/news/society
Navigation

Engouement inquiétant pour les corgis au Québec depuis la mort de la reine

Le décès d’Elizabeth II a fait exploser la demande jusqu’ici

Corgi - Marc-André Hamel et Rémi Sauvageau
Photo Francis Pilon Marc-André Hamel et Rémi Sauvageau ont adopté un bébé corgi cette semaine après un an d’attente. Ils assurent que la monarchie n’a rien à jouer dans leur décision. Leur chiot a même déjà reçu des demandes d’entreprises pour devenir influenceur.

Coup d'oeil sur cet article

Des éleveurs canins du Québec s’inquiètent de l’engouement soudain pour la demande de corgis depuis la mort de la reine Elizabeth II, elle qui a toujours eu une profonde passion pour cette race de chien.

• À lire aussi: Premier voyage de William en terre galloise depuis qu'il est devenu prince de Galles

• À lire aussi: Les premiers billets à l'effigie de Charles III en circulation mi-2024

• À lire aussi: L'organisateur du couronnement de Charles III tente d'éviter un retrait de permis

«Les demandes ont monté en flèche avec son décès. C’est juste fou. J’ai perdu le fil des personnes qui me contactent», lance en riant Linda Demers, de l’élevage Haut comme trois pommes à Bécancour. 

Linda Demers assure que l’intérêt pour ses petites bêtes à poil a « monté en flèche ».
Photo Courtoisie
Linda Demers assure que l’intérêt pour ses petites bêtes à poil a « monté en flèche ».

Depuis la mort de la reine le 8 septembre dernier, elle reçoit une trentaine de requêtes de Québécois pour ses corgis. «Normalement, ce sont deux ou trois demandes par mois», laisse tomber Mme Demers. 

Corgi - Marc-André Hamel et Rémi Sauvageau
AFP

Anne-Marie Lavallée, de chez Simply Aby à Mirabel, avoue qu’une quinzaine de personnes lui écrivent tous les jours pour adopter ses chiens depuis le commencement du deuil royal.

Général Tao, un bébé corgi adopté par deux Montréalais cette semaine.
Photo Francis Pilon
Général Tao, un bébé corgi adopté par deux Montréalais cette semaine.

«Au secours»

«Quand je vois tous les messages, je me dis : au secours. C’était intense les demandes au début de la pandémie. Cet été, c’était calme. Mais là, avec le décès de la reine, c’est reparti en fou», explique Mme Lavallée. 

Le Journal a d’ailleurs discuté avec sept éleveurs de corgis dans la province qui confirment cette tendance. Tous n’ont pas l’intention d’augmenter leur prix, malgré le regain de popularité de ces chiens valant entre 2500 $ et 3500 $. 

«Je ne suis pas surprise du tout par tout cet intérêt. La reine a toujours eu une image reliée à cette race et ç’a contribué même à sa popularité dans les dernières années. Même quand je marche dans la rue avec mes corgis, les gens m’approchent et me disent : ah, ce sont les chiens de la reine», raconte Vicky Fontaine, de l’élevage de Cadwyn à Sainte-Catherine. 

Les chiens de l'élevage «Élisa Corgis», qui appartient à Sarah Boucher
Photo Courtoisie, Élisa Corgis
Les chiens de l'élevage «Élisa Corgis», qui appartient à Sarah Boucher

Sarah Boucher, présidente au Québec de l’Association du Pembroke Welsh Corgi et de l’élevage Élisa Corgis, affirme que cet engouement n’est pas du tout une bonne nouvelle

Assez «épeurant»

«C’est une nouvelle assez épeurante. C’est plaisant que notre race soit appréciée. Ce qui est difficile, c’est quand il y a une explosion comme ça pour un chien précis, il y a des gens qui vont voir juste des signes de piastres et qui vont faire de la reproduction tout croche», indique Mme Boucher. 

Les chiens de l'élevage «Élisa Corgis», qui appartient à Sarah Boucher
Photo Courtoisie, Élisa Corgis
Les chiens de l'élevage «Élisa Corgis», qui appartient à Sarah Boucher

Selon elle, le plus inquiétant serait de voir une vague d’abandons de corgis adoptés trop rapidement par des Québécois. 

Corgi - Marc-André Hamel et Rémi Sauvageau
Photo Courtoisie, Élisa Corgis

«Je le vois déjà venir que dans six mois ou neuf mois, ce sera l’enfer. Les familles risquent d’être en lune de miel quand ils sont chiots et de les abandonner une fois ado», prévoit Sarah Boucher, qui est aussi membre de SOS Corgis Canada, un organisme veillant à la protection de cette race.

Les chiens de l’élevage Élisa Cogis, de Sarah Boucher, sont très populaires en ce moment.
Photo Courtoisie, Élisa Corgis
Les chiens de l’élevage Élisa Cogis, de Sarah Boucher, sont très populaires en ce moment.

Virales sur le web

Les experts consultés par le Journal admettent que la reine n’est pas entièrement responsable de la popularité des corgis au cours des dernières années. Selon eux, les réseaux sociaux leur ont donné un bon coup de pouce. 

Les Montréalais Marc-André Hamel et Rémi Sauvageau, qui ont un bébé corgi dans leur vie depuis seulement quatre jours, en savent quelque chose. 

«Pour nous, ç’a été une décision responsable et réfléchie depuis plus d’un an. [...] J’ai mis quelques photos de lui sur Instagram et j’ai déjà reçu des demandes pour qu’il devienne influenceur», mentionne en ricanant M. Hamel.

Le Welsh Corgi Pembroke, en bref :

  • Animal très sportif qui doit être stimulé intellectuellement et physiquement
  • Chien de berger à l’origine 
  • Poids : 10 à 12 kg
  • Grandeur : 25 cm à 30 cm
  • Originaire du pays de Galles 
  • Corgi signifie «chien nain» dans la langue galloise 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.