/opinion/blogs/columnists
Navigation

Une campagne de surprises et de déceptions

Coup d'oeil sur cet article

Ça y est! C’est la dernière ligne droite de la campagne électorale. Une majorité d’électeurs ont fait leur choix, il reste quelques indécis qui se décideront au bureau de vote. Mais grosso modo, à moins d’un événement majeur, les jeux sont presque faits!

Ce qui s’annonçait comme une campagne électorale ennuyeuse a plutôt laissé place à une série de surprises.

  • Écoutez la rencontre Marie Montpetit et Patrick Déry diffusée chaque jour en direct 14 h via QUB radio :

D’abord, la campagne menée par la Coalition Avenir Québec est somme toute décevante. Pas tant sur le plan de l’organisation, qui semble marcher comme sur des roulettes, mais plutôt sur le plan des communications. Maladresses, amalgames douteux, contre-performances aux débats et mauvaise humeur générale; la CAQ et son chef n’ont certainement pas mené la campagne qu’on imaginait, alors qu’ils avaient réussi à attirer de nombreuses candidatures vedettes que nous avons somme toute peu vues durant la campagne.

Bernard Drainville et François Legault le 7 juin dernier.
Photo Stevens Leblanc
Bernard Drainville et François Legault le 7 juin dernier.

Le Parti Québécois a évidemment causé la surprise. Que l’on soit péquiste ou pas, souverainiste ou fédéraliste, force est d'admettre que Paul St-Pierre Plamondon a réussi à imposer sa campagne, son ton et son style. On parle peut-être peu des propositions du PQ (outre la souveraineté), mais c’est plutôt la forme qui a permis de surprendre. 

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, lors de son arrivée pour le débat des chefs le jeudi 22 septembre.
Photo La Presse Canadienne
Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, lors de son arrivée pour le débat des chefs le jeudi 22 septembre.

Peu connu avant la campagne électorale, PSPP est passé de la position de boulet péquiste à celui de locomotive de son parti. Malheureusement pour lui, il ne suffit pas de surprendre les électeurs par le ton pour assurer des votes dans l’urne, il manquera certainement de temps pour transformer les sympathisants en votes. 

La catastrophe est évidemment libérale. La machine électorale libérale n’est plus. L’organisation est un échec sur toute la ligne: manque de candidats, de bénévoles, de donateurs. L’échec cuisant du PLQ dans Marie-Victorin aurait dû sonner l’alarme de la désorganisation mais il faut croire que non. Sur le plan du contenu, l’erreur de 16 milliards de dollars dans le cadre financier est difficilement justifiable, surtout lorsque la campagne est présidée par l’ex-ministre des Finances, menée par l’ex-ministre de l’Économie et basée sur le postulat que le PLQ est encore le parti de l’économie. 

Dominique Anglade
Photo d'archives Agence QMI, Mario Beauregard
Dominique Anglade

Dominique Anglade n’a cependant ménagé aucun effort, elle a sillonné le Québec, défendu ses positions, gardé le sourire et serré des mains. Elle a tout donné. Malheureusement, et malgré tous ses efforts, on se doit de constater que la magie n’opère tout simplement pas avec les Québécois. 

Ceci étant dit, elle aurait pu – et certainement dû – mettre son point sur la table dès les premiers jours de la campagne électorale, où les premiers symptômes de la déficience organisationnelle apparaissaient. On s’attend à ce qu’elle remette en question les décisions douteuses des membres de son organisation et à ce qu’elle tranche. Ça ne semble visiblement pas être le cas; autrement, pourquoi aurait-on choisi de l’envoyer à Kuujjuaq en fin de campagne, alors que sa propre circonscription est en danger? Pourquoi ne pas défendre les comtés de Verdun, ceux de Laval, de La Pinière, de Laporte et de Hull, au lieu de mener une offensive dans un champ de bataille perdu d’avance?

Le post mortem des libéraux risque d’être très tendu et difficile. Ou peut-être pas. Cela dépend du nombre de députés qui y restera. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.