/misc
Navigation

Amélie Champagne, victime de l'indifférence systémique

Coup d'oeil sur cet article

La jeune Amélie Champagne a été abandonnée par le système. En détresse, ayant exprimé ses idées noires et fait une tentative de suicide, on considérait son état comme étant «stable».

Pas de quoi fouetter un chat, pas de quoi allumer les signaux d’alarme, pas de quoi prendre la situation au sérieux. 

Loin d’être unique 

On ne peut dire qu’il s’agit d’une situation unique. 

Elle a eu droit à la même indifférence de la part de l’hôpital de Sherbrooke que de celui de l’Institut Douglas. 

Deux institutions, dans deux régions différentes, en sont arrivées, à quelques jours d’intervalle, à la meilleure conclusion. 

C’est ce qu’on appelle l’indifférence systémique. 

Amélie a décidé de se libérer du mal qui la rongeait le 11 septembre dernier. Visiblement, elle n’y croyait plus. Et si aujourd’hui nous sommes confrontés à l’horreur de ce qu’elle et sa famille ont subi, c’est parce que son père, Alain Champagne, a rassemblé toute l’énergie et la résilience d’un père en deuil de son enfant pour dénoncer ce système qui abandonne ses jeunes. 

Il a témoigné dans les derniers jours avec dignité, avec force et avec courage. 

Il l’a fait, j’en suis convaincue, parce qu’il veut qu’aucun parent ne se sente comme il s’est senti ce 11 septem-bre dernier et les jours précédant le passage à l’acte de sa fille. 

  • Écoutez aussi la rencontre Marie Montpetit et Patrick Déry diffusée chaque jour en direct 14 h à l'émission de Yasmine Abdelfadel via QUB radio :

Sa famille

Amélie pouvait visiblement compter sur une famille tissée serrée, des parents présents et à l’affût des moindres perturbations de leurs enfants, un frère conscient que lorsque ta sœur te demande de lui faire un nœud coulant, il faut allumer les sirènes. Amélie avait un entourage qui la soutenait, mais ce n’était pas assez. Elle avait aussi besoin d’un système qui croit en sa souffrance, qui prend sa détresse au sérieux et qui répond présent lorsque sa vie est en danger. 

Nous connaissons désormais la triste histoire d’Amélie, mais combien y a-t-il d’Amélie au Québec dont la vie s’est éteinte dans la plus grande indifférence?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.