/sports/hockey
Navigation

Patrick Roy et la LHJMQ: «On a eu de bons échanges»

Patrick Roy se dit satisfait de la rencontre qu’il a eue avec la LHJMQ, lundi

Coup d'oeil sur cet article

La rencontre de lundi après-midi entre la LHJMQ et les Remparts a permis « aux deux côtés de faire valoir leurs points et ça été fait très respectueusement », a assuré l’entraîneur-chef et directeur général de l’équipe, Patrick Roy.  

• À lire aussi: Arbitrage: Patrick Roy et Jacques Tanguay rencontreront la LHJMQ

• À lire aussi: «Je suis tombé dans le panneau comme un bébé lala» - Roy

• À lire aussi: Patrick Roy expulsé dans la victoire

Le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau, le directeur de l’arbitrage Richard Trottier et le préfet de discipline Éric Chouinard ont rencontré Roy et le président des Remparts, Jacques Tanguay, par visioconférence, à la suite de la mésentente entre les deux parties au sujet de l’arbitrage.

« Ça s’est bien passé et on a eu de bons échanges. C’est sûr que j’aimerais que les standards soient plus clairs et qu’il y ait moins de zones grises. [...] Il y avait une ouverture des deux côtés. On a échangé sur plusieurs choses, dont la série contre Shawinigan l’an dernier. Ç’a été fait dans le respect et je suis satisfait de cette rencontre-là. »

TOURNER LA PAGE

La rencontre de lundi a, en quelque sorte, bouclé la boucle d’une histoire qui fait les manchettes depuis l’expulsion de Roy, en première période d’un match préparatoire présenté à L’Ancienne-Lorette, le 10 septembre. Les commentaires de ce dernier, à la suite du match – et qui s’ajoutaient à ceux qu’il avait formulés quelques semaines auparavant en réclamant le remplacement de Trottier à la tête de l’arbitrage de la LHJMQ – lui ont valu un match de suspension et 5000 $ d’amendes.

« L’objectif de cette rencontre est qu’on puisse passer à autre chose. On a mis sur la table ce qu’on aime et ce qu’on n’aime pas, autant de leur côté que du nôtre. Je ne suis pas parfait moi non plus. J’ai du travail à faire sur moi-même, quand je suis derrière le banc. Je l’ai bien compris, le message. »

Par ailleurs, Roy s’est défendu de vouloir bénéficier de passe-droits avec les Remparts de Québec, de la part des officiels.

Patrick Roy a été expulsé d’un match préparatoire, le 10 septembre dernier, après avoir invectivé l’officiel Nicolas Dutil.
Photo d’archives, AGENCE QMI
Patrick Roy a été expulsé d’un match préparatoire, le 10 septembre dernier, après avoir invectivé l’officiel Nicolas Dutil.

POUR LA LIGUE

« Ce que je fais, je ne le fais pas pour les Remparts de Québec. Quand je parle de standards, c’est pour toute la ligue. Quand j’ai vu ce qui était arrivé à l’Île-du-Prince-Édouard, je n’étais pas content non plus, a-t-il mentionné en faisant référence à la pénalité controversée imposée à Xavier Simoneau lors du premier match de la finale de la Coupe du président, qui avait permis aux Cats de créer l’égalité et de l’emporter en prolongation. »

Ce dernier estime d’ailleurs avoir mentionné tout haut ce que plusieurs de ses collègues pensent tout bas, dont plusieurs l’ont appuyé en privé.

Aimerait-il, toutefois, que certains l’aident en dénonçant, eux aussi, publiquement ce qu’ils déplorent ?

« Quand ça coûte 5000 piastres d’amendes, ça doit en freiner une bonne gang », a-t-il conclu.

Un début de saison sans les gros noms

Joueurs invités, Théo Rochette et Mikaël Huchette ont reçu leur invitation pour le camp d’entraînement officiel des Flyers de Philadelphie, mardi. C’est donc dire que les Remparts de Québec devront se débrouiller sans les sept joueurs qui sont partis pour des camps professionnels, lors des deux premiers matchs de la saison, vendredi et samedi prochains.

Huchette et Rochette étaient probablement les deux joueurs les plus susceptibles d’être retournés à Québec après le camp des recrues, puisqu’ils n’ont pas été repêchés, contrairement aux Zachary Bolduc (St. Louis), Evan Nause (Floride), Nathan Gaucher (Anaheim), James Malatesta (Columbus) et Vsevolod Komarov (Buffalo).

La grande rentrée 2022-2023 des Remparts se fera donc sans son noyau principal.

« Je le vois comme une opportunité pour les joueurs qui sont ici de prendre plus de responsabilités et jouer un rôle qui ne sera peut-être pas le leur quand tout le monde sera revenu. Ça nous permettra de voir jusqu’où ils peuvent aller. Dans une saison comme celle-là, la profondeur joue un rôle important et on veut avoir la même chose », mentionnait Patrick Roy, mardi.

ENTRAÎNEMENT INTENSE

D’ailleurs, ce dernier a dirigé un entraînement fort intense mardi matin, au cours duquel il s’est fait très vocal, n’hésitant pas à mettre certains joueurs aux défis de lui en donner plus.

« Je ressens qu’on travaille beaucoup individuellement et j’aimerais qu’on travaille plus ensemble. On essaie de faire le travail de l’autre alors que j’aimerais qu’on se concentre sur ce qu’on a à faire. Il y a une structure mise en place, est-ce qu’on veut robotiser les joueurs ? Non. Mais on veut être partout sur la glace et si la rondelle est à un endroit, on veut pouvoir aller la récupérer. Si deux joueurs font le même travail, on n’accomplit pas ça. »

UNE CHANCE POUR SAVOIE

Parmi les joueurs qui profiteront de l’absence des gros canons de l’équipe, on peut compter l’attaquant Charles Savoie, qui devrait évoluer sur l’un des deux premiers trios de l’équipe, vendredi et samedi.

« Quand j’ai été échangé, Patrick m’avait dit qu’il allait me donner des opportunités. C’est juste à moi de les saisir. Ça fait quelques années que je suis dans la ligue et je n’ai rien prouvé encore. Je sais ce que je vaux et je n’ai pas montré mon vrai talent encore. Des opportunités comme ça vont m’aider à débloquer. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.