/lifestyle/books
Navigation

Le manifeste de la ménopause: démanteler des mythes tenaces

Dre Jen Gunter
Photo courtoisie, Jenny Brough Dre Jen Gunter

Coup d'oeil sur cet article

Bienveillant, engagé, très documenté et présenté de façon claire et méthodique, le nouveau livre de la célèbre gynécologue-obstétricienne américaine Jen Gunter, Le manifeste de la ménopause, est un incontournable pour démanteler les mythes tenaces qui perdurent au sujet d’un passage inévitable dans la vie des femmes. Elle y lève le voile sur tout ce qui concerne la périménopause, des bouffées de chaleur aux traitements hormonaux, en passant par les troubles du sommeil et de l’alimentation, les variations d’humeur et de la libido. 

Le livre à l’approche féministe de la Dre Jen Gunter est vraiment d’actualité. À sa sortie en version anglaise, en 2021, il s’est hissé au palmarès du New York Times aux États-Unis. Au Canada anglais, il s’est vendu à 20 000 exemplaires en deux mois. C’est dire à quel point les femmes cherchent de l’information pertinente à ce sujet !

Le manifeste de la ménopause présente la ménopause comme un changement dans la vie des femmes, et non une fatalité. La spécialiste explique en détail ce qu’est la ménopause, et pourquoi comprendre son corps est une démarche féministe, et rappelle que c’est un signe de force, non de faiblesse.

Elle explique dans le détail ce qui change : les effets sur le niveau d’énergie, les symptômes vasomoteurs (bouffées de chaleur), la grande pagaille menstruelle, la santé osseuse, le brouillard cognitif, la fatigue, les troubles du sommeil. Elle fait le tour des traitements et fait le ménage entre la réalité et le marketing côté traitement hormonal.

Dans son livre, la Dre Jen Gunter décrit tous les changements qui surviennent : ils ne sont pas nécessairement plaisants et varient pour chaque femme. Et ce n’est pas quelque chose d’imaginaire : c’est physique. 

«Avoir des règles à n’importe quel moment, qui sont très abondantes et salissent vos vêtements, c’est assez dérangeant, n’est-ce pas ! La plupart des femmes sont très ennuyées par cela», dit-elle en entrevue. 

Il y a donc la question de l’irrégularité menstruelle. Mais encore? 

«Certaines personnes décrivent le brouillard cognitif (brain fog) : elles oublient des choses, entrent dans une pièce et se demandent ce qu’elles font là... C’est une expérience commune et troublante. Mais la bonne nouvelle, c’est que c’est temporaire. Le cerveau se répare.»

Un sujet tabou?

«La ménopause, c’est une de ces choses pour lesquelles plus on est informée, mieux ça se passe», précise-t-elle. 

A-t-elle l’impression que la ménopause est encore un sujet tabou? 

«Il y a beaucoup d’âgisme, n’est-ce pas ? Cela fait en sorte que les femmes ont le sentiment de ne pas être à leur place, de ne pas être utiles. Mais plus de gens parlent de la ménopause. C’est une bonne chose. Mais cela signifie aussi que certaines personnes essaient de faire de l’argent.»

«Beaucoup de gens qui parlent de la ménopause sur les réseaux sociaux essaient de vendre leurs suppléments, leurs diètes, toutes sortes de choses qui pourraient possiblement vous aider», prévient-elle. 

Mais pourquoi ne pas aller dans le cabinet du médecin avant de gober n’importe quoi? 

«Il y a un concept erroné disant que ce qui est naturel est sécuritaire. Beaucoup de gens croient cela.»

Avoir honte

Dans son livre, la spécialiste parle de meno shaming – une espèce d’aura de honte entourant la ménopause et le vieillissement au féminin. 

«La société traite les femmes ménopausées comme des citoyennes de seconde classe. Si vous voulez acheter des vêtements, par exemple, et il n’y a personne qui vous ressemble du côté des mannequins.»

«Il y a cela. Mais il y a aussi le fait qu’il y a beaucoup de faux messages qui circulent. À cause de notre société vieillissante, les gens offrent des produits du style “fontaine de Jouvence”... Évidemment, les gens peuvent être très vulnérables.»


♦ La Dre Jen Gunter est obstétricienne-gynécologue spécialisée dans le traitement de la douleur.

♦ Elle livre un combat féroce contre la désinformation scientifique et consacre sa vie professionnelle à la santé des femmes, avec comme mission de bâtir un meilleur Internet médical.

♦ Le manifeste de la ménopause, son troisième livre, est sorti en anglais en 2021 et s’est hissé au palmarès du New York Times.

EXTRAIT

Dre Jen Gunter
Photo courtoisie

«Je me souviens d’avoir demandé un tampon à une jeune femme charmante un soir dans un bar alors que, à l’approche de la cinquantaine, j’avais mes règles à un moment où je ne m’y attendais pas. Elle m’en a donné un de format “régulier” et j’ai failli éclater de rire tant je le trouvais minuscule pour mes conséquentes menstruations de femme mûre. Mais en même temps, ça m’a fait plaisir ; c’est comme si on m’avait dit : “Vous ne faites pas votre âge”. J’avais 47 ans, et j’étais rendue à “un super plus sinon rien”. J’ai même saisi l’occasion pour expliquer les règles abondantes de la quarantaine finissante à cette jeune femme et à ses copines, qui m’ont regardée d’un air horrifié.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.