/news/elections
Navigation

La mieux placée pour affronter la récession, dit Anglade

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – N’en déplaise au premier ministre sortant, la cheffe libérale Dominique Anglade affirme être la mieux placée pour diriger le Québec en temps de récession.  

• À lire aussi: Le vote par anticipation populaire dans la région de Québec

• À lire aussi: Fin des mesures sanitaires pour les voyageurs: Duhaime se réjouit... et envoie une pointe à Guilbault

Mme Anglade a déclaré lundi être « absolument mieux préparée » que la CAQ pour aider la population à passer à travers les soubresauts qui accompagnent un ralentissement de l’économie mondiale. 

Elle fait notamment valoir que son parti souhaite s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre, en haussant les seuils d’immigration pour accueillir 70 000 nouveaux arrivants chaque année, contre 50 000 sous le gouvernement Legault. 

« La pénurie de main-d’œuvre, c’est ça qui va nous limiter dans une période où on a besoin d’avoir tous les moyens à notre disposition pour réussir », a affirmé Dominique Anglade lors d’une conférence de presse dans le local électoral de sa candidate dans Bourassa-Sauvé, Madwa-Nika Cadet. 

  • Écoutez l'édito de Karine Gagnon à l'émission de Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h 32 via QUB radio :

« Justement, parce qu’on est dans cette situation-là, on devrait régler les enjeux pénurie de main-d’œuvre, [ce] qu’il ne fait pas », a-t-elle ajouté au sujet du premier ministre sortant. 

La veille, le chef caquiste François Legault évaluait à 50% les risques qu’une récession frappe le Québec et invitait la population à voter pour son équipe afin d’y faire face. 

« Il y a un risque au niveau mondial et un risque qui a augmenté dans les derniers jours, et c’est une raison additionnelle pour voter pour la CAQ, parce qu’on a besoin plus que jamais d’un Eric Girard, d’une Sonia LeBel, d’un Pierre Fitzgibbon pour passer au travers », avait-il déclaré. 

Filet social

Le manque de travailleurs affecte également le filet social, essentiel en période de ralentissement économique, fait valoir Mme Anglade. 

« Aujourd’hui, l’enjeu de la pénurie de main-d’œuvre est devenu un enjeu hautement social qui a un impact considérable sur notre service à la population, que ce soit en matière de santé, que ce soit en matière d’éducation, que ce soit dans nos organismes communautaires comme on a pu le voir hier encore à la télévision », dit-elle. 

Place des femmes

D’ailleurs, ce filet social est majoritairement porté « à bout de bras » par des femmes, rappelle-t-elle. 

Une crise économique touche plus durement les domaines déjà fragilisés, souligne Mme Anglade en mentionnant les secteurs de la santé et de l’éducation. « Si on n’a pas compris que dans notre système d’éducation on avait un système qui était hyperfragile aujourd’hui, on n’a rien compris », dit la cheffe libérale. Même chose dans le domaine de la santé. 

« Comprendre les implications que ça a pour les gens qui tiennent notre réseau à bout de bras, c’est essentiel », précisant que sa formation est la mieux placée pour voir ces enjeux. 

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux