/sports/hockey
Navigation

Gabriel D’Aigle, le prochain surdoué québécois?

Il est considéré parmi les meilleurs espoirs gardiens de la province en 20 ans

Gabriel D’Aigle, ici à l’échauffement, a regardé les deux premiers matchs des siens du banc, mais devrait obtenir son premier départ en carrière dans la LHJMQ en fin de semaine prochaine.
Photo Didier Debusschere Gabriel D’Aigle, ici à l’échauffement, a regardé les deux premiers matchs des siens du banc, mais devrait obtenir son premier départ en carrière dans la LHJMQ en fin de semaine prochaine.

Coup d'oeil sur cet article

Il a 15 ans, n’a pas joué un seul match dans la LHJMQ encore et, déjà, certains estiment qu’il est le meilleur espoir à la position de gardien produit au Québec depuis Marc-André Fleury. Malgré tout, Gabriel D’Aigle garde la tête froide.

• À lire aussi: Les 20 meilleurs pee-wee du Québec: Gabriel D’aigle, le gardien combattif

Deuxième choix au total du dernier repêchage de la LHJMQ, par les Tigres de Victoriaville, D’Aigle attire les regards depuis longtemps. Né en novembre 2006, il ne sera admissible au repêchage de la LNH qu’en 2025 et, déjà, on le voit comme une sélection de premier tour.

« Je n’ai jamais vraiment pensé à ça [aux comparaisons avec Fleury], a-t-il mentionné avec calme, samedi, avant le match entre les Tigres et les Remparts. Je les entends, mais ce ne sont que des paroles. Ça ne change rien pour moi. Je dois juste continuer à travailler. »

On peut quand même comprendre pourquoi le jeune gardien de but suscite autant d’engouement : à 15 ans, il mesure déjà 6 pi 4 po et pèse 209 lb. Mais il n’est pas que le fruit de sa génétique. 

« Tout ce qu’on nous a vendu, tout ce qu’on a acheté en le repêchant, je le vois, assure l’entraîneur-chef des Tigres, Carl Mallette. Il est encore très jeune, et sa grandeur et son physique l’avantagent beaucoup. Par contre, c’est aussi tout un compétiteur. Dans les entraînements, il veut faire les arrêts. Même que, des fois, je dois lui dire de relaxer un peu parce que, lorsqu’il donne un but, il s’en veut. Je suis vraiment content de ce que je vois. »

PROGRESSION

Les Tigres savent assurément ce qu’ils ont entre les mains et ils n’ont pas l’intention de brûler les étapes avec le jeune gardien. La formation des Bois-Francs compte également sur le vétéran de 19 ans Nathan Darveau devant le filet, et c’est ce dernier qui agira à titre de gardien titulaire. 

Les Tigres ont déjà établi un calendrier des départs qu’ils aimeraient confier à D’Aigle cette saison et qui devrait se chiffrer entre 18 et 22, selon Mallette.

« Ça peut être 25 ou 30 aussi, on ne sait jamais, mais on a un plan avec lui. Ce ne sera pas le nombre de départs comme la qualité de ces derniers qui va compter. On veut qu’il progresse dans les entraînements, et sa progression va être plus importante que le nombre de départs. »

« La raison pour laquelle on l’a repêché, c’est qu’on a un Nathan Darveau qui est aussi un excellent vétéran. Ils se ressemblent beaucoup, pas physiquement [Darveau mesure 5 pi 8 po et pèse 165 lb], mais ce sont des compétiteurs. Ils se complètent super bien, et ça nous permet d’avoir un bon duo pour développer Gabriel de la bonne façon. »

PAS NERVEUX

Son premier départ devrait survenir en fin de semaine prochaine alors que les Tigres disputeront deux matchs à domicile, vendredi contre les Voltigeurs de Drummondville et dimanche face au Drakkar de Baie-Comeau.

Et ça ne semble pas énerver le jeune colosse outre mesure.

« Non, je ne suis pas stressé. Tout va bien », lance-t-il, avec un calme désarmant. 

L’exemple de Marc-André Fleury 

Marc-André
 Fleury.
Gardien de but
Photo AFP
Marc-André Fleury. Gardien de but

S’il est effectivement le meilleur espoir chez les gardiens québécois depuis Marc-André Fleury, Gabriel D’Aigle pourra en parler avec... Marc-André Fleury.

Les deux gardiens se sont entraînés à quelques reprises ensemble, l’été dernier. Tous deux de Sorel-Tracy, ils proviennent de la même famille éloignée – les mères de D’Aigle et Fleury ont une cousine commune – et ils travaillent tous les deux avec l’entraîneur des gardiens Stéphane Ménard.

Et il n’a peut-être partagé la même glace que trois fois avec le vétéran gardien du Wild du Minnesota, mais D’Aigle a rapidement compris la recette qui fait en sorte qu’il demeure parmi les meilleurs gardiens de la LNH, malgré le fait qu’il aura 38 ans en novembre.

« Il a toujours eu du plaisir à jouer. Quand j’ai pratiqué avec lui, il avait toujours le gros sourire dans la face. C’est pour ça qu’il joue encore, c’est un passionné qui a du plaisir, et ça se voit. »

D’ailleurs, Fleury lui a laissé ses coordonnées et l’a assuré qu’il pouvait communiquer avec lui, n’importe quand. Un privilège duquel il ne s’est toujours pas prévalu.

« C’est pas mal le plus gros numéro que j’ai dans mon téléphone ! », a-t-il blagué.

LE 20 POUR TRETIAK

Il y a beaucoup de points communs entre D’Aigle et Fleury : leur ville natale, leur lien familial et le fait qu’ils soient nés au mois de novembre. Mais ils ne partagent pas le même numéro.

Si Fleury a popularisé le 29 chez les jeunes gardiens depuis son arrivée dans la LNH, D’Aigle a plutôt opté pour le 20 de... Vladislav Tretiak !

Et ce n’est pas parce qu’il l’a vu jouer, Tretiak a pris sa retraite en 1984, 22 ans avant la naissance de D’Aigle.

« Quand j’étais plus jeune, je faisais souvent un exercice qui s’appelle le Tretiak. C’est pour te brûler : tu mets une jambière par terre à la fois et tu le fais 100 fois. Ça m’a marqué. La première fois que j’ai vu ça, c’était lors d’une pratique d’Olivier Michaud, qui est aujourd’hui l’entraîneur des gardiens des Voltigeurs de Drummondville. J’ai travaillé avec lui quand j’étais plus jeune et il me faisait faire des Tretiak après les pratiques. Aujourd’hui, j’en fais encore, mais moins ! »

Pas de doute que s’il est le prochain gardien québécois à s’imposer, il pourrait redonner une seconde vie au numéro 20.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.