/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Appel à nos artistes féministes

Coup d'oeil sur cet article

Ce qui se passe en Iran est bouleversant.

Hier, sur Instagram, le réalisateur iranien Asghar Farhadi, qui a reçu deux Oscars dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère pour Une séparation (en 2011) et Le commis voyageur (en 2016), a salué les « femmes courageuses qui mènent les manifestations pour réclamer leurs droits ».

Puis il a invité les « artistes, cinéastes, intellectuels » du monde entier à « se montrer solidaires des femmes et des hommes puissants et courageux d’Iran en faisant des vidéos, en écrivant des textes ou de n’importe quelle autre façon ».

Je me demande qui sera le premier « artiste, cinéaste, intellectuel » québécois à répondre à son appel.

VOUS ÊTES DONC OÙ ?

Quand, dans sa vidéo, Farhadi rend hommage aux « femmes courageuses qui mènent les protestations » et réclament « tout simplement des droits fondamentaux dont l’État les a privées pendant des années », il me semble que ça devrait tomber en plein dans les intérêts de nos « artistes, cinéastes et intellectuels ». 

En temps normal, il y a tout plein d’artistes, cinéastes, intellectuels au Québec qui se déclarent « solidaires » et « féministes », toujours prêts à défendre une Cause, partager un #hashtag, changer leur photo de profil, signer une pétition, porter un carré de feutre ou un ruban de couleur. 

Vite, vite, comme ça, de mémoire, je peux vous donner plusieurs noms... et la liste est loin d’être exhaustive.

Émile Bilodeau, qui a tellement à cœur le sort des femmes, qu’il a dénoncé un festival où il n’y avait que des groupes masculins. 

Anaïs Barbeau-Lavalette, qui a écrit La femme qui fuit et La femme forêt, qui est fondatrice de Mères au front et qui a fait paraître un album jeunesse sur « les grandes femmes oubliées de l’histoire du Québec ». 

Laurence Nerbonne, qui déclarait à Elle Québec : « Nous en serons venus à une égalité lorsqu’il y aura des house bands complètement féminins ». 

Kim Lévesque Lizotte, qui a écrit une série portant le prénom de la féministe Simone de Beauvoir, Les Simone

Xavier Dolan, qui a déjà déclaré à un magazine français : « Je sens que j’ai un penchant naturel pour les personnages qui sont exactement dans la même situation que moi. Les femmes sont comme les hommes gais, elles essaient de s’adapter à une société qui est un espace fait pour les hommes hétérosexuels, quoi qu’on en dise... Je veux dire, quels que soient les progrès que nous avons l’air de faire... [la société] est encore définie par la prédominance des hommes ». 

Pénélope McQuade, qui parle régulièrement de masculinité toxique et prend bien soin de parler de « personnes avec un utérus » pour être sûre d’être solidaire avec les minorités de genre. 

Bref, on n’est pas à court d’artistes solidaires et féministes au Québec. Ça pleut ! 

Ouvrez le bottin de l’UDA à n’importe quelle page et vous trouverez des dizaines d’hommes et de femmes qui sont prêts à venir à votre émission pour défendre l’écriture inclusive, dénoncer le mansplaining, le manspreading, l’hypersexualisation des jeunes filles ou nous éduquer sur la réalité des personnes qui ont des menstruations.

LA QUESTION QUI PIQUE

Pour paraphraser la fameuse phrase de Louis Morissette au sujet du vaccin de Médicago, j’aimerais demander : « Est-ce que c’est pour bientôt, la mobilisation féministe-solidaire-pro-iranienne des artistes québécois ? Je demande pour une amie ».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.