/sports/hockey/remparts
Navigation

Remparts de Québec: autre victoire sans les gros canons

Nikita Prischepov a privé William Rousseau du blanchissage en toute fin de rencontre

Le gardien William Rousseau (centre) célèbre avec ses coéquipiers après la victoire des Remparts, samedi.
Photo Didier Debusschere Le gardien William Rousseau (centre) célèbre avec ses coéquipiers après la victoire des Remparts, samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Les Remparts n’auraient probablement pu espérer un meilleur départ dans les circonstances. Encore privés de plusieurs éléments importants, ils ont vaincu les Tigres de Victoriaville 3 à 1 pour compléter leur premier week-end de la saison avec une fiche parfaite de deux victoires.

• À lire aussi: Gabriel D’Aigle, le prochain surdoué québécois?

Les Diables rouges étaient encore privés de Zachary Bolduc, Nathan Gaucher, Théo Rochette, Evan Nause, James Malatesta, Vsevolod Komarov et Mikaël Huchette, tous dans des camps professionnels.

Comme lors du gain de 1 à 0 face aux Saguenéens, la veille, les Remparts n’ont pas donné grand-chose aux Tigres hier et le gardien William Rousseau a bien failli récolter un deuxième jeu blanc de suite, mais Nikita Prischepov l’a déjoué alors qu’il restait un peu plus de quatre minutes à faire en troisième période. 

Lucas Canning, Frantisek Ridzon et Davis Cooper ont quant à eux marqué pour la formation de Patrick Roy, qui vantait à nouveau la qualité de ses vétérans après la rencontre.

« On est peut-être tombés un peu dans la dentelle en troisième, mais à part ça, on a été superbes. Will [William Rousseau] a été solide devant le filet, Nico [Nicolas Savoie] a été phénoménal. Il a probablement joué 50 minutes lors des deux matchs de la fin de semaine et il a été notre général en arrière. P-O aussi [Pier-Olivier Roy] a été très bon. Bref, nos vétérans ont été superbes. »

Du crédit pour le gardien

De son côté, Savoie rendait beaucoup de crédit à son gardien Rousseau, qui a cédé une fois sur 54 lancers en deux matchs. Il a d’ailleurs été parfait lors des 115 premières minutes et 56 secondes de la saison.

« Il a pris de la confiance. C’est excellent pour lui. On voit qu’il a travaillé fort cet été et est arrivé prêt au camp. C’est le fun de le voir jouer comme ça. »

En plus des vétérans, d’autres joueurs se sont illustrés au cours de la fin de semaine, dont Frantisek Ridzon, qui, en plus de marquer le but gagnant, s’est fait complice de celui de Canning en première période. Sur la séquence, il a servi une passe parfaite à son partenaire de trio après avoir vu son tir être bloqué par un défenseur des Tigres.

« Dans les pratiques, je voyais quelques beaux flashs et je me disais que ça pouvait décoller, racontait Patrick Roy hier. C’est un gars qui voit la glace, son champ de vision est superbe et il n’a pas un mauvais coup de patin. Il compte aussi sur un bon lancer et je pense qu’il va pouvoir l’utiliser éventuellement. Ce sont de bonnes nouvelles. »

RIDZON SORT DE SA COQUILLE

Le no 27 des Remparts se dit de plus en plus confortable avec le style de jeu nord-américain et, surtout, la plus petite patinoire.

« Lors des deux ou trois premières semaines, je ne me sentais pas confortable. Ce n’était pas de bonnes semaines pour moi. Maintenant, ça va beaucoup mieux. Je me sens beaucoup mieux sur la patinoire », expliquait le jeune attaquant qui a inscrit son premier but alors que son père et sa copine étaient dans les gradins, après avoir fait le voyage depuis la Slovaquie. 

Dans le camp adverse, les Tigres étaient aussi privés de plusieurs éléments, dont deux défenseurs réguliers blessés lors du premier match de la saison contre les Voltigeurs de Drummondville, qui avait donné lieu à des flammèches. Igor Mburanumwe était hors de la formation après avoir subi une commotion lors d’un combat face à Lane Hinkley, alors que Thomas Belzile manquait aussi à l’appel après avoir subi une fracture alvéolaire lorsqu’il a reçu un double-échec au visage de la part de Sam Oliver.

MOINS D’ÉNERGIE

Pour l’entraîneur-chef Carl Mallette, ses Tigres n’ont pas été en mesure de recréer le même niveau d’énergie que face à leurs rivaux, la veille.

« Ça nous a pris presque 40 minutes à se mettre dans le match. J’ai aimé qu’on n’a pas baissé les bras en troisième. [...] On a vécu un peu la même chose l’an dernier. Quand tu as une équipe jeune et qu’il te manque deux défenseurs, ça paraît. Mais j’ai aimé ce que j’ai vu des jeunes. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.