en complétant 13 de ses 17 passes pour 199 verges et quatre touchés lors des 15 minutes les plus critiques.

Un duo terrifiant

En 24 départs au préalable dans sa jeune carrière, Tagovailoa n’avait connu qu’un match de plus de deux passes de touché. Il a souvent semblé hésitant, et ses prises de décision ont maintes fois été douteuses.

Nombreux sont ceux qui ont décrié le manque de puissance de son bras et même hier, ses deux longues passes de touché à Tyreek Hill au quatrième quart semblaient manquer de jus. Il n’est manifestement pas devenu un pivot soudainement parfait en un après-midi, mais c’est assurément le genre de match qui peut lui insuffler une bonne dose de confiance.

Ce qui joue en sa faveur, c’est la présence d’un duo hyper explosif à ses côtés. Hill (11 réceptions, 190 verges, deux touchés) et Jaylen Waddle (11 réceptions, 171 verges et deux touchés dont celui de la victoire) offrent enfin aux Dolphins de véritables armes impossibles à contourner pour les coordonnateurs défensifs adverses.

Les touchés de Hill ont été inscrits sur des distances de 48 et 60 verges. Selon ESPN Stats & Info, le petit receveur compte maintenant 32 touchés de 30 verges ou plus depuis 2016. À travers la ligue, c’est deux fois plus durant cette période que n’importe quel autre joueur.

Hill et Waddle sont d’ailleurs les premiers coéquipiers dans l’ère du Super Bowl à avoir gagné chacun 170 verges ou plus et deux touchés dans un match, selon NFL Research. Il n’est pas exagéré de dire que les Dolphins n’ont pas misé sur un tandem aussi dangereux depuis la belle époque de Mark Clayton et Mark Duper, dans les années 1980.

Force de frappe nécessaire

Il ne faut pas croire que les Dolphins sont forcément partis pour la gloire et que rien ne peut les arrêter. Au risque de se répéter, un gros match offensif, aussi glorieux soit-il, ne garantit absolument rien.

Ce qui est évident, cependant, c’est que les Dolphins ont désormais les munitions pour se battre dans la puissante conférence américaine sans perdre la face. Ils peuvent ouvrir les valves et se montrer agressifs.

Pour espérer tenir tête aux gros clubs comme les Chiefs, Chargers et Bills, ce n’est pas un luxe, mais une nécessité.


GAGNANTS

Trevor Lawrence

Après une chronique dans ces pages où l’on mentionnait que le quart-arrière des Jaguars devait montrer signe de vie, Lawrence a répondu par son meilleur match à ce jour. Il a complété 25 de ses 30 passes, dont deux pour des touchés. Le vrai Lawrence se montre-t-il ?

Aidan Hutchinson

Choisi au deuxième rang au total du dernier repêchage, l’ailier défensif venant de l’Université du Michigan a brillé à son premier match à la maison pour les Lions, avec trois sacs du quart. Difficile de demander mieux qu’un record d’équipe pour une recrue.

Jamel Dean

Bien des joueurs défensifs des Buccaneers méritent d’être salués pour la victoire. Sur ce plan, les Bucs sont redoutables. Jamel Dean décroche la palme avec deux interceptions au quatrième quart, qui ont directement mené à 10 points de l’attaque des Bucs.

Les Cowboys

Toute une victoire face aux Bengals ! En l’absence de Dak Prescott, Cooper Rush a bien joué. La connexion avec le choix de septième ronde en 2017 Noah Brown était excellente et, en défense, Micah Parsons (deux sacs) est une bête.

Kyler Murray

Après un départ boiteux, le quart-arrière des Cardinals a pris les choses en main au quatrième quart, avec des jeux tout simplement ridicules. Sa course échevelée sur un converti de deux points est légendaire.


PERDANTS

Trey Lance

Quelle nouvelle désastreuse pour le jeune quart-arrière des 49ers, qui voit déjà sa première saison prendre fin ! Il sera opéré pour une fracture à la cheville aujourd’hui. Les 49ers avaient pris le pari de garder Jimmy Garoppolo comme police d’assurance. Bien joué !

Les Colts

D’accord, les Colts étaient privés de leurs deux meilleurs receveurs, mais comment justifier une autre défaite face aux Jaguars, cette fois par 24 à 0 ? Il n’y a aucune excuse acceptable pour cette équipe qui joue comme l’une des pires de la NFL.

