/investigations/justice
Navigation

Narcos PQ: de la coke avec les légumes

Les cargaisons de fruits et légumes servent de plus en plus souvent à importer la poudre blanche

Coup d'oeil sur cet article

Les cargaisons de fruits et légumes provenant des pays du Sud à destination du Canada et du Québec serviraient de plus en plus souvent à camoufler des exportations de drogues par le crime organisé.

C’est ce que croit l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), dont le personnel veille à contrer l’introduction illégale de stupéfiants au pays, dans un récent rapport interne auquel notre Bureau d’enquête a eu accès. 

L’ASFC prévoit d’ailleurs que ces expéditions de fruits et légumes frais seront «plus fréquemment utilisées pour dissimuler de la cocaïne, de la méthamphétamine et du fentanyl (...) car les drogues peuvent être recouvertes de marchandises courantes, ce qui représente une caractéristique attrayante pour les groupes du crime organisé cherchant à passer en contrebande de grandes quantités avec un risque minime de détection».

  • Écoutez le segment judiciaire avec Félix Séguin diffusé chaque jour en direct 8 h 35 via QUB radio :

PÉRISSABLE

Sans expliquer pourquoi, l’agence fédérale qualifie elle-même de «minime» les chances de détecter des stupéfiants que les cartels sud-américains cachent à l’intérieur des palettes commerciales et des conteneurs d’aliments exportés au Canada, que ce soit par avion, par bateau ou par camion. 

Toutefois, le Service du renseignement criminel du Québec (SRCQ), qui partage de l’information stratégique avec tous les corps policiers québécois, en précise la raison dans l’un de ses rapports consultés par notre Bureau d’enquête. 

C’est parce que les cargos d’aliments périssables sont «dédouanés rapidement», de façon systématique ou presque, d’après le SRCQ. 

Ainsi, ces marchandises destinées aux assiettes des Canadiens et des Québécois font l’objet de «peu ou pas de vérifications» par nos agents frontaliers, à moins qu’ils n’aient été préalablement avisés de la nature suspecte d’une cargaison ciblée. 

On voit ici le Montréalais Georges Yaghmour, capté par une caméra de surveillance d’un hôtel de Burlington au Vermont en 2019. Il se retrouve incarcéré dans cet État américain pour y avoir tenté d’importer 500 kg de cocaïne.
Photo Courtoisie
On voit ici le Montréalais Georges Yaghmour, capté par une caméra de surveillance d’un hôtel de Burlington au Vermont en 2019. Il se retrouve incarcéré dans cet État américain pour y avoir tenté d’importer 500 kg de cocaïne.

PANDÉMIE

La pandémie de COVID-19 aurait toutefois incité les autorités à réviser leurs méthodes d’inspection. 

Ainsi, en 2020 où la frontière canadienne a été longtemps fermée aux voyageurs tout en restant ouverte aux transports commerciaux essentiels, les agents fédéraux ont réalisé «la plupart» de leurs dix plus grosses saisies de drogue de l’année en fouillant des cargaisons de fruits et légumes exportés du Sud. 

Au Québec, le SRCQ a identifié plusieurs factions du crime organisé «facilitant les importations de stupéfiants» grâce aux liens qu’ils entretiennent avec des entreprises légitimes du commerce des fruits et légumes. 

  • En attendant les nouveaux épisodes, découvrez la première saison de la série balado Narcos PQ disponible sur QUB radio :

Des mafiosi associés au clan Rizzuto, ainsi que de criminels reliés aux Hells Angels, aux gangs de rue montréalais et à la pègre libanaise sont sous la loupe du SRCQ. 

Parmi eux, Georges Yaghmour, relié à la pègre libanaise dans la métropole, est soupçonné d’avoir fait entrer des kilos de cocaïne de l’Amérique du Sud et «dissimulée dans des camions de transport de fruits et légumes» à destination de Montréal, Toronto et Vancouver. 

En mars dernier, ce Montréalais de 40 ans a d’ailleurs été condamné à purger 63 mois de pénitencier dans l’État du Vermont où il a été trouvé coupable d’avoir comploté une importation de 500 kilos de cocaïne destinée au Canada. Les démêlés judiciaires de Yaghmour et de plusieurs autres importateurs québécois de coke sont relatés dans le nouveau livre de notre Bureau d’enquête, Narcos PQ, paru la semaine dernière.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.