/news/currentevents
Navigation

Fusillade à Longueuil: une maman et son conjoint tombent sous les balles

Ils ont été tués dans une violente attaque à partir d’un véhicule

FD-
Photo courtoisie Des ambulanciers et des citoyens sont allés porter assistance aux deux victimes, mais elles ont succombé à leurs blessures par balles.

Coup d'oeil sur cet article

Une mère de famille et préposée aux bénéficiaires est devenue la plus récente victime de la violence par armes à feu dans le grand Montréal vendredi soir en tombant sous les balles lors d’une attaque à Longueuil. 

• À lire aussi: Un homme et une femme tués par balle à Longueuil

Sophie Langelier était aux côtés de son conjoint, Ahmed Kadar, dans un stationnement commercial de la rue de Lyon à Longueuil lorsqu’ils ont été ciblés par plusieurs coups de feu provenant d’un véhicule.

Les policiers ont érigé un important périmètre sur la rue de Lyon, où les meurtres ont été commis.
Photo Agence QMI, Sydney Dagenais
Les policiers ont érigé un important périmètre sur la rue de Lyon, où les meurtres ont été commis.

Des citoyens ont rapidement tenté de venir en aide aux victimes, qui perdaient beaucoup de sang, en vain.

« Je voyais dans ses yeux la détresse, la peur la douleur. Elle hurlait. Elle avait tellement peur. Elle savait qu’elle allait mourir », relate Vanessa Simard, une employée du restaurant Le Palais, situé à un jet de pierre de la scène de crime.

En plus des plaies causées par les balles, Sophie Langelier, 42 ans, aurait encaissé le poids du véhicule du ou des suspects, puisque selon Mme Simard, le conducteur aurait roulé sur son corps.

La SQ s’en mêle

La mère de deux enfants, dont une fillette d’âge scolaire, et Ahmed Kadar, 34 ans, ont succombé plus tard à leurs blessures.

En raison de la flambée actuelle de la violence par armes à feu, la Sûreté du Québec collabore avec la police de Longueuil dans cette enquête. Aucun suspect n’a été épinglé pour le moment.

Tout comme la police de Longueuil, la Sûreté du Québec avait mis en place un poste de commandement, hier.
Photo Agence QMI, Laurent Lavoie
Tout comme la police de Longueuil, la Sûreté du Québec avait mis en place un poste de commandement, hier.

Atterrés, les proches de Sophie Langelier exhortent d’ailleurs les autorités à prendre les mesures nécessaires pour restreindre l’accès aux armes à feu.

« Tout le monde est un peu dépassé par ce qui s’est passé, insiste Bernadette Ouellette, cousine de Mme Langelier. J’ai toujours été contre les armes à feu, mais il faut qu’ils gèrent [mieux] les armes. »

Cet événement survient alors que Mme Langelier venait tout juste de signer un bail pour s’installer avec son copain à Saint-Philippe, en Montérégie.

Repris en main

« Elle avait repris sa vie en main, selon ce qu’on savait, indique Mme Ouellette, qui a préféré ne pas étaler publiquement les défis rencontrés par sa cousine. Elle a eu une vie mouvementée. »

La quadragénaire, qui n’avait aucun antécédent criminel, pouvait avoir tendance à s’entourer de mauvaises fréquentations, selon son amie Cindy Dallaire, mais rien n’aurait laissé croire récemment qu’elle craignait pour sa sécurité.

Certains s’inquiétaient toutefois que sa relation avec Ahmed Kadar l’expose à des individus criminalisés.

« Tout le monde lui disait : “Prends ça mollo, slaque [...] fais attention à toi, on ne veut pas qu’il t’arrive [quelque chose]” », raconte Mme Dallaire.

Au front

Celle-ci a d’ailleurs appris le décès de Mme Langelier au CHSLD René-Lévesque, à Longueuil, où toutes les deux travaillaient comme préposées aux bénéficiaires depuis plusieurs années.

Cette tragédie a créé une onde de choc chez ses collègues.

« Pendant la COVID, on est rentrées en zone chaude le 18 mars 2020, et on en est sorties dernièrement. On s’est toujours soutenues, on est toujours restées ensemble. On formait une team d’enfer », décrit Cindy Dallaire, soulignant à grands traits la résilience de sa défunte collègue.

« Elle aimait ses patients. Elle nous parlait constamment du fait qu’elle avait ses favoris », ajoute Bernadette Ouellette. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.