La tablette...

Les Bucs ont trimé dur avant de l’emporter et Tom Brady a souvent fait savoir son mécontentement, en massacrant une pauvre tablette, en lançant son casque et en enguirlandant des coéquipiers. Comme c’est Brady, le réflexe est de dire : quel compétiteur ! Si c’était n’importe quel autre quart, on dirait : quelle mauvaise attitude !

Les Browns

Les Browns ont gaspillé une avance de 13 points avec 1 min 55 s à jouer face aux Jets. Aucune équipe dans la NFL n’avait saboté une telle avance dans les deux dernières minutes depuis... les Browns, le 4 novembre 2001. Ça ne s’invente pas !

Les Raiders

Une autre équipe qui a laissé échapper une confortable avance, cette fois de 16 points au quatrième quart. Le genre de déconfiture qui va les hanter à la fin de la saison. 

5 Jeux de la semaine  

1. REMONTÉE EXPRESS

FBN-SPO-MIAMI-DOLPHINS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

Les Jets offrent rarement des moments de réjouissances à leurs partisans. Face aux Browns, c’était leur Super Bowl ! Quand les Browns ont inscrit un touché avec 1 min 55 s à jouer pour prendre les devants 30-17, ils semblaient filer vers la victoire. Puis, un touché rapide sur un jeu de 66 verges de Joe Flacco à Corey Davis, un botté court réussi suivi du deuxième touché du match du receveur recrue Garrett Wilson et une remontée improbable était complétée. Quatorze points en 1 min 22 s ! 


2. BATAILLE ROYALE !

FBN-SPO-MIAMI-DOLPHINS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

La rivalité entre les Saints et Buccaneers ne manque jamais d’intensité. Surtout entre le receveur Mike Evans et le demi de coin Marshon Lattimore, qui en sont encore une fois venus aux coups après le sifflet. Lattimore est rentré dans la peau de quelques joueurs des Bucs, mais Evans est parti du banc pour l’assaillir. Les deux ont finalement été expulsés et la NFL a fait savoir qu’elle pourrait les suspendre. Après l’escarmouche, les Bucs ont paru fouettés et ont dominé le reste du duel. 


3. GAFFE FATALE

FBN-SPO-MIAMI-DOLPHINS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

Dans un duel âprement disputé comme celui entre les Patriots et les Steelers, un mauvais jeu peut faire toute la différence. Au troisième quart, la défense des Steelers a forcé les Patriots à dégager. Or, celui qui était chargé de retourner le dégagement, Gunner Olszewski, a échappé le ballon, qui a été recouvert par Brenden Schooler profondément dans la zone des Steelers. Une bourde fatale pour Olszewski, qui a passé les dernières saisons avec les Patriots. La troupe de Bill Belichick a profité de cette gaffe pour inscrire quelques instants plus tard le touché qui leur a valu la victoire. 


4. RAMSEY FERME LA PORTE

FBN-SPO-MIAMI-DOLPHINS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

Les Rams ont bien failli se couvrir de honte face aux Falcons. En avance 31 à 10 au quatrième quart, les champions en titre ont ouvert la porte à leurs rivaux avec quelques bourdes (un dégagement bloqué et un échappé). Les Falcons se sont rapprochés à six points, avec le ballon à la ligne de 24 des Rams. Une passe de Marcus Mariota en direction de Bryan Edwards a atterri dans les mains du demi de coin Jalen Ramsey, qui a mis fin au débat et racheté un premier match difficile il y a 10 jours. 


5. ÉCHAPPÉ FATAL

FBN-SPO-MIAMI-DOLPHINS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP

En prolongation face aux Raiders, les Cardinals ont débuté avec le ballon, mais ont été contraints de dégager. Les Raiders, à leur tour, progressaient en zone ennemie. Le toujours fiable receveur Hunter Renfrow se battait pour aller chercher un premier jeu quand le secondeur Isaiah Simmons lui a fait perdre le ballon. Le demi de coin Byron Murphy a vite saisi le précieux objet pour le ramener dans la zone des buts sur 59 verges, assurant ainsi la victoire aux Cards. Ceux-ci semblaient pourtant filer vers la catastrophe après une première demie atroce.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.