/news/elections
Navigation

La CAQ n'a «rien fait» pour la région de Québec, selon Dominique Anglade

La cheffe libérale veut mettre fin aux « chicanes »

La cheffe libérale Dominique Anglade a rencontré le maire de Québec Bruno Marchand, mercredi.
Photo Patrick Bellerose La cheffe libérale Dominique Anglade a rencontré le maire de Québec Bruno Marchand, mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Le parti de François Legault a échoué pendant quatre ans à poser des gestes concrets pour la capitale nationale, a martelé la cheffe libérale, Dominique Anglade. 

• À lire aussi: Déclarations caquistes sur l’immigration: des propos «dangereux», dit Anglade

• À lire aussi: Entrevue avec Dominique Anglade: le «passé libéral» nuit au renouveau

La cheffe était de passage mercredi à l’hôtel de ville de Québec, où elle a rencontré le maire Bruno Marchand pendant environ 45 minutes, accompagnée de ses candidats Charles Robert et Julie White.

En sortant de la rencontre, la politicienne a assuré vouloir collaborer activement avec l’administration Marchand et « mettre fin aux chicanes » qui ont jalonné le mandat de la CAQ, notamment sur le tramway, le pont de Québec et le troisième lien. « Je veux mettre fin à cette division. »

  • Écoutez l'édito de Richard Martineau diffusé chaque jour en direct 8 h 45 via QUB radio :

Bilan critiqué

Elle a aussi sévèrement critiqué le bilan de la Coalition Avenir Québec dans la région.

« Québec, ça fait quatre ans qu’il n’y a vraiment pas grand-chose qui s’est passé. Québec est au neutre. Qu’est-ce qu’a livré la CAQ dans les quatre dernières années pour Québec ? [...] Dans les quatre dernières années, il n’y a rien qui s’est fait. À cause du style de leadership de François Legault. »

Elle fait une comparaison avec les années libérales qui ont précédé, durant lesquelles le gouvernement a mené les projets d’amphithéâtre et de promenade Samuel-De Champlain, en plus d’accorder une reconnaissance particulière à la capitale nationale. 

Pont de Québec

Sur l’une des priorités du maire Marchand, le pont de Québec, la cheffe libérale a dit souhaiter « que le problème se règle le plus rapidement possible au bénéfice de Québec ».

Sa candidate dans Jean-Talon, Julie White, assure que c’est l’un des enjeux sur lesquels les électeurs l’abordent le plus.

« On est capables de s’entendre très rapidement. [...] On est capables de trouver une solution avec le fédéral dans les premiers mois d’un mandat. »

Elle a déploré que la ministre de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, et la députée de Jean-Talon, Joëlle Boutin, aient été « complètement absentes dans ce dossier-là ».

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux