/news/currentevents
Navigation

L’artiste Florent Cousineau devra faire 30 mois de prison

Son avocat a toutefois porté la cause en appel

Coup d'oeil sur cet article

L’artiste réputé Florent Cousineau, reconnu coupable d’agression sexuelle sur l’ex-copine de son fils en 1986, a été condamné à une peine de 30 mois de prison bien qu’il pourrait recouvrer sa liberté rapidement puisque son avocate a annoncé qu’elle portait en appel tant le verdict que la sentence.

• À lire aussi: L’agresseur voulait l’absolution pour sauver sa business

• À lire aussi: L’artiste Florent Cousineau coupable d’agression sexuelle

L’homme de 72 ans a semblé confus lorsque le juge l’a sèchement condamné à une peine de 30 mois de pénitencier. Il faut dire que l’artiste, qui n’avait pas de sac d’effets personnels avec lui, espérait éviter la prison pour ce « crime d’époque ».

Au printemps 1986, la victime s’était rendue chez les Cousineau afin de discuter avec le fils de l’accusé dans le cadre d’une relation qui battait de l’aile. L’artiste seul à la maison avait accueilli la cégépienne de 19 ans en proposant de lui faire un massage. 

La jeune femme s’était dévêtue et couchée sur le divan. Sans même qu’il y ait de massage, l’artiste avait pénétré la jeune femme, qui n’a pas réagi. C’est en 2017, par « devoir social », que la victime aujourd’hui âgée de 55 ans avait dénoncé son agresseur. 

« Tu m’as piégée », avait dit la victime, estimant que l’homme qu’elle admirait avait profité de sa vulnérabilité et de sa naïveté.

Souvenir trop précis

Le juge Christian Boulet avait reconnu l’accusé coupable d’agression sexuelle, estimant notamment qu’il avait des souvenirs trop précis d’un événement qui s’était passé il y a 35 ans.

À l’étape de la peine, l’avocate de l’artiste réputé avait demandé de surseoir au prononcé d’une peine notamment parce qu’il s’agissait d’un crime d’époque et estimant que la médiatisation des procédures judiciaires contre Cousineau avait été « abondante ».

Le juge s’est plutôt rangé dans la tranche des peines proposées par la Couronne en imposant une sentence de 30 mois de pénitencier. 

Or, dès la mise en incarcération de son client, Me Susan Corriveau a indiqué qu’elle portait la sentence en appel, elle qui a déjà porté le verdict devant un tribunal supérieur. Le septuagénaire pourrait donc recouvrer sa liberté pendant cette procédure d’ici quelques jours. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.