/lifestyle/books
Navigation

Nouveau roman de Guillaume Musso: suspense savoureux entre Paris et Venise

Guillaume Musso
Photo courtoisie, Emanuele Scorcelletti Guillaume Musso

Coup d'oeil sur cet article

Original, étonnant et très divertissant, le nouveau roman de Guillaume Musso, Angélique, incarne le page-turner parfait pour les soirées d’automne. Cet excellent suspense se déroule en grande partie à Paris et à Venise. Hospitalisé après un accident cardiaque, Mathias, un ex-policier fait la connaissance d’une jeune violoncelliste, Louise, qui joue dans sa chambre d’hôpital lorsqu’il retrouve ses esprits, le jour de Noël 2021. Cette dernière insiste : il est, semble-t-il, l’homme idéal pour faire la lumière sur le décès de sa mère. Une mission acceptée... qui ne sera pas de tout repos.

• À lire aussi: Voici un extrait du nouveau roman de Guillaume Musso, Angélique

Louise demande à Mathias de se pencher sur une affaire spéciale : la mort de sa mère, Stella Petrenko, une ballerine à la retraite. Mathias, grincheux, est d’abord réticent, puis accepte de l’aider. Les deux plongeront dans une enquête exaltante, impossible à mettre de côté, qui explore le côté sombre de plusieurs personnages. Mathias, Stella, une infirmière prénommée Angélique et un journaliste revanchard, Corentin, vous en mettront plein la vue. C’est savoureux du début à la fin.

En entrevue téléphonique de Paris, Guillaume Musso explique qu’il avait envie de mettre au premier plan un personnage complexe, de la trempe des héroïnes de la romancière Patricia Cornwell, qu’il aime énormément. Le personnage d’Angélique va glisser vers la négativité. «Vous savez, ces rôles de méchants qu’on adore détester...», commente-t-il.

«La deuxième envie, c’était de partir d’une rencontre de deux personnages que tout oppose et pouvoir démarrer l’histoire sur une tension, dès les premiers échanges, alors qu’on est pourtant dans l’espace clos d’une chambre d’hôpital.»

Le ressentiment

Le roman explore un thème difficile à travers le destin de plusieurs personnages : celui du ressentiment. 

«C’est un sentiment répandu aujourd’hui. Beaucoup de gens ont l’impression de ne pas avoir la vie qu’ils méritent. C’est un moteur de la dramaturgie pour moi : les personnages, à un moment du livre, vont essayer de remettre les choses à leur juste place et vont être capables d’être vigilants, de sortir des codes.»

Stella Petrenko, la maman de Louise, était une ballerine qui a connu les feux de la rampe... et la grande noirceur. 

«J’avais travaillé trois ou quatre mois sur un roman qui mettait de l’avant une danseuse étoile. Et je ne suis pas allé au bout, mais je m’étais beaucoup documenté sur cet univers. J’avais ça en tête au moment où j’ai écrit Angélique.» 

Stella va frapper son Waterloo, comme on dit au Québec, avec le personnage d’Angélique. 

«C’est un face à face intéressant, lorsqu’elles se retrouvent dans l’atelier du peintre. On se demande qui est la plus machiavélique des deux», commente très justement le romancier.

À Paris

Guillaume Musso invite les lecteurs à suivre ses personnages dans les rues de Paris, pendant la pandémie. 

«On avait l’impression d’être sous cloche...», rappelle-t-il. 

«C’est un roman qui traverse le Paris d’aujourd’hui, la société française d’aujourd’hui. Vous connaissez les mots de Stendhal, qui dit : “Mon roman est un miroir que je traîne le long du chemin”. Dans ce livre, il y a une galerie de personnages qui éclairent un petit peu la France contemporaine, ses différents aspects. Mais ce n’est pas du tout un roman sur le confinement.»

... Et à Venise

Il fait aussi voyager ses lecteurs au cœur de Venise, la Sérénissime. L’Italie est chère à son cœur et pour cause, puisqu’il est d’origine italienne. Du Piedmont, pour être précis. «C’est une culture que j’adore. C’est ma deuxième culture et j’y vais relativement souvent. J’avais envie de terminer le roman à Venise pendant une acqua alta, alors que Venise est dévastée par les eaux. C’est une symphonie, à la fin du roman. Le climat, la ville des masques, la ville des excès : tout fait écho à ce déraillement des personnages. C’était agréable à écrire.»

«Je suis allée là-bas en fin d’année. Mon petit plaisir, c’était d’avoir travaillé sur le roman en étant sur les lieux, à Venise, le 31 décembre 2021, pas loin du moment où se passe le roman. 


♦ En 2004, Guillaume Musso a publié Et après... et ont suivi les best-sellers La fille de papier, Central Park, La jeune fille et la nuit, La vie secrète des écrivains, L’inconnue de la Seine.

♦ Il est considéré comme l’auteur le plus lu en France depuis 11 ans et connaît un immense succès à l’échelle internationale.

♦ Ses livres ont été traduits en 45 langues et plusieurs fois adaptés au cinéma.

♦ En 2021, Guillaume Musso a été le premier écrivain français à recevoir le prestigieux prix Raymond-Chandler, qui récompense les maîtres du suspense à travers le monde.

EXTRAIT

Guillaume Musso
Photo courtoisie

«Avec difficulté, Mathias ajusta son oreiller pour se redresser à demi. Et c’est alors qu’il la vit, en partie plongée dans l’ombre : la silhouette d’une jeune fille, assise très droite sur une chaise, son violoncelle entre les jambes. La musique avait donc existé autre part que dans sa tête.

— Qui es-tu? articula-t-il d’une voix pâteuse.

— Je m’appelle Louise. Louise Collange.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